Élections législatives indiennes de 2014

Élections législatives indiennes de 2014
543 sièges de la Lok Sabha
7 avril au
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Population 1 277 803 914
Inscrits 814 591 184
Votants 551 millions
66,38 %[1]  +9,9
CM Narendra Damodardas Modi.jpg Narendra Modi – NDA
Voix 207 249 464
38,9 %
 +14,3
Sièges obtenus 336  +177
Rahul Gandhi in Ernakulam, Kerala.jpg Rahul Gandhi – UPA
Voix 127 353 605
23,5 %
 −13,7
Sièges obtenus 59  −203
J. Jayalalithaa (cropped).jpg Jayalalithaa – AIADMK
Voix 18 115 825
3,3 %
 +1,6
Sièges obtenus 37  +28
Mamata Banerjee - Kolkata 2011-12-08 7531 Cropped.JPG Mamata Banerjee – AITC
Voix 21 259 681
3,8 %
 +0,6
Sièges obtenus 34  +15
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Front de gauche
Voix 22 313 325
4,0 %
 −2,8
Sièges obtenus 10  −10
Carte des résultats par coalition
Carte
Répartition des sièges à la Lok Sabha
Diagramme
  •      Gauche (10)
  •      UPA (59)
  •      Autres (138)
  •      NDA (336)
Premier ministre
Sortant Élu
Manmohan Singh
UPA (Congrès)
Narendra Modi
NDA (BJP)

Des élections législatives ont lieu en Inde du 7 avril au [2] afin d'élire pour cinq ans la XVIe législature de la Lok Sabha, la chambre basse du Parlement de l'Inde. Le dépouillement a lieu le .

Le corps électoral compte plus de 814 millions d'électeurs, ce qui en fait les plus importantes élections démocratiques jamais organisées[3]. Avec 551 millions de votants, la participation s'élève à 66,38 %[4], soit la plus élevée depuis l'Indépendance de l'Inde[1].

Le Bharatiya Janata Party (BJP), dont le candidat est Narendra Modi, remporte une large victoire et la majorité absolue des sièges. Il met ainsi fin à dix années de gouvernement du Congrès national indien et de l'Alliance progressiste unie (UPA). Le Congrès, dont la campagne est dirigée par Rahul Gandhi, réalise le pire résultat de son histoire avec seulement 44 sièges.

Contexte

En 2009, le gouvernement de Manmohan Singh a été réélu pour un second mandat. Il s'appuie sur une coalition de centre-gauche, l'Alliance progressiste unie, réunie autour du Congrès.

Depuis, le gouvernement a essuyé plusieurs scandales de corruption et est accusé de mal gérer le ralentissement de la croissance et la hausse des prix, de sorte que l'opposition fait figure de favorite pour ces élections.

Le principal parti d'opposition, le Bharatiya Janata Party, malgré des défaites aux élections locales en Uttarakhand, en Himachal Pradesh et au Karnataka, a en effet été élu à Goa et au Rajasthan, réélu au Gujarat, au Madhya Pradesh et au Chhattisgarh et est arrivé en tête à Delhi. Ces victoires ont été en partie attribuées à la popularité de Narendra Modi, le ministre-en-chef du Gujarat[5]. Par ailleurs, le mouvement anti-corruption mené par Anna Hazare a gagné en importance[6], débouchant même sur la création d'un nouveau parti, le Aam Aadmi Party, concurrençant le Congrès.

En 2013, le gouvernement a annoncé la création de l'État du Telangana par une scission de l'Andhra Pradesh. Cette décision, intervenue après une longue agitation au Telangana, a fait perdre certains soutiens au Congrès dans le reste de l'État.

Organisation

Mode de scrutin

La Lok Sabha, chambre basse du Parlement de l'Inde, est élue pour un mandat de cinq ans mais peut être dissoute plus tôt par le président de l'Inde. La XVe législature a débuté le et s'achève le [7].

