Élections législatives pakistanaises de 2018

Élections législatives pakistanaises de 2018
Postes à élire 342 sièges à l'Assemblée nationale
728 sièges aux Assemblées provinciales
Participation
51,77 %  −3,2
Imran Khan - portrait (cropped).jpg Mouvement du Pakistan pour la justice – Imran Khan
Voix 16 851 240
31,89 %
 +15
Sièges obtenus 158  +125
Mian Shehbaz Sharif.JPG Ligue musulmane du Pakistan (N) – Shehbaz Sharif
Voix 12 896 356
24,40 %
 −8,4
Sièges obtenus 82  −107
Bilawal Bhutto Zardari (May 2012) (cropped).JPG Parti du peuple pakistanais – Bilawal Bhutto Zardari
Voix 6 894 296
13,06 %
 −2,1
Sièges obtenus 54  +9
Carte
Diagramme
Premier ministre
Sortant Élu
Shahid Khaqan Abbasi
PML-N
Imran Khan
PTI
Premier ministre intérimaire
Nasir-ul-Mulk
Election Commission of Pakistan

Les élections législatives pakistanaises de 2018 se déroulent le afin de renouveler les élus de l'Assemblée nationale et des quatre assemblées provinciales du Pakistan après la fin de leur mandat de cinq ans reçus lors des élections législatives de 2013. Ces dernières avaient porté au pouvoir la Ligue musulmane du Pakistan (N), permettant à Nawaz Sharif de retrouver le poste de chef du gouvernement qu'il avait perdu en 1999 suite à un coup d’État militaire.

Toutefois, Nawaz Sharif est démis de son poste de Premier ministre le 28 juillet 2017 par la Cour suprême dans le cadre d'une enquête pour évasion fiscale, puis emprisonné un an plus tard peu avant le scrutin. Il est alors remplacé par l'un de ses proches, Shahid Khaqan Abbasi et à l'occasion de ces élections, la Ligue musulmane est menée par Shehbaz Sharif, frère de Nawaz.

Le parti d'opposition Mouvement du Pakistan pour la justice mené par Imran Khan arrive largement en tête, sans toutefois remporter la majorité absolue. Il devance notamment la Ligue musulmane et le Parti du peuple pakistanais, tandis que les islamistes du Muttahida Majlis-e-Amal enregistrent des résultats plus faibles qu'attendus. Khan revendique sa victoire malgré des accusations de fraudes de la part des principaux partis politiques dont celui sortant[1]. Le 17 août, il est élu Premier ministre par la nouvelle assemblée.

Contexte

Élections passées et contestations

Nawaz Sharif rencontre son homologue indien Narendra Modi en 2014.

Les élections législatives du 11 mai 2013 voient la victoire de la Ligue musulmane du Pakistan (N), marquant ainsi la fin du mandat du Parti du peuple pakistanais, au pouvoir depuis 2008 et qui avait succédé cette année là au régime militaire de Pervez Musharraf, lui-même arrivé au pouvoir en 1999 en renversant le Premier ministre Nawaz Sharif, dirigeant de la Ligue. Le scrutin marque donc le retour au pouvoir de ce dernier, son parti arrivant largement en tête et obtenant une légère majorité absolue après des ralliements. L'élection démontre alors une certaine normalisation de la vie politique, alors que pour la première fois dans l'histoire du pays un gouvernement civil cède la place à un autre à la fin de son mandat. Jusqu'ici, la vie politique était marquée par des coups d’État militaires, élections anticipées et crises politiques incessantes.

Toutefois, la régularité du scrutin est contestée par l'opposant Imran Khan qui a émergé à l'occasion de cette élection. La Ligue musulmane du Pakistan (N) est accusée de bourrages d'urnes dans 55 circonscriptions de la province du Pendjab. Alors que les recours judiciaires ne donnent rien, Imran Khan et Mohammad Tahir ul-Qadri lancent en août 2014 une longue marche de protestations qui réunit des centaines de milliers de militants et se termine en occupation de l'avenue de la Constitution d'Islamabad. Les meneurs du mouvement y mettent un terme quatre mois plus tard sans avoir obtenu l'organisation des élections anticipées qu'ils demandaient[2],[3].

