Élections législatives suédoises de 2018

Élections législatives suédoises de 2018
349 sièges du Riksdag
(Majorité absolue : 175 sièges)
Corps électoral et résultats
Votants 6 535 271
87,18 %  +1,4
Stefan Löfven edited and cropped.jpg Parti social-démocrate – Stefan Löfven
Voix 1 830 386
28,26 %
 −2,8
Sièges obtenus 100  −13
Ulf Kristersson in 2018 Swedish general election, 2018 (cropped).jpg Modérés – Ulf Kristersson
Voix 1 284 698
19,84 %
 −3,5
Sièges obtenus 70  −14
Almedalen 7 July 2016 68 (27907007150) (cropped).jpg Démocrates de Suède – Jimmie Åkesson
Voix 1 135 627
17,53 %
 +4,7
Sièges obtenus 62  +13
Annie Lööf portrait crop.jpg Parti du centre – Annie Lööf
Voix 557 500
8,61 %
 +2,5
Sièges obtenus 31  +9
Jonas Sjöstedt 02.JPG Parti de gauche – Jonas Sjöstedt
Voix 518 454
8,00 %
 +2,3
Sièges obtenus 28  +7
Ebba Busch Thor cropped.jpg Chrétiens-démocrates – Ebba Busch Thor
Voix 409 478
6,32 %
 +1,8
Sièges obtenus 22  +6
Jan Björklund 2010 100x113px.jpg Les Libéraux – Jan Björklund
Voix 355 546
5,49 %
 +0,1
Sièges obtenus 20  +1
Gustav Fridolin, Isabella Lövin.jpg Parti de l'environnement Les Verts – Gustav Fridolin et Isabella Lövin
Voix 285 899
4,41 %
 −2,5
Sièges obtenus 16  −9
Parti en tête par circonscription électorale (gauche) et par commune (droite)
Carte
Composition du nouveau Riksdag
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Stefan Löfven
Parti social-démocrate

Des élections législatives se déroulent en Suède le pour renouveler les 349 membres de son parlement monocaméral, le Riksdag. Des élections municipales et régionales ont lieu simultanément.

Avec 6 535 271 votants sur 7 495 936 électeurs électeurs inscrits sur les listes électorales, soit, 87,18 %, la participation a été la plus élevée depuis 33 ans. Le gouvernement de coalition minoritaire sortant, composé du Parti social-démocrate suédois des travailleurs (centre gauche) et du Parti de l'environnement Les Verts (centre gauche écologiste), recule, obtenant un tiers des sièges. Avec l'appui du Parti de gauche, qui lui offrait un soutien sans participation dans la législature sortante, il demeure néanmoins le principal bloc au Parlement, avec 42 % des sièges. L'Alliance, le bloc des partis d'opposition de centre droit, progresse très légèrement et talonne le bloc de gauche, ne terminant qu'un siège derrière. Le parti Démocrates de Suède (extrême droite) progresse, mais moins que ne le laissaient supposer les sondages, obtenant 17,5 % des voix et le plus important gain en sièges. L'absence d'une majorité nette et le refus de coopération entre les trois blocs annoncent une difficile formation d'un gouvernement.

Contexte

Crises au sein des Modérés

En mars 2017, la dirigeante des Modérés, Anna Kinberg Batra, annonce ne plus considérer comme tabou une alliance avec les Démocrates suédois. Cette rupture du « cordon sanitaire » imposé par l'ensemble des partis suédois au mouvement nationaliste lui attire de nombreuses critiques et une chute notable des Modérés dans les sondages d'opinion. Batra se retire finalement de la tête du parti le 1er octobre. Elle est remplacée par Ulf Kristersson, qui annonce ne pas partager l'opinion de son prédécesseur quant à une alliance avec les nationalistes[1].

Alliance pour la Suède

Lors des élections générales de 2014, le parti des Modérés arrive une nouvelle fois second, mais son dirigeant Fredrik Reinfeldt ne parvient pas à conserver le poste de Premier ministre, notamment à cause de l’effritement des voix entre son propre parti et celui de ses alliés et membres de l'Alliance : le Parti du peuple, le Parti du centre et les Chrétiens-démocrates. Pour les élections de 2018, les quatre partis de l'Alliance ont déclaré reconduire leur collaboration.[réf. nécessaire]

Rouges-verts

En 2014, le Parti social-démocrate était allié aux Verts. Arrivés en tête en nombre de voix et de sièges, les sociaux-démocrates dirigent le gouvernement. Stefan Löfven, ancien président du syndicat IF Metall  et chef des sociaux-démocrates depuis janvier 2012, devient Premier ministre.