Les élections se tiennent au scrutin uninominal majoritaire à un tour : dans chaque circonscription, est élu le candidat ayant rassemblé le plus grand nombre de voix, quel que soit son score. Il y a 543 circonscriptions, dont 84 sont réservées pour des candidats des castes répertoriées (Dalits) et 47 pour des candidats des tribus répertoriées (Adivasis).

À la suite d'une décision de la Cour suprême, les électeurs ont également la possibilité de ne choisir aucun candidat en votant None Of The Above[8].

Corps électoral

814,5 millions d'Indiens sont inscrits sur les liste électorales pour ces élections, soit plus de 100 millions de plus que pour les élections précédentes[2].

Pour la première fois, les personnes transgenre ont pu être inscrites sur les listes en indiquant comme sexe « Autre ». Pour la première fois également, les Indiens vivant à l'étranger ont pu s'inscrire pour voter[2].

La Commission électorale indienne tient les listes électorales à jour sur son site internet et propose également aux électeurs de vérifier leur inscription par SMS. La Commission organise également des « camps spéciaux » à l'emplacement de chaque bureau de vote le pour permettre aux citoyens non inscrits de s'inscrire[2]. Enfin, des agents sont chargés de dresser des listes de personnes absentes, décédées ou ayant déménagé et de les communiquer aux présidents de bureaux de vote avant le jour du scrutin[2].

Calendrier

Date du vote par circonscription.

La Commission électorale indienne fixe le calendrier des élections. Celles-ci se déroulent en neuf phases, du 7 avril au . Le dépouillement a lieu le et les résultats sont annoncés dans la foulée[2],[9].

Jour de vote États concernés Circonscriptions
Assam (en partie), Tripura (en partie) 6
Arunachal Pradesh, Manipur (en partie), Meghalaya, Mizoram, Nagaland 7
Bihar (en partie), Chhattisgarh (en partie), Haryana, Jammu-et-Cachemire (en partie), Jharkhand (en partie), Kerala, Madhya Pradesh (en partie), Maharashtra (en partie), Odisha (en partie), Uttar Pradesh (en partie), Îles Andaman-et-Nicobar, Chandigarh, Lakshadweep, Delhi 91
Assam (en partie), Goa, Sikkim, Tripura (en partie) 7
Bihar (en partie), Chhattisgarh (en partie), Jammu-et-Cachemire (en partie), Jharkhand (en partie), Karnataka, Madhya Pradesh (en partie), Maharashtra (en partie), Manipur (en partie), Odisha (en partie), Rajasthan (en partie), Uttar Pradesh (en partie), Bengale-Occidental (en partie) 121
Assam (en partie), Bihar (en partie), Chhattisgarh (en partie), Jammu-et-Cachemire (en partie), Jharkhand (en partie), Madhya Pradesh (en partie), Maharashtra (en partie), Rajasthan (en partie), Tamil Nadu, Uttar Pradesh (en partie), Bengale-Occidental (en partie), Pondichéry 117
Andhra Pradesh (en partie), Bihar (en partie), Gujarat, Jammu-et-Cachemire (en partie), Pendjab, Uttar Pradesh (en partie), Bengale-Occidental (en partie), Dadra et Nagar Haveli, Daman et Diu 89
Andhra Pradesh (en partie), Bihar (en partie), Himachal Pradesh, Jammu-et-Cachemire (en partie), Uttar Pradesh (en partie), Uttarakhand, Bengale-Occidental (en partie) 64
Bihar (en partie), Uttar Pradesh (en partie), Bengale-Occidental (en partie) 41
Dépouillement

Logistique

Il existe environ 930 000 bureaux de vote à travers le pays, une augmentation de 12 % par rapport aux dernières élections[2]. Comme en 2004 et 2009, tous les bureaux sont équipés de machine à voter électroniques. Avant et après le scrutin, les machines à voter sont transportées sous escorte militaire et stockées dans des lieux sécurisés[2].

Les listes électorales disponibles dans chaque bureau comportent les photos d'identité des électeurs et 96 % des électeurs disposent d'une carte d'identité électorale avec photo[10],[2].