Insurrection islamiste

Depuis 2002 et surtout 2007, le pays est confronté à une insurrection de la part des talibans dans le nord-ouest, à savoir la province de Khyber Pakhtunkhwa et surtout les régions tribales, frontalières avec l'Afghanistan. Le mandat de Nawaz Sharif est marqué par l'extension des opérations militaires, après d'infructueuses tentatives de négociations en 2013. Le 15 juin 2014, l'armée lance l'opération Zarb-e-Azb qui se concentre au Waziristan du Nord, dern ière zone des régions triables n'ayant pas été visé par une offensive. En représailles, les insurgés talibans perpètrent le massacre de l'école militaire de Peshawar le 16 décembre 2014. Il s'agit de la pire attaque terroriste de l'histoire du Pakistan, et la mort de plus d'une centaine d'enfants choque le pays.

Bien que les attaques insurgés restent fréquentes et parfois spectaculaires, le niveau de violence et le nombre de morts se sont nettement réduits depuis 2014, les talibans pakistanais ayant été expulsés du pays par les nombreuses opérations militaires[4]. Les insurgés utilisent toutefois depuis lors l'Afghanistan comme base arrière pour mener des attaques au Pakistan[5].

Chute de Nawaz Sharif

Kulsoom Nawaz Sharif est élue députée en 2017 dans la circonscription laissée vacante par la destitution de son époux.

En juillet 2017, la Cour suprême destitue le Premier ministre Nawaz Sharif pour falsification de preuve dans le cadre d'une enquête pour une évasion fiscale révélée par les Panama Papers. Il est par la suite remplacé par Shahid Khaqan Abbasi, un de ses proches[6]. Il est également interdit de diriger la Ligue musulmane du Pakistan (N) et il ne peut plus se présenter à un scrutin à vie[6].

Le 6 juillet 2018, Nawaz Sharif est condamné à dix ans de prison pour corruption et sa fille Maryam Nawaz Sharif à sept ans de prison[7]. Alors qu'ils sont menacés d'arrestation, Nawaz et Maryam retournent au Pakistan le 13 juillet, tandis que leurs partisans décident de les accueillir à l'aéroport, malgré l'interpellation d'un certain nombre d'entre eux[8]. Ils sont donc emprisonnés à leur arrivée dans le pays, tandis que Shehbaz Sharif organise une manifestation de soutien interdite[9]. Le clan Sharif accuse la puissante armée pakistanaise de comploter contre lui, tandis que certains médias et fonctionnaires notent une répression à l'encontre du parti sortant et dénoncent des censures[10],[11], voire un « coup d'État silencieux de l'armée »[12].

Recensement et découpage électoral

Durant la première moitié de l'année 2017, les autorités ont mené un très attendu recensement de la population. C'est en effet le premier depuis 1998 et il est réalisé avec six années de retard. Le précédent gouvernement avait commencé ce processus à la date prévue, mais les résultats préliminaires ont été très contestés et l'étude annulée. Le recensement est un sujet sensible au Pakistan alors qu'il traduit l'évolution du poids des différentes communautés ethno-linguistiques[13].

En 2018, malgré des critiques persistantes sur ce nouveau recensement, la Commission électorale le prend pour base afin de redécouper les circonscriptions électorales. Ces dernières n'avaient en effet pas été modifiées depuis 2002, posant un problème d'égalité des votes, des circonscriptions ayant connues des évolutions démographiques très différentes. Malgré tout, le nouveau découpage laisse apparaitre 30 circonscriptions sur 272 dont la population s'éloigne anormalement de la moyenne. Le député de la circonscription la plus peuplée (Bannu) représente ainsi 1,2 million d'habitants à lui seul quand celui de la moins peuplé (Kachhi-Jhal Magsi) n'en représente que 386 255[14],[15].

Système électoral

Article détaillé : Élections au Pakistan.

Le Pakistan possède un régime politique parlementaire bicaméral de type Westminster. Le Parlement du Pakistan se compose de deux chambres, l'Assemblée nationale élue pour une grande partie au scrutin direct, et le Sénat dont les membres sont choisis par les membres des assemblées provinciales, elles-mêmes élues selon le même mode de scrutin que l'Assemblée nationale. Les élections générales visent à choisir les seuls élus de l'Assemblée nationale et des assemblées provinciales.

