Élections législatives malaisiennes de 2018

Élections législatives malaisiennes de 2018
222 députés du Dewan Rakyat
Majorité absolue : 112 députés
Corps électoral et résultats
Population 32 258 900
Inscrits 14 940 624
Votants 12 299 514
82,32 %  −2,5
Malaysian Prime Minister Mahathir Mohamad (42910851015) (cropped).jpg Pakatan Harapan – Mahathir Mohamad
Voix 5 615 822
45,56 %
 +8,5
Sièges obtenus 113  +46
Najib Razak 2008-08-21.jpg Barisan Nasional – Najib Razak
Voix 4 080 797
33,80 %
 −13,6
Sièges obtenus 79  −54
Hadi Awang (cropped).jpg Gagasan Sejahtera – Hadi Awang
Voix 2 051 188
16,99 %
 +2,2
Sièges obtenus 18  −3
Parti arrivé en tête par province.
Carte
Composition du Parlement élu.
Diagramme
Premier ministre de Malaisie
Sortant Élu
Najib Razak
BN
Mahathir Mohamad
PH
Logo des élections.

Les élections législatives malaisiennes de 2018 se déroulent le en Malaisie afin de renouveler les 222 membres de la chambre des représentants de Malaisie. Les élections pour les parlements de douze des treize États de Malaisie se déroulent le même jour.

Les élections constituent une victoire historique du principal parti d’opposition, le Pakatan Harapan (Alliance de l'espoir, PH), de l'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, mettant fin à 61 ans de pouvoir du Barisan Nasional (Front national, BN) qui dirigeait le pays depuis l’indépendance en 1957. Avec 122 sièges sur 222, l'opposition obtient la majorité absolue. Le nouveau Premier ministre Mahathir Mohamad devient à 92 ans le plus vieux dirigeant du monde. C'est la première alternance politique de l'histoire du pays[1].

Mode de scrutin

La chambre des représentants est la chambre basse du parlement bicaméral malais. Elle est composée de 222 députés élus au scrutin majoritaire uninominal à un tour dans autant de circonscriptions uninominales[2].

La date du scrutin, finalement fixée pour le 9 mai 2018, devait se dérouler entre novembre 2017 et août 2018[3].

Le droit de vote s'acquiert à 21 ans.

Irrégularités

En vue du scrutin, le gouvernement sortant décide d'un redécoupage électoral, censé favoriser ses fiefs[3]. Par ailleurs, une loi sévère sur les fake news est également votée[3]. Enfin, le risque de l'usage d'électeurs fantômes est également évoqué[3].

Le scrutin, organisé un mercredi et non pas un week-end comme habituellement[4], se distingue par d'autres irrégularités, comme des difficultés pour la diaspora de voter[4], ou encore l'interdiction aux citoyens de voter en short, ce qui n'est pourtant pas contraire à la loi[4].

Résultats

Résultats des élections législatives malaisiennes de 2018[5]
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Pakatan Harapan (PH) 5 615 822 45,56 Increase2.svg 8,46 113 Increase2.svg 46
Barisan Nasional (BN) 4 080 797 33,80 Decrease2.svg 13,58 79 Decrease2.svg 54
Gagasan Sejahtera (GS) 2 051 188 16,99 Increase2.svg 2,21 18 Decrease2.svg 3
Parti Warisan Sabah (WARISAN) 280 520 2,32 Increase2.svg 2,32 8 Increase2.svg 8
Alliance unie de Sabah (USA) 66 902 0,55 Increase2.svg 0,55 1 Increase2.svg 1
Autres partis 22 431 0,19 - 0 Decrease2.svg 1
Listes indépendantes 70 770 0,59 Decrease2.svg 0,20 3 Increase2.svg 3
Votes blancs et nuls 217 083 1,76
Votes valides 12 082 431 98,24
Total 12 299 514 100 - 222 Steady.svg
Abstention 2 641 110 17,68
Inscrits/Participation 14 940 624 82,32