Au total, 12 millions de personnes sont chargées d'assurer la sécurité du scrutin[10].

Financement

Selon une étude du Centre for Media Studies, les candidats pourraient dépenser jusqu'à 30 500 crore de roupies en frais de campagne, soit environ 5 milliards de dollars, le triple du coût des élections de 2009. Ce chiffre en ferait les deuxièmes élections les plus couteuses du monde derrière l'élection présidentielle américaine de 2012 durant laquelle les candidats avaient dépensé 7 milliards de dollars. La commission électorale s'inquiète de dépenses trop importantes ou illégales pendant la campagne. La loi autorise chaque candidat à dépenser 70 lakh par circonscription, mais les dépenses réelles seraient dix fois plus importantes[12].

Par ailleurs, l'organisation des élections devrait coûter 3 500 crore au Trésor public indien[13].

Coalitions et candidats

Depuis les années 1990, le développement de nombreux partis politiques régionaux a rendu quasiment impossible pour un seul parti d'obtenir à lui seul la majorité des sièges à la Lok Sabha. Les principaux partis forment donc des coalitions avant les élections, toutefois ces coalitions évoluent fréquemment y compris pendant les élections, entre les élections et le dépouillement ou après le résultat connu.

Alliance progressiste unie

Alliance progressiste unie (UPA)
Rahul Gandhi, leader de la campagne

L'Alliance progressiste unie (UPA) est une coalition de centre gauche autour du Congrès national indien dirigé par Sonia Gandhi. Elle est pouvoir depuis 2004 sous la direction du Premier ministre Manmohan Singh. L'UPA a été fragilisée pendant le dernier mandat par différents scandales de corruption, une économie moins dynamique qu'avant[14] et le départ de plusieurs partis de la coalition, notamment le Trinamool Congress et le DMK.

Lors d'une conférence de presse début 2014, Manmohan Singh a déclaré qu'il ne se représenterait pas pour un troisième mandat[15]. Rahul Gandhi, héritier de la famille Nehru-Gandhi et récemment nommé vice-président du Congrès, est le leader de la campagne mais le Congrès a indiqué qu'il ne nommerait pas officiellement de candidat au poste de Premier ministre avant le scrutin[16]. Rahul Gandhi a notamment instauré un système de primaires pour choisir les candidats de certaines circonscriptions[14].

Dans son programme électoral, dévoilé le , le Congrès promet notamment d'instaurer un « droit à la santé » en doublant les dépenses de santé, de protéger les droits des femmes et des minorités ou de créer 100 millions d'emplois pour les jeunes[14].

Alliance nationale démocratique

Alliance démocratique nationale (NDA)
Narendra Modi, candidat au poste de Premier ministre
  • Bharatiya Janata Party
  • All India N.R. Congress
  • Apna Dal
  • Desiya Murpokku Dravida Kazhagam
  • Haryana Janhit Congress
  • Indhiya Jananayaga Katchi
  • Kerala Congress (Nationalist)
  • Kongunadu Makkal Desia Katchi
  • Lok Janshakti Party
  • Lok Satta Party
  • Marumalarchi Dravida Munnetra Kazhagam
  • Naga People's Front
  • National People's Party
  • Pattali Makkal Katchi
  • Rashtriya Lok Samata Party
  • Rashtriya Samaj Paksha
  • Republican Party of India (Athvale)
  • Revolutionary Socialist Party of Kerala (Bolshevik)
  • Shiromani Akali Dal
  • Shiv Sena
  • Swabhimani Paksha
  • Telugu Desam Party

L'Alliance démocratique nationale (NDA) est une coalition formée autour du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) qui fut au pouvoir de 1998 à 2004 quand Atal Bihari Vajpayee était Premier ministre.

Narendra Modi, réélu ministre en chef du Gujarat en 2012, faisait depuis longtemps figure de favori pour être le candidat du BJP. Il a été nommé directeur de la campagne du BJP en [17] avant que sa candidature ne soit officialisée le par le bureau parlementaire du parti[18]. Il reste toutefois un personnage controversé, notamment en raison de son rôle lors des violences anti-musulmans de 2002 au Gujarat.