Les candidats sont élus au suffrage universel direct uninominal majoritaire à un tour, c'est-à-dire que chaque électeur vote dans sa circonscription pour un candidat et celui arrivant en tête à l'issue d'un unique tour est élu, même avec une majorité relative de voix[16]. Un candidat peut présenter sa candidature dans plusieurs circonscriptions, mais ne doit garder qu'un siège s'il en remporte plusieurs. Une élection partielle est alors organisée dans la circonscription dont le poste de député est devenu vacant. Les membres élus doivent ensuite procéder à l'élection des « sièges réservés ». Pour l'Assemblée nationale, les 272 membres élus directement élisent 60 sièges réservés à des femmes et 10 sièges réservés à des minorités religieuses. Ces sièges sont répartis à la proportionnelle entre tous les partis ayant remporté un minimum de 5 % des voix au scrutin direct, mais répartis en proportion du nombre de sièges déjà obtenus et non en proportion des voix, de manière a laisser inchangé le résultat du vote populaire[16]. Une règle s'est ajoutée à l'occasion de ces élections, afin de parer la faible participation des femmes dans certaines régions très conservatrices : au moins 10 % de l'électorat doit être féminin dans chaque circonscription, sans quoi le candidat vainqueur peut voir son élection annulée[17].

Le nombre de sièges d'un parti utilisé pour la répartition des sièges réservés peut comprendre des candidats élus en tant qu'indépendants, si ceux-ci le rejoignent officiellement dans les trois jours suivants la publication des résultats des sièges élus au scrutin direct. Une fois la commission électorale informée, les candidats ne peuvent revenir sur ces ralliements avant l'élection des membres réservés, en accord avec l'article 92-6 de la loi électorale pakistanaise[18].

Partis en lice et programmes

L'opposant Imran Khan s'adressant à ses partisans.

La Ligue musulmane du Pakistan (N) au pouvoir tente de faire valoir son bilan, jugé relativement positif. Le niveau de violences liées à l’insurrection islamiste s'est en effet nettement réduit durant les dernières années, notamment sous l'effet de l'offensive de 2014. La croissance économique a régulièrement progressé durant toute la législature, passant de 4,4 % du PIB en 2013 à 5,7 % en 2017[19]. Le pays a ainsi poursuivi avec succès le développement de ses infrastructures, réussissant surtout à réduire les très problématiques coupures d'électricité. À ce titre, l'établissement du corridor économique Chine-Pakistan signé en 2016 a été déterminant[4]. L'économie du pays reste cependant fragile, du fait d'un fort déficit du commerce extérieur et d'une faiblesse monétaire et budgétaire. Le pays pourrait encore devoir demander l'aide du Fonds monétaire international à la suite de ces élections[20].

Le Mouvement du Pakistan pour la justice et son chef Imran Khan critiquent la corruption du gouvernement, un problème endémique dans le pays, ainsi que le népotisme du « clan Sharif » au pouvoir[21]. Le programme du parti promet également des investissements massifs dans l'éducation et la santé. Le mouvement tente également de faire valoir son bilan dans la province qu'il dirige depuis 2013, le Khyber Pakhtunkhwa. Il met notamment en avant une politique ambitieuse de reboisement, ayant replanté plus d'un milliard d'arbres et en promettant dix milliards s'il dirige le pays. Le parti place même la protection de l'environnement dans ses onze priorités, alors que le sujet est pour la première fois autant abordé lors de la campagne[22],[23].

Le Parti du peuple pakistanais tente de faire valoir la jeunesse de son meneur Bilawal Bhutto Zardari pour tenter de moderniser son image. Il prend pour slogan « paix, progrès prospérité ». Comme son rival de l'opposition, il aborde les sujets environnementaux en promettant un plan pour le climat et une meilleure gestion de l'eau. Le parti met également en avant un programme progressiste, promettant la mise en valeur des femmes et des minorités, ainsi qu'une sécurité sociale et un planning familial[24],[25].

