Élections législatives rwandaises de 2018

Élections législatives rwandaises de 2018
80 sièges à la Chambre des députés
(majorité absolue : 41 sièges)
et
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Front patriotique rwandais
74 %
 −2,2
Sièges obtenus 40  −1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti social-démocrate
8,5 %
 −4,5
Sièges obtenus 5  −2
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti libéral
7 %
 −2,3
Sièges obtenus 4  −1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti social imberakuri
5 %
Sièges obtenus 2  +2
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Parti vert démocratique
5 %
Sièges obtenus 2
Composition de l'assemblée élue
Diagramme

Les élections législatives rwandaises de 2018 se déroulent les 2 et 3 septembre 2018 afin de renouveler les 80 membres de la Chambre des députés du Rwanda.

Selon les résultats provisoires, Le Front patriotique rwandais (FPR) et ses alliés remportent sans surprise une très large majorité des membres élus au scrutin direct, mais perdent la majorité absolue. Le Parti vert démocratique du Rwanda, seul parti d'opposition toléré, remporte deux sièges.

Contexte politique

Le Rwanda est un régime autoritaire. L'ONG Freedom House le décrit comme « l'un des pays les plus répressifs en Afrique »[1]. Ian Birrell pour le Guardian en 2016 décrit le Rwanda de Paul Kagame comme un État « totalitaire » et un « État policier » où un réseau d'informateurs empêchent toute liberté d'expression[2] ; Marc Sommers pour le New York Times décrit un régime qui se maintient par la force, réprimant les médias indépendants et les mouvements politiques d'opposition[3]. Paul Kagame, au pouvoir depuis 1994, a remporté l'élection présidentielle de 2017 avec 98,6 % des voix.

À l'exception du Parti vert démocratique, tous les partis politiques sont affiliés au gouvernement, et ne présentent qu'une opposition de façade. Le Front patriotique rwandais, parti du président, exerce ainsi un pouvoir « hégémonique » sur le pays. Pour ces élections législatives, le Parti social-démocrate par exemple ne fait pas réellement campagne, et met simplement en avant son soutien au président[4],[5].

Mode de scrutin

La chambre des députés est la chambre basse du parlement bicaméral du Rwanda. Elle comprend 80 sièges pourvus tous les cinq ans dont 53 au scrutin proportionnel plurinominal avec liste bloquées dans une unique circonscription nationale. Après décompte des voix, les sièges sont répartis selon la méthode dite du plus fort reste entre tous les partis ou candidats Indépendants ayant franchit le seuil électoral de 5 % des suffrages exprimés[6].

Sur les 27 sièges restants, 24 sont réservés à des femmes et pourvus au scrutin indirect par les conseillers municipaux et régionaux des quatre provinces rwandaises et de la capitale Kigali, 2 sont élus par le Conseil national de la jeunesse et le dernier par la Fédération des associations des handicapés. Ces 27 membres élus au scrutin indirect ne doivent appartenir à aucun parti politique[7].

Organisation

Paul Kagamé dissout l'assemblée le 10 août, conformément à l'article 79 de la constitution qui impose au président de mettre fin au mandat des membres de l'assemblée sortante entre 30 et 60 jours avant l'élection de leurs remplaçants. La période officielle de campagne électorale a lieu du 13 août au 1er septembre. 7,1 millions d'électeurs sont appelés à se rendre aux urnes, dont 46 % d'hommes et 54 % de femmes, pour un coût estimé du scrutin à près de 6 milliards de francs rwandais, selon la commission électorale[8].

Résultats

Avec 74 % des voix, la coalition menée par le Front patriotique rwandais conserve sa large majorité des sièges. Le Parti vert démocratique, seul parti d'opposition, obtient 5 % des voix et fait son entrée à la Chambre des députés avec deux élus : Frank Habineza, le chef du parti, et Jean-Claude Ntezimana. Ernest Kamanzi et Clarisse Imaniriho, âgés respectivement de 28 et de 23 ans, sont élus représentants de la jeunesse. Eugène Mussolini est élu député des citoyens handicapés[9].

Résultats provisoires des législatives rwandaises de 2018[10],[11],[12]
Parti Voix % Sièges +/-
Coalition Front patriotique rwandais 74 40 Decrease2.svg 1
Front patriotique rwandais (FPR) 36 Decrease2.svg 1
Parti démocrate centriste (PDC) 1 Steady.svg
Parti démocratique idéal (PDI) 1 Steady.svg
Parti pour le progrès et la concorde (PPC) 1 Steady.svg
Union démocratique du peuple rwandais (UDPR) 1 Increase2.svg 1
Parti social-démocrate (PSD) 8,5 5 Decrease2.svg 2
Parti libéral (PL) 7 4 Decrease2.svg 1
Parti social imberakuri (PSI) 5 2 Increase2.svg 2
Parti vert démocratique (PVDR) 5 2 Nv
Indépendants 0 Steady.svg
Membres élus au scrutin indirect 27 Steady.svg
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total ' 100 80 Steady.svg
Abstentions
Inscrits / participation

Notes et références

  1. (en) « ‘Game Over’ for Democracy in Rwanda », sur Freedom House, .
  2. (en) « Bad News: Last Journalists in a Dictatorship review – Rwanda’s ‘Big Brother’ », sur The Guardian, .
  3. (en) « The Darling Dictator of the Day », sur New York Times, .
  4. « Rwanda: élections législatives et locales pendant 3 jours », sur Radio France internationale, .
  5. (en) « Rwanda: Strong youth turnout expected in parliamentary election », sur Deutsche Welle, .
  6. « IPU PARLINE database: RWANDA (Chambre des Députés), Système électoral », sur archive.ipu.org (consulté le 6 septembre 2018).
  7. (en) « Women to rule Rwanda parliament », sur BBC, .
  8. « Rwanda : Kagamé dissout le parlement et ouvre la voie aux législatives de septembre », sur afrique.latribune.fr, .
  9. Résultats, Commission électorale
  10. « Législatives au Rwanda: large victoire du parti de Kagame (résultats partiels) », Journal de Brazza,‎ (lire en ligne).
  11. « Législatives rwandaises : Le FPR en tête (Résultats provisoires) », sur apanews.net, (consulté le 5 septembre 2018).
  12. (en) « Kagame's party wins big in Rwanda polls », The East African,‎ (lire en ligne).

Voir aussi