Ainsi, alors que le gouvernement Vajpayee était considéré comme modéré, le programme du BJP dévoilé le est plus radical, prévoyant notamment la construction d'un temple hindou à Ayodhya — où la destruction d'une mosquée en 1992 avait provoqué un grave conflit inter-communautaire — ou la fin du droit civil personnel des minorités. Le BJP axe toutefois sa campagne sur le développement, prenant en modèle la réussite économique de l'État du Gujarat[19].

Troisième Front

Front de gauche

Le , un douzaine de partis régionaux et laïcs autour du Parti communiste d'Inde (marxiste) (PCI(M)) ont annoncé former la base d'un possible Troisième Front alternatif à l'UPA et la NDA, sans toutefois nommer de candidat au poste de Premier ministre[20].

Toutefois, l'Asom Gana Parishad et le Biju Janata Dal annoncent continuer à négocier une alliance avec la NDA[21] alors que Jayalalithaa, ministre en chef du Tamil Nadu et dont le parti l'AIADMK a rejoint la coalition, en est rapidement exclue à la suite d'un désaccord sur le partage des sièges[22].

Ainsi, pour le secrétaire général du PCI(M) Prakash Karat, un véritable Troisième Front ne pourra émerger qu'après les résultats connus[23]. Il pourrait être formé avec le soutien du Samajwadi Party[24].

Finalement, le PCI(M) s'allie avec le PCI, dans la plupart des États, notamment le Bengale-Occidental et le Kerala, mais ne parvient pas à trouver de terrain d'entente en Andhra Pradesh[25]. Son slogan est « Rejetez le Congrès, battez le BJP »[26].

Aam Aadmi Party

Le Aam Aadmi Party (« Parti de l'homme ordinaire », AAP) a été fondé par Arvind Kejriwal en 2011 à la suite de l'important mouvement anti-corruption qui a traversé le pays. En 2013, il réussit une percée aux élections dans le territoire de Delhi et forme le gouvernement pendant quelques semaines.

L'AAP présente des candidats dans plusieurs États et son leader, Kejriwal, affronte Narendra Modi dans la circonscription de Varanasi[27]. Le parti dénonce notamment les liens de Modi avec le milieu des affaires[28].

Partis régionaux

D'importants partis régionaux ont décidé de ne rejoindre aucune coalition.

Au Tamil Nadu, la ministre en chef Jayalalithaa, après avoir tenté de rejoindre un Troisième Front, a décidé que son parti l'AIADMK se présenterait dans l'ensemble des circonscriptions de l'État[29].

En Uttar Pradesh, Mayawati, leader du Bahujan Samaj Party, annonce que son parti se présente dans toutes les circonscriptions de l'État avec l'objectif d'empêcher la NDA de former un gouvernement[30]. Le Samajwadi Party se présente également seul mais pourrait soutenir un gouvernement de Troisième Front[24].

Au Bengale-Occidental, la ministre en chef Mamata Banerjee du Trinamool Congress, annonce que son parti — qui a quitté le gouvernement UPA quelques mois auparavant — se présente dans toutes les circonscriptions de l'État sans alliance pour la première fois[31].

Le Janata Dal (United), au pouvoir au Bihar, quitte la NDA après la désignation de Narendra Modi comme candidat. Au Sikkim, le député sortant du Sikkim Democratic Front se représente dans l'unique circonscription de l'État[32]. Naveen Patnaik, du Biju Janata Dal au pouvoir en Odisha, se présente comme « équidistant du Congrès et du BJP »[33].