Des dizaines d'autres partis politiques se présentent à ces élections, dont beaucoup n'ont qu'un encrage très local. Les cinq principaux partis arrivés en tête lors des élections de 2013 sont représentés dans le tableau ci-dessous :

Parti Chef de file Idéologie 2013 (voix et députés)
Ligue musulmane du Pakistan (N) Flag of the Pakistan Muslim League (Q).svg Shehbaz Sharif Centre droit
Conservatisme, libéralisme économique
32,8 %
189 sièges
Parti du peuple pakistanais Flagge der Pakistanischen Volkspartei.svg Bilawal Bhutto Zardari Centre gauche
Social-démocratie
15,2 %
45 sièges
Mouvement du Pakistan pour la justice Pakistan Tehreek-e-Insaf flag.PNG Imran Khan Centre à centre droit
Populisme, souverainisme, transparence, réformisme
16,9 %
33 sièges
Muttahida Qaumi Movement Flag of the Muttahida Qaumi Movement.svg Farooq Sattar Centre gauche
Social-libéralisme, laïcité, localisme
5,4 %
24 sièges
Muttahida Majlis-e-Amal Flag of MMA.svg Fazal-ur-Rehman Extrême droite
Islamisme
11,3 %
63 sièges
(2002)

Campagne et sondages

Moyenne lissées des sondages : LMPN en vert, le MPJ en rouge et le PPP en noir.

Le 1er juin 2018, le mandat des députés prend fin et le Premier ministre Shahid Khaqan Abbasi de la Ligue musulmane du Pakistan (N) doit quitter son poste. Le magistrat Nasir-ul-Mulk est nommé pour diriger un « gouvernement intérimaire » (caretaker cabinet) le temps des élections, suite à un accord entre le pouvoir et le principal parti d'opposition, le Parti du peuple pakistanais, comme le prévoit la Constitution[26].

La campagne officielle s'ouvre le 1er juillet[27]. Les différents sondages d'opinion montrent initialement une légère avance du parti au pouvoir, qui se fait distancer à la fin de la campagne électorale par le Mouvement du Pakistan pour la justice qui se confirme comme principal opposant[28], alors qu'il n'a émergé qu'en 2013 au détriment du Parti du peuple pakistanais, l'une des deux formations qui dominaient la vie politique depuis le début des années 1970.

Malgré l'amélioration sécuritaire, la situation reste tendue durant cette campagne. Le 6 mai 2018, le ministre de l’Intérieur Ahsan Iqbal est blessé par balle lors d'une tentative d'assassinat, alors qu'il assistait à un meeting électoral[6]. Le 10 juillet, un attentat à la bombe à Peshawar tue 22 personnes dont un candidat provincial en visant un rassemblement du Parti national Awami, une petite formation de gauche[29],[30],[31]. Le 13 juillet, un attentat-suicide à Mastung contre un meeting tue 149 personnes dont un candidat local du Parti baloutche Awami. Revendiqué par l'organisation État islamique, c'est le second attentat le plus meurtrier de l'histoire du pays[32],[33]. Le même jour, à Bannu, un autre attentat à la moto-piégée tue 4 personnes et en blesse 40 autres en essayant d'assassiner le candidat du MMA Akram Khan Durrani, mais ce-dernier survit[34]. Le 22 juillet, un nouvel attentat tue un candidat du Mouvement du Pakistan pour la justice pour la circonscription provinciale de Dera Ismail Khan[35].

Résultats

Composition de l'Assemblée nationale après ces élections.

Le 25 juillet, près de 106 millions de Pakistanais sont appelés aux urnes, 22 % de plus qu'en 2013, sous un climat sécuritaire tendu. Quelque 370 000 soldats sont mobilisés pour le jour du vote[36], ce qui n'empêche pas un attentat-suicide à Quetta qui tue un trentaine de personnes à l'entrée d'un bureau de vote[37]. Le 11 août, la Commission électorale établit les compositions finales des assemblées après des ralliements de candidats indépendants et l'élection des sièges réservés, aboutissant à un total de 158 sièges pour le Mouvement du Pakistan pour la justice, qui frôle ainsi la majorité absolue de 171 sièges à l'assemblée, nécessitant la formation d'une coalition gouvernementale[38],[39],[40].