Autres partis

Lors des élections de 2014, les Démocrates de Suède récoltent presque 13 % des voix, ce qui leur permet de devenir la troisième force au Parlement. Cette montée en puissance du parti de droite à extrême droite s'était confirmé lors des élections européennes de 2014, lors desquelles il reçoit près de 10 % des suffrages exprimés et envoie deux élus au Parlement européen.

Système électoral

L'élection des 349 députés du Riksdag pour des mandats de quatre ans se fait selon deux modes de scrutin simultanés[2] :

  • 310 députés sont élus à la proportionnelle via un scrutin de listes permettant le vote préférentiel dans 29 circonscriptions de 2 à 34 sièges selon leur population. Au décompte des votes, les sièges sont répartis selon la méthode de Sainte-Laguë entre les partis ayant soit atteint le seuil électoral de 4 % au moins des suffrages exprimés à l'échelon national, soit celui de 12 % des suffrages d'une circonscription ;
  • les 39 sièges restants, appelés compensatoires, sont attribués aux différents partis ayant dépassé le seuil de 4 % des voix dans une unique circonscription nationale, afin de rapprocher le plus possible la répartition finale des sièges de celle des suffrages exprimés.

Les électeurs votent pour une liste de partis mais peuvent aussi exprimer leur préférence pour des candidats de cette liste via un vote préférentiel. Dans ce cas, le minimum requis pour être élu sur la base de ce vote préférentiel est de 8% du total des suffrages exprimés en faveur du parti du candidat dans la circonscription concernée.

Forces en présence

Parti Chef de file Idéologie[3] Résultat en 2014[4] Alliance
Parti social-démocrate (S) Stefan Löfven
Premier ministre
Centre gauche
Social-démocratie, féminisme
31,01 %
113 sièges
Rouges-verts
Modérés (M) Ulf Kristersson Droite
Libéral-conservatisme, libéralisme économique
23,33 %
84 sièges
L'Alliance
Démocrates de Suède (SD) Jimmie Åkesson Droite à extrême droite
National-conservatisme, opposition à l'immigration, euroscepticisme
12,86 %
49 sièges
Parti de l'environnement Les Verts (MP) Gustav Fridolin et Isabella Lövin Centre gauche
Écologisme, euroscepticisme
6,89 %
25 sièges
Rouges-verts
Parti du centre (C) Annie Lööf Centre
Social-libéralisme, humanisme, agrarisme
6,11 %
22 sièges
L'Alliance
Parti de gauche (V) Jonas Sjöstedt Gauche
Socialisme démocratique, féminisme, euroscepticisme
5,72 %
21 sièges
Rouges-verts
Les Libéraux (L) Jan Björklund Centre droit
Social-libéralisme, europhilie
5,42 %
19 sièges
L'Alliance
Chrétiens-démocrates (KD) Ebba Busch Thor Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme social
4,57 %
16 sièges
L'Alliance
Initiative féministe (F!) Gudrun Schyman
Gita Nabavi 
Gauche
Féminisme radical, antiracisme[réf. nécessaire]
3,12 %
0 sièges

Sondages

Moyenne lissées des sondages électoraux par parti de septembre 2014 aux élections