Sondages

Source Date de réalisation
UPA NDA Front de Gauche Autres
Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges Voix Sièges
Élections 2009 37,22 % 262 24,63 % 159 21,15 % 79 11,65 % 43
Times Now-CVoter Janvier-mars 2013 128 184 166
Headlines Today-CVoter Mai 2013 37 % 128 25 % 179 38 % 185
The Week Magazine Mai 2013 31,7 % 184 26,7 % 197 41,6 % 162
IBN/CNN-The Hindu Juillet 2013 29 % 149-157 29 % 172-180 6 % 22-28 36 % 179-195
India TV-CVoter Juillet 2013 28 % 136 31 % 156 22 % 129 19 % 122
India TV-CVoter Octobre 2013 27 % 117 35 % 186 72 38 % 168
IBN/CNN, The Week and CSDS Pre-Poll Octobre 2013 134-142 187-195 208-216
India Today-CVoter Décembre 2013-janvier 2014 23 % 103 34 % 212 43 % 228
ABP News-Nielsen Décembre 2013-janvier 2014 23 % 101 31 % 226 5 % 30 41 % 186
CNN-IBN-Lokniti-CSDS Janvier 2014 28 % 107-127 36 % 211-231 4 % 15-23 32 % 182-190
Times Now-India TV-CVoter Janvier-février 2014 101 227 215
ABP News-Nielsen Février 2014 24 % 92 31 % 236 5 % 29 40 % 186
CNN-IBN-Lokniti-CSDS Février 2014 29 % 119-139 36 % 212-232 3 % 1-23 32 % 104-170
NDTV-Hansa GCR Mars 2014 126 229 55 130

Sondages sortie des urnes

Source
UPA NDA AAP Autres
AAJ TAK[34] 110-120 261-283 150-162
CNN-IBN[34] 92-102 270-282 3-7 61-79
India TV[34] 101 289 5 148
News X 101 289 153
Times Now[34] 148 249 146
ABP News[34] 97 281 4 161
NDTV – Hansa Research[35] 103 279 161

Résultats

Le BJP remporte 282 sièges : c'est la première fois qu'un parti obtient seul la majorité absolue depuis les élections de 1984. Le BJP réalise ce score en s'emparant de l'ensemble des sièges notamment du Gujarat et du Rajasthan et en faisant une percée en Uttar Pradesh, passant de 10 à 71 sièges. La NDA gagne en tout 336 sièges, soit près de 62 % des sièges de la Lok Sabha.

Le Congrès sortant est très sévèrement défait : avec seulement 44 sièges (au lieu de 206 en 2009), il réalise le pire score de son histoire. En Uttar Pradesh, le Congrès ne conserve que deux sièges : ceux de Sonia et Rahul Gandhi. L'UPA passe de 262 à 59 sièges.

Le Front de gauche recule également et ne gagne que 10 sièges. Il recule notamment au Bengale-Occidental où le Trinamool Congress s'empare de 34 sièges et devient le quatrième parti à la Lok Sabha. Le troisième parti est l'AIADMK qui remporte 37 des 39 sièges du Tamil Nadu.

En Uttar Pradesh, l'État le plus peuplé, les deux partis régionaux reculent fortement face au BJP : le Samajwadi Party, au pouvoir dans l'État, passe de 23 à 5 sièges alors que le Bahujan Samaj Party (parti des basses castes et des Dalits) perd tous ses sièges. Au Bihar, le Janata Dal (United) au pouvoir ne remporte que deux sièges ce qui pousse le ministre en chef à démissionner[36]. En Andhra Pradesh, la région du Telangana qui doit devenir un nouvel État le est remporté par le Telangana Rashtra Samithi, un parti qui militait pour la création du nouvel État. Le reste de l'État voit la victoire du Telugu Desam Party allié au BJP, alors que le Congrès, qui a autorisé la création du Télangana, perd tous ses sièges.

Enfin, le parti anti-corruption Aam Aadmi Party ne réussit à remporter que quatre sièges, tous au Pendjab.