Conséquences

Malgré le redécoupage des circonscription électorales à son profit, le Barisan Nasional (Front national : droite conservatrice, libérale en économie), au pouvoir depuis l'indépendance du pays en 1957, est battu, affaibli par des affaires de corruption[6]. Le Pakatan Harapan (Alliance de l'espoir : coalition de partis principalement de centre gauche, progressistes et sociaux-libéraux) remporte de peu la majorité absolue des sièges. Mahathir Mohamad (Parti unifié indigène de Malaisie : centre droit, membre de l'Alliance de l'espoir), ancien Premier ministre de 1981 à 2003 mais devenu l'un des principaux opposants au gouvernement de Najib Razak, devient Premier ministre, à l'âge de 92 ans. Il avait promis de céder à terme le pouvoir à Anwar Ibrahim, chef de longue date de l'opposition mais en prison à la suite d'une condamnation, contestée, pour sodomie. Dès le 11 mai, Mahathir annonce que le roi Muhammad Faris Petra a donné son accord pour pardonner et libérer Anwar Ibrahim ; il réitère à cette occasion qu'il lui cédera le pouvoir dans deux ans[7]. Sa libération intervient le 16 mai suivant[8].

Le 12 mai 2018, Razak est interdit de sortie du territoire[9], alors qu'il s'apprêtait à se rendre en Indonésie pour une « pause »[10]. Durant la campagne, Mahathir Mohamad a déclaré vouloir le poursuivre, éventuellement « par Interpol s'il s'enfuyait »[11].

Analyses

Pour le chercheur James Chin, de l'université de Tasmanie, « le plus gros défi va être de reconstruire les institutions d'État qui ont été compromises durant les dix années de règne de Najib. Il ne faudra pas seulement leur redonner leur indépendance, mais aussi reconstruire toute la culture de l'appareil d'État »[4].

Pour Sophie Lemière, chercheuse à Harvard, « la Malaisie est toujours un système féodal, sensible aux leaders charismatiques. Toute une histoire a été construite autour de Mahathir, pour le présenter comme le messie qui se battra pour la démocratie jusqu'à son dernier souffle »[12].

Notes et références

  1. « Elections législatives en Malaisie: victoire historique de l’opposition - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI (consulté le 10 mai 2018).
  2. « IPU PARLINE database: MALAISIE (Dewan Rakyat), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le 15 mai 2018).
  3. a, b, c et d Laurence Defranoux, « En Malaisie, la grande cuisine électorale », sur Libération, (consulté le 11 mai 2018) (inscription nécessaire).
  4. a, b, c et d Laurence Defranoux, « Malaisie : «C’est notre prise de la Bastille» », sur Libération, (consulté le 11 mai 2018) (inscription nécessaire).
  5. « Dashboard PRU 14 », sur Pilihan Raya Umum Malaysia 14, Suruhanjaya Pilihan Raya Malaysia (consulté le 11 mai 2018).
  6. (en) « Corruption, money and Malaysia's election », sur BBC News, .
  7. (en) "Anwar Ibrahim: Jailed Malaysian politician will get royal pardon says Mahathir", BBC News, 11 mai 2018
  8. « Gracié, l’ex-opposant malaisien Anwar Ibrahim a été libéré de prison », sur Le Monde, (consulté le 16 mai 2018).
  9. « Malaisie : Najib, interdit de voyager, abandonne ses fonctions politiques », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 12 mai 2018).
  10. Laurence Defranoux, « Malaisie: le Premier ministre sortant empêché de quitter le pays », sur Libération, (consulté le 13 mai 2018) (inscription nécessaire).
  11. « Malaisie : victoire historique de l’opposition », sur Le Monde.fr (consulté le 10 mai 2018).
  12. Laurence Defranoux, « En Malaisie, du neuf avec un vieux », sur Libération, (consulté le 12 mai 2018) (inscription nécessaire).

Voir aussi