Résultats

Résultats des élections législatives suédoises de 2018[5]
Parti Votes % +/− Sièges +/−
Parti social-démocrate (S) 1 830 386 28,26 Decrease2.svg 2,75 100 Decrease2.svg 13
Modérés (M) 1 284 698 19,84 Decrease2.svg 3,49 70 Decrease2.svg 14
Démocrates de Suède (SD) 1 135 627 17,53 Increase2.svg 4,68 62 Increase2.svg 13
Parti du centre (C) 557 500 8,61 Increase2.svg 2,49 31 Increase2.svg 9
Parti de gauche (V) 518 454 8,00 Increase2.svg 2,29 28 Increase2.svg 7
Chrétiens-démocrates (KD) 409 478 6,32 Increase2.svg 1,75 22 Increase2.svg 6
Les Libéraux (L) 355 546 5,49 Increase2.svg 0,07 20 Increase2.svg 1
Parti de l'environnement Les Verts (MP) 285 899 4,41 Decrease2.svg 2,47 16 Decrease2.svg 9
Initiative féministe (F!) 29 665 0,46 Decrease2.svg 2,67 0 Steady.svg
Alternative pour la Suède (AfS) 20 290 0,31 Nv 0 Nv
Coalition citoyenne (MED) 13 056 0,20 Nv 0 Nv
Parti pirate (PP) 7 326 0,11 Decrease2.svg 0,32 0 Steady.svg
Autres partis (21) 28 800 0,45 - 0 -
Rouges-verts (S-MP-V) 2 634 739 40,68 Decrease2.svg 2,94 144 Decrease2.svg 15
L'Alliance (M-C-L-KD) 2 607 222 40,26 Increase2.svg 0,84 143 Increase2.svg 2
Démocrates de Suède (SD) 1 135 627 17,53 Increase2.svg 4,68 62 Increase2.svg 13
Votes valides 6 476 725 99,11
Votes blancs et invalides 58 546 0,89
Total 6 535 271 100 - 349 Steady.svg
Abstentions 960 665 12,82
Nombre d'inscrits / participation 7 495 936 87,18

Représentation selon l'axe gauche/droite :

28 100 16 31 20 22 70 62
V S MP C L KD M SD

Galerie

Formation du gouvernement

Résultats par alliance.

Aucun des trois blocs ne recueille la majorité absolue, augurant de difficile négociations, voire un blocage institutionnel. Les Rouges-verts tout comme l'Alliance annoncent en effet leur intention de voter contre un gouvernement minoritaire de l'autre bord, ainsi que leur refus l'un comme l'autre de négocier avec les Démocrates de Suède. Les partis au Riksdag disposent de quatre tentatives de formation d'une coalition, assortis chacune d'un vote de confiance du parlement, sous peine de devoir rappeler la population aux urnes sous trois mois[6].

Selon les principes du « parlementarisme négatif » appliqué en Suède, un gouvernement peut se voir voter la confiance par une minorité des parlementaires si une partie des députés restants le "tolére" en s'abstenant, à defaut de le soutenir ouvertement. L'enjeu du vote consiste ainsi pour le gouvernement, dit minoritaire, à ne pas se voir opposé une majorité absolue de vote contre[7].

La première tentative de formation d'une coalition stable, menée du 2 ou 14 octobre par le chef des Modérés Ulf Kristersson, échoue sans qu'un vote ne soit tenu[8].

La seconde tentative, menée du 15 au 29 octobre par le chef des sociaux démocrates Stefan Löfven, échoue également sans qu'un vote ne soit tenu[9],[10].

Troisième tentative

La troisième tentative est menée à partir du 30 octobre par le président du parlement Andreas Norlén[11]. Le 5 novembre, celui-ci annonce qu'il va présenter Ulf Kristersson à la nomination au poste de Premier ministre. Un vote du Riksdag est alors prévu pour le 14 novembre. Cette décision provoque des tensions au sein de la coalition de droite, la dirigeante du Parti du centre, Annie Lööf critiquant la décision d'Andreas Norlén, un modéré, de procéder ainsi en faveur du chef des Modérés alors même qu'elle était attendue pour mener la troisième tentative de formation d'un gouvernement[12],[13].

Ulf Kristersson soumet à la date prévue sa proposition d'un gouvernement minoritaire composé des modérés et des chrétiens-démocrates. Il est sans surprise rejeté par la chambre par 195 voix contre et 154 pour, seuls les partis membres ainsi que les démocrates suédois ayant votés pour. Malgré leurs positions dans l'alliance, les libéraux et les centristes refusent en effet d'investir un gouvernement dont la majorité repose sur un soutien des démocrates suédois, impliquant à minima de leur part un droit de regard sur la politique migratoire du pays. « Le vote aujourd’hui ne consiste pas à empêcher Ulf Kristersson de devenir Premier ministre mais à priver les Démocrates de Suède d’une influence » se justifie ainsi la dirigeante centriste Annie Lööf[14]. Ulf Kristersson regrette pour sa part « une occasion ratée » et juge la division de l’Alliance comme la plus grave crise de sa vie politique. Le vote est par ailleurs jugé historique, aucun candidat au poste de Premier Ministre n'ayant été rejeté par le parlement suédois depuis son passage au monocamérisme en 1971[15], et de ce fait révélateur de l'impasse dans laquelle se trouve le pays[16].