Résultats nationaux

Répartition des sièges de la XVIe Lok Sabha :
Front de gauche (10) :
  •      CPI(M) (9)
  •      CPI (1)
  • UPA (59) :
  •      Congrès (44)
  •      NCP (6)
  •      Autres UPA (9)
  • Autres (138) :
  •      AIADMK (37)
  •      AITC (34)
  •      BJD (20)
  •      TRS (11)
  •      YSRC (9)
  •      SP (5)
  •      AAP (4)
  •      Autres (18)
  • NDA (336) :
  •      BJP (282)
  •      Shiv Sena (18)
  •      TDP (16)
  •      Autres NDA (19)
Résultats en voix par coalition.
Résultats officiels[37]
Partis ou coalitions Votes  % Sièges
  Alliance démocratique nationale (NDA) 38,9 % 336
Bharatiya Janata Party 171 657 549 31,0 % 282
Shiv Sena 10 262 982 1,9 % 18
Telugu Desam Party 14 094 545 2,5 % 16
Lok Jan Shakti Party 2 295 929 0,4 % 6
Shiromani Akali Dal 3 636 148 0,7 % 4
Rashtriya Lok Samata Party 1 078 473 0,2 % 3
Apna Dal 821 820 0,1 % 2
Pattali Makkal Katchi 1 827 566 0,3 % 1
Swabhimani Paksha 1 105 073 0,2 % 1
Naga People's Front 994 505 0,2 % 1
All India N.R. Congress 255 826 <0,1 % 1
National People's Party 239 301 <0,1 % 1
  Alliance progressiste unie (UPA) 23,5 % 59
Congrès national indien 106 938 242 19,3 % 44
Parti du congrès nationaliste 8 635 554 1,6 % 6
Rashtriya Janata Dal 7 442 313 1,3 % 4
Jharkhand Mukti Morcha 1 637 990 0,3 % 2
Indian Union Muslim League 1 100 096 0,2 % 2
Kerala Congress (M) 424 194 <0,1 % 1
  Front de gauche 4,0 % 10
Parti communiste d'Inde (marxiste) 17 986 773 3,2 % 9
Parti communiste d'Inde 4 327 298 0,8 % 1
  Autres 32,5 % 138
All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam 18 115 825 3,3 % 37
All India Trinamool Congress 21 259 681 3,8 % 34
Biju Janata Dal 9 491 497 1,7 % 20
Telangana Rashtra Samithi 6 736 490 1,2 % 11
Yuvajana Sramika Rythu Congress Party 13 991 280 2,5 % 9
Samajwadi Party 18 672 916 3,4 % 5
Aam Aadmi Party 11 325 635 2,0 % 4
All India United Democratic Front 2 333 040 0,4 % 3
Jammu and Kashmir People's Democratic Party 732 644 0,1 % 3
Janata Dal (United) 5 992 196 1,1 % 2
Janata Dal (Secular) 3 731 481 0,7 % 2
Indian National Lok Dal 2 799 899 0,5 % 2
Revolutionary Socialist Party 1 666 380 0,3 % 1
All India Majlis-e-Ittehadul Muslimeen 685 729 0,1 % 1
Sikkim Democratic Front 163 698 <0,1 % 1
Indépendants 16 743 719 3,0 % 3
Bahujan Samaj Party 22 946 182 4,1 % 0
Dravida Munnetra Kazhagam 9 636 430 1,7 % 0
Autres partis 0
  None of the above 6 000 197 1,1 % -
Total 543