Assemblée nationale

Résultats à l'Assemblée nationale[41]
Partis Votes % +/- Sièges
Élus Ind. Réservés Total +/-
Min. Fem.
Mouvement du Pakistan pour la justice 16 851 240 31,89 Increase2.svg 14,97 116 9 5 28 158 Increase2.svg 125
Ligue musulmane du Pakistan (N) 12 896 356 24,40 Decrease2.svg 8,37 64 0 2 16 82 Decrease2.svg 107
Parti du peuple pakistanais 6 901 675 13,06 Decrease2.svg 2,17 43 0 2 9 54 Increase2.svg 9
Muttahida Majlis-e-Amal 2 541 520 4,81 Increase2.svg 4,81 12 0 1 2 15 Increase2.svg 15
Muttahida Qaumi Movement 729 767 1,38 Decrease2.svg 4,03 6 0 0 1 7 Decrease2.svg 17
Ligue musulmane du Pakistan (Q) 515 258 0,97 Decrease2.svg 2,14 4 0 0 1 5 Increase2.svg 3
Parti baloutche Awami 317 290 0,60 Increase2.svg 0,60 4 0 0 1 5 Increase2.svg 5
Parti national baloutche 215 589 0,41 Increase2.svg 0,27 3 0 0 1 4 Increase2.svg 3
Grande alliance démocratique 1 257 354 2,38 Increase2.svg 2,38 2 0 0 1 3 Increase2.svg 3
Parti national Awami 808 229 1,53 Increase2.svg 0,53 1 0 0 0 1 Steady.svg
Ligue musulmane Awami du Pakistan 117 719 0,22 Increase2.svg 0,02 1 0 0 0 1 Steady.svg
Jamhoori Wattan 23 397 0,04 Increase2.svg 0,04 1 0 0 0 1 Increase2.svg 1
Tehreek-e-Labbaik Pakistan 2 231 697 4,22 Increase2.svg 4,22 0 0 0 0 0 Steady.svg
Autres partis (72) 14 535 005 2,71 - 0 0 0 0 0 Decrease2.svg 36
Indépendants 6 011 297 11,38 Decrease2.svg 1,58 13 -9 0 0 4 Decrease2.svg 4
Scrutin non tenus - - - 2 - - - 2 -
Votes valides 52 803 280 99,89
Votes blancs et invalides 57 997 0,11
Total 52 861 277 100 - 272 - 10 60 342 Steady.svg
Abstention 49 246 656 48,23
Nombre d'inscrits / participation 102 107 933 51,77 Decrease2.svg 3,25

Assemblées provinciales

Baloutchistan

Résultats à l'Assemblée provinciale du Baloutchistan
Partis Votes % +/- Sièges
Élus Ind. Réservés Total +/-
Min. Fem.
Parti baloutche Awami 446 795 24,59 % Increase2.svg 24,59 15 1 4 20 Increase2.svg 15
Muttahida Majlis-e-Amal 271 498 14,94 % Increase2.svg 14,94 7 1 2 10 Increase2.svg 10
Parti national baloutche 127 823 7,03 % Increase2.svg 0,83 7 1 2 10 Increase2.svg 8
Mouvement du Pakistan pour la justice 109 743 6,04 % Increase2.svg 4,19 5 1 1 7 Increase2.svg 7
Parti national Awami 49 030 2,70 % Increase2.svg 0,33 3 1 4 Increase2.svg 3
Parti national baloutche (Awami) 92 600 5,10 % Increase2.svg 4,28 2 1 3 Increase2.svg 3
Pashtunkhwa Milli Awami Party 118 106 6,50 % Decrease2.svg 6,30 1 1 Decrease2.svg 13
Jamhoori Wattan 28 317 1,56 % Increase2.svg 1,45 1 1 Increase2.svg 1
Ligue musulmane du Pakistan (N) 28 057 1,54 % Decrease2.svg 8,74 1 1 Decrease2.svg 18
Parti démocratique Hazara 12 803 0,70 % Decrease2.svg 0,25 1 1 Increase2.svg 1
Parti national 89 168 4,91 % Decrease2.svg 0,89 0 0 Decrease2.svg 10
Autres partis 128 680 7,08 % Decrease2.svg 10,10 0 0 Decrease2.svg 6
Indépendants 314 785 17,32 % Decrease2.svg 9,54 5 -1 4 Increase2.svg 1
Scrutin non tenus - - - 3 - - - 3 -
Votes blancs et invalides
Votes valides 1 817 405
Total 100 - 51 - 3 11 65 Steady.svg
Abstention 54,8
Nombre d'inscrits / participation 45,2 Increase2.svg 2,7