Résultat du vote du 14 novembre :

Majorité absolue
195 22 70 62
Votes contre KD M SD

Quatrième tentative

Dés le lendemain du vote, Annie Lööf est chargée de former une coalition sous une semaine. Bien que refusant le poste de Premier ministre, Lööf accepte de se charger de la formation d'un gouvernement élargi aux partis de part et d'autre du centre tout en excluant le Parti de gauche et les Démocrates suédois[17],[18]. Les négociations menées par Lööf se révèlent néanmoins infructueuses. À l'expiration de son délai de sept jours, le président du Riksdag Andreas Norlén reprend la main et, le 22 novembre, annonce qu'il va présenter Stefan Löfven à la nomination au poste de Premier ministre le 3 décembre, pour un vote devant avoir lieu sous quatre jours, laissant deux semaines à ce dernier pour tenter a nouveau de rassembler une majorité. Norlén espère notamment voir un Premier ministre nommé avant le vote du budget au Riksdag, prévu pour le 12 décembre, précisant que « Pour les citoyens, il est temps que cette situation se termine »[7]. Löfven propose alors d'inclure à sa coalition les partis du centre et des libéraux, mais ceux-ci posent des conditions en termes de programme socio-économique que juge inacceptable le Parti de gauche. Norlén juge néanmoins prometteuse les négociations et étend son délai jusqu'au 7 voire 10 décembre en fonction des résultats. Le 4, Lööf annonce que les sociaux-démocrates n'ont toujours pas « convenablement » répondu aux exigences de son parti, notamment sur une baisse des impôts et un assouplissement du code du travail, et qu'en l'état celui-ci lui refuserait la confiance. Elle affirme dans la foulée accorder « une dernière chance » à Norlén, laissant la porte ouverte à une poursuite des négociations[19]. Löfven n'accédant pas a ses demandes sur une libéralisation du code du travail, elle annonce le 10 décembre que son parti votera contre lors du vote de confiance du social-démocrate[20].


Résultat du vote du 14 décembre :

Majorité absolue
100 16 28 205
S MP Abst. Votes contre

Notes et références

  1. (sv) « Ulf Kristersson vill göra upp med S om invandringen », sur Dagens Nyheter, .
  2. « IPU PARLINE database: SUEDE (Riksdagen), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 3 juillet 2018).
  3. (en) Josep M. Colomer, Comparative European Politics, Routledge, (ISBN 9781134073542, lire en ligne).
  4. Corinne Deloy, « Elections législatives suédoises : percée attendue des populistes de droite », sur www.robert-schuman.eu, (consulté le 7 septembre 2018).
  5. (sv) « Röster - Val 2018 », sur data.val.se (consulté le 18 septembre 2018).
  6. « LEAD 1-La gauche suédoise ne soutiendra pas un gouvernement de droite », sur reuters.com, .
  7. a et b Suède : la gauche de nouveau appelée à former un gouvernement
  8. « Suède-Kristersson renonce à former un gouvernement de centre-droit », Zone Bourse,‎ (lire en ligne).
  9. « Suède: Le Premier ministre sortant invité à former un nouveau gouvernement », Challenges,‎ (lire en ligne)
  10. « Suède: toujours pas de gouvernement 8 semaines après les élections », RTL,‎ (lire en ligne).
  11. (en) « Sweden's party leaders meet for group talks in bid to break deadlock », The Local,‎ (lire en ligne).
  12. (sv) Edgar Mannheimer, « Ulf Kristersson vill föra Alliansens politik », DN.SE,‎ (lire en ligne).
  13. « Suède: le patron de la droite va de nouveau tenter de former un gouvernement », sur m.fr.canoe.ca, (consulté le 7 novembre 2018)
  14. « Suède: la candidature du patron de la droite comme Premier ministre rejetée », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  15. (sv) « Sanningens minut för Ulf Kristerssons (M) tänkta regering », DN.SE,‎ (lire en ligne).
  16. « La Suède se cherche désespérément un premier ministre », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  17. « Suède-Le Parti du centre tente à son tour de former un gouvernement », sur www.boursorama.com, (consulté le 21 novembre 2018).
  18. (en) « Could Centre Party leader Annie Lööf get Sweden a government? », The Local,‎ (lire en ligne).
  19. « Suède: Le Parti du Centre laisse "une dernière chance" à Löfven », sur Challenges, (consulté le 5 décembre 2018)
  20. Suède: Le Parti du centre ne veut pas de Löfven comme Premier ministre