Khyber Pakhtunkhwa

Résultats à l'Assemblée provinciale de Khyber Pakhtunkhwa
Partis Votes % +/- Sièges
Élus Ind. Réservés Total +/-
Min. Fem.
Mouvement du Pakistan pour la justice 2 132 517 32,32 % Increase2.svg 13,01 66 2 2 16 86 Increase2.svg 39
Muttahida Majlis-e-Amal 1 127 707 17,08 % Increase2.svg 17,08 10 1 2 13 Increase2.svg 13
Parti national Awami 804 824 12,19 % Increase2.svg 1,85 7 2 9 Increase2.svg 4
Ligue musulmane du Pakistan (N) 655 144 9,92 % Decrease2.svg 5,98 5 1 6 Decrease2.svg 11
Parti du peuple pakistanais 604 790 9,16 % Increase2.svg 0,38 4 1 5 Increase2.svg 1
Parti Qaumi Watan 126 683 1,92 % Decrease2.svg 1,68 0 0 Decrease2.svg 10
Autres partis 217 933 3,30 % Decrease2.svg 22,67 0 0 Decrease2.svg 27
Indépendants 932 770 14,13 % Decrease2.svg 1,99 5 -2 3 Decrease2.svg 9
Scrutins non tenus 2 2
Votes blancs et invalides
Votes valides 6 602 368
Total 100 - 99 - 3 22 124 Steady.svg
Abstention 54,5
Nombre d'inscrits / participation 45,5 Increase2.svg 0,7

Pendjab

Résultats à l'Assemblée provinciale du Pendjab
Partis Votes % +/- Sièges
Élus Ind. Réservés Total +/-
Min. Fem.
Mouvement du Pakistan pour la justice 11 139 638 33,65 123 23 4 33 183 Increase2.svg 154
Ligue musulmane du Pakistan (N) 10 514 062 31,76 129 1 4 30 164 Decrease2.svg 151
Ligue musulmane du Pakistan (Q) 391 451 1,18 7 1 2 10 Increase2.svg 2
Parti du peuple pakistanais 1 784 513 5,39 6 1 7 Decrease2.svg 1
Pakistan Awami Raj 94 056 0,28 1 1 Increase2.svg 1
Tehreek-e-Labbaik Pakistan 1 876 265 0
Muttahida Majlis-e-Amal 442 029 0
Autres partis 0 Decrease2.svg 4
Indépendants 6 190 593 18,69 28 -24 4 Decrease2.svg 1
Scrutin non tenu 2 2
Votes blancs et invalides
Votes valides
Total 33 108 563 100 - 297 - 8 66 371 Steady.svg
Abstention 45,0
Nombre d'inscrits / participation 55,0 Decrease2.svg 4,6

Sind

Résultats à l'Assemblée provinciale du Sind
Partis Votes % +/- Sièges
Élus Réservés Total +/-
Min. Fem.
Parti du peuple pakistanais 3 839 389 38,42 Increase2.svg 5,79 76 5 17 98 Increase2.svg 6
Mouvement du Pakistan pour la justice 1 422 940 14,24 Increase2.svg 8,06 23 2 5 30 Increase2.svg 26
Muttahida Qaumi Movement 773 437 7,74 Decrease2.svg 17,79 16 1 4 21 Decrease2.svg 30
Grande alliance démocratique 1 489 002 14,90 Increase2.svg 14,90 11 1 2 14 Increase2.svg 14
Tehreek-e-Labbaik Pakistan 414 635 4,14 Increase2.svg 4,14 2 1 3 Increase2.svg 3
Muttahida Majlis-e-Amal 597 654 5,98 Increase2.svg 5,98 1 1 Increase2.svg 1
Ligue musulmane du Pakistan (N) 237 163 2,37 Decrease2.svg 3,66 0 0 Decrease2.svg 6
Pak Sarzameen 161 624 1,61 Increase2.svg 1,61 0 0 Steady.svg
Autres partis 292 115 2,92 Decrease2.svg 17,79 0 0 Decrease2.svg 13
Indépendants 763 621 7,64 Decrease2.svg 1,24 0 0 Decrease2.svg 1
Scrutin non tenu 1 1
Votes blancs et invalides
Votes valides 9 991 660
Total 100 - 130 9 29 168 Steady.svg
Abstention 52,4
Nombre d'inscrits / participation 47,6 Decrease2.svg 7,0

Analyse et conséquences

Contestations des résultats

Rapidement, la grande majorité des partis défaits lors de ces élections dénoncent des irrégularités massives en faveur du Mouvement du Pakistan pour la justice, et accusent l'armée pakistanaise de pressions pré-électorales. La Ligue musulmane du Pakistan (N) affirme notamment « rejeter totalement » les résultats, pointant des « fraudes flagrantes » notamment dans le processus de comptage. Ses agents électoraux auraient d'après elle été expulsés de certains bureaux de vote tandis que le formulaire officiel sur lequel doivent être notifié les atteintes constatés par eux au bon déroulement du vote ne leur aurait pas été fourni[42],[43]. La Commission électorale nie cependant le même jour toute fraude lors du scrutin[44].

Dans son discours de victoire le 26 juillet, Imran Khan promet d'aider à prouver d'éventuelles irrégularités. Le 27 juillet, la Ligue musulmane et ses alliés de la Muttahida Majlis-e-Amal tiennent une conférence commune avec le Parti Qaumi Watan, le Pashtunkhwa Milli Awami Party, le Parti national et le Parti national Awami, dans le but de lancer un mouvement de protestations et demander de nouvelles élections. Après avoir écarté l'hypothèse d'un boycott des assemblées défendu par Fazal-ur-Rehman, le Parti du peuple pakistanais rejoint le reste de l'opposition le 30 juillet pour demander une enquête parlementaire[45],[46].

Deux missions d'observateurs internationaux étaient présentes lors du scrutin, menées par l'Union européenne et le Commonwealth. Elles estiment que les militaires n'ont pas directement interféré dans le processus de vote et que le comptage a été globalement honnête et transparent mais relèvent que des difficultés se sont présentées occasionnellement, en raison de problèmes techniques sur le nouveau logiciel et d'agents électoraux parfois absents. Les observateurs notent surtout un environnement défavorable lors de la campagne électorale, pointant des opportunités de communications très différentes selon les partis ainsi que des pressions sur les médias[47].

Formation du gouvernement

Le 30 juillet, le PTI annonce avoir trouvé un accord en vue de former un gouvernement de coalition, espérant rallier des candidats indépendants, la Ligue musulmane du Pakistan (Q), le Parti baloutche Awami et la Grande alliance démocratique. Le Muttahida Qaumi Movement est également envisagé comme potentiel allié[48],[49].

Le , Imran Khan reçoit l'investiture de l'Assemblée nationale par 176 voix favorables, soit quatre de plus que la majorité requise. Sa prestation de serment a lieu le lendemain 18 août[50].

Notes et références

  1. Pakistan: Imran Khan se proclame victorieux des élections législatives RFI
  2. (en) Imran harping on poll rigging for political gains sur The News, le 3 mai 2014
  3. (en) Imran Khan Announce to Ends Islamabad Sit-in over Peshawar Attack sur The Pak Media, le 17 décembre 2014
  4. a et b Le Pakistan s'oriente vers une normalisation de la vie politique sur Le Point, le 27 mai 2018
  5. Pakistan: un attentat qui pose la question du pouvoir de nuisance des talibans sur Radio France internationale, le 4 février 2018
  6. a, b et c « Pakistan : le ministre de l’intérieur blessé par balle dans une tentative supposée d’assassinat », sur lemonde.fr, (consulté le 6 mai 2018)
  7. « Pakistan : l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif condamné pour corruption », sur parismatch.com (consulté le 7 juillet 2018)
  8. « Nawaz Sharif, de retour au Pakistan, après sa condamnation à 10 ans de prison - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI (consulté le 13 juillet 2018)
  9. https://www.challenges.fr/monde/l-ancien-premier-ministre-nawaz-sharif-arrete-a-son-retour-au-pakistan_601197
  10. Pakistan: pas de docteur personnel pour l'ex-Premier ministre Nawaz Sharif emprisonné et souffrant sur L'Express, le 23 juillet 2018
  11. Avant des élections au Pakistan, l'ombre de l'armée sur la presse sur L'Express, le 29 juin 2018
  12. « Pakistan: les législatives "crédibles" mais moins bonnes qu'en 2013 », sur RTBF Info (consulté le 30 juillet 2018)
  13. Le Pakistan compte sa population, un recensement très politique sur geopolis.francetvinfo.fr, le 14 mars 2017
  14. Pakistan’s 2018 Delimitation of Electoral Districts: Analysis of preliminary results sur democracy-reporting.org, le 15 mars 2018
  15. (en) ECP report shows disparity in constituency-wise vote numbers sur Dawn.com, le 6 mars 2018
  16. a et b (en) Chapter 2. THE MAJLIS-E-SHOORA (Parliament), la Constitution du Pakistan, consulté le 16 août 2012
  17. Législatives au Pakistan: à Peshawar, les femmes s’arment de courage pour voter sur Radio France internationale, le 24 juillet 2018
  18. (en) Loi électorale
  19. GDP growth (annual %) sur data.worldbank.org
  20. Pakistan: le gouvernement à venir hérite d'une économie en piteux état sur La Croix, le 8 juillet 2018
  21. A un mois des élections, Imran Khan promet "l'émergence d'un nouveau Pakistan" sur L'Orient le Jour, le 24 juin 2018
  22. Au Pakistan, des centaines de millions d'arbres plantés contre la déforestation sur L'Union, le 26 juin 2018
  23. Imran presents PTI's 11-point agenda sur geo.tv, le 30 avril 2018
  24. PPP manifesto for 2018 elections sur nation.com.pk, le 11 juillet 2018
  25. Bilawal unveils PPP manifesto for General Election 2018 sur geo.tv, le 28 juin 2018
  26. « Un juge prend la tête du Pakistan », sur Courrier international (consulté le 29 mai 2018)
  27. ECP reminds Punjab government to provide security to candidates sur geo.tv, le 1er juillet 2018
  28. « Le Pakistan face au spectre de l'instabilité », sur Le Figaro (consulté le 25 juillet 2018)
  29. « Plus d'une centaine de morts dans un attentat de l'EI contre un meeting électoral au Pakistan », sur france24.com, (consulté le 17 juillet 2018)
  30. Pakistan: attentat contre une réunion électorale sur L'Express, le 11 juillet 2018
  31. « Plus d'une centaine de morts dans un attentat de l'EI contre un meeting électoral au Pakistan », sur france24.com, (consulté le 17 juillet 2018)
  32. « Plus d'une centaine de morts dans un attentat de l'EI contre un meeting électoral au Pakistan », sur france24.com, (consulté le 17 juillet 2018)
  33. Pakistan : l'attentat de vendredi a fait 149 morts, selon un nouveau bilan sur boursedirect.fr, le 15 juillet 2018
  34. « Plus d'une centaine de morts dans un attentat de l'EI contre un meeting électoral au Pakistan », sur france24.com, (consulté le 17 juillet 2018)
  35. Pakistan: le candidat visé par un attendat suicide est mort sur RTBF, le 22 juillet 2018
  36. Pakistan : l'armée nie tout "rôle direct" dans les élections sur Le Figaro, le 10 juillet 2018
  37. Pakistan. Au moins 30 tués dans un attentat près d’un bureau de vote sur Ouest France, le 25 juillet 2018
  38. (en) General elections 2018 - Reserved seats sur le site de la Commission électorale du Pakistan
  39. (en) [1]
  40. [2]
  41. commission électorale du Pakistan
  42. Elections au Pakistan : «En dehors du PTI, tous les partis dénoncent des fraudes» Libération
  43. Législatives au Pakistan. Le parti du gouvernement sortant rejette les résultats Ouest france
  44. (en) ECP rejects political parties' claim of 'rigging' on election day business recorder
  45. (en) Multi-party moot rejects poll results, demands re-election sur Dawn.com, le 28 juillet 2018
  46. (en) Grand opposition alliance taking shape in parliament sur Dawn.com, le 31 juillet 2018
  47. (en) Foreign observers find no meddling by troops in polling sur Dawn.com, le 28 juillet 2018
  48. « Pakistan : le parti d'Imran Khan affirme pouvoir former une coalition à l'Assemblée », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 30 juillet 2018)
  49. (en) Pakistan election: Imran Khan begins coalition talks as opposition parties protest 'rigged' vote sur independent.co.uk, le 28 juillet 2018
  50. AFP, « L’ex-champion de cricket Imran Khan prend les rênes du Pakistan », sur Libération, (consulté le 17 août 2018) (inscription nécessaire)

Voir aussi