Résultats par États

Carte des résultats par circonscription.
État Sièges
Gauche UPA NDA Autres
Andaman-et-Nicobar 1 BJP 1
Andhra Pradesh 25 TDP 15
BJP 2
YSRC 8
Arunachal Pradesh 2 INC 1 BJP 1
Assam 14 INC 3 BJP 7 AIUDF 3
Ind. 1
Bengale-Occidental 42 CPI(M) 2 INC 4 BJP 2 AITC 34
Bihar 40 RJD 4
INC 2
NCP 1
BJP 22
LJP 6
RLSP 3
JD(U) 2
Chandigarh 1 BJP 1
Chhattisgarh 11 INC 1 BJP 10
Dadra et Nagar Haveli 1 BJP 1
Daman et Diu 1 BJP 1
Delhi 7 BJP 7
Goa 2 BJP 2
Gujarat 26 BJP 26
Haryana 10 INC 1 BJP 7 INLD 2
Himachal Pradesh 4 BJP 4
Jammu-et-Cachemire 6 BJP 3 JKPDP 3
Jharkhand 14 JMM 2 BJP 12
Karnataka 28 INC 9 BJP 17 JD(S) 2
Kerala 20 CPI(M) 5
CPI 1
INC 8
IUML 2
KECM 1
Ind. 2
RSP 1
Lakshadweep 1 NCP 1
Madhya Pradesh 29 INC 2 BJP 27
Maharashtra 48 NCP 4
INC 2
BJP 23
Shiv Sena 18
SWP 1
Manipur 2 INC 2
Meghalaya 2 INC 2
Mizoram 1 INC 1
Nagaland 1 NPP 1
Odisha 21 BJP 1 BJD 20
Pendjab 13 INC 3 SAD 4
BJP 2
AAP 4
Puducherry 1 AINRC 1
Rajasthan 25 BJP 25
Sikkim 1 SDF 1
Tamil Nadu 39 BJP 1
PMK 1
AIADMK 37
Telangana 17 INC 2 TDP 1
BJP 1
TRS 11
YSRC 1
AIMIM 1
Tripura 2 CPI(M) 2
Uttarakhand 5 BJP 5
Uttar Pradesh 80 INC 2 BJP 71
AD 2
SP 5

Formation du gouvernement

Le , au lendemain de l'annonce des résultats, le Premier ministre Manmohan Singh préside une dernière réunion du cabinet sortant avant de porter sa démission au président Pranab Mukherjee. Dans un dernier discours télévisé après dix ans à la tête du gouvernement, il déclare que l'Inde est « bien plus forte » qu'au début de son mandat et souhaite au nouveau gouvernement « tout succès »[38]. Le , le président dissout la XVe Lok Sabha — une formalité constitutionnelle[39] — et reçoit le les résultats officiels des élections transmis par la Commission électorale[40].

Dans le même temps, Narendra Modi, après s'être rendu à Varanasi pour une cérémonie religieuse, réside à Delhi où il conduit des consultations avec les principaux responsables politiques du Bharatiya Janata Party en vue de la formation du gouvernement[41],[42]. Le , le groupe parlementaire du BJP et les élus de la NDA le désignent comme leader[43] et il se rend ensuite à Rashtrapati Bhavan où le président le nomme Premier ministre de l'Inde et le charge de former un nouveau gouvernement[44]. La cérémonie de prestation de serment du nouveau gouvernement a lieu le .

Notes et références

  1. a et b (en) « Lok Sabha polling ends with a record voter turnout of 66.38 per cent », sur Indian Express (consulté le 15 mai 2014).
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Schedule of Elections », sur Commission électorale indienne (consulté le 5 mars 2014).
  3. (en) « An Analysis of the Indian Electorate from 1998 to 2014 », sur Press Information Bureau (consulté le 23 février 2014).
  4. « Inde : fin des législatives, un dur hindou en tête », sur France Info (consulté le 12 mai 2014).
  5. « Narendra Modi's contribution to BJP win: the big debate », NDTV.com, (consulté le 25 décembre 2013).
  6. « Loksabha election 2014 predictions Survey — Opinion Poll », Seekers Find .in, (consulté le 31 juillet 2013).
  7. (en) « Terms of Houses », sur Commission électorale indienne (consulté le 13 août 2013).
  8. (en) « NOTA option in pink for Assembly polls, white during Lok Sabha elections », sur zeenews.com, .
  9. (en) « SUBJECT: SCHEDULE FOR GENERAL ELECTIONS, 2014 », sur ECI (consulté le 13 mars 2013).
  10. a et b (en) « LS elections: Poll dates, no of constituencies, voter info, election statistics », sur Hindustan Times (consulté le 6 mars 2014).
  11. (en) « Indians vote on key election day », sur BBC News, .
  12. (en) « India's spend on elections could challenge US record: report », sur NDTV (consulté le 14 avril 2014).
  13. (en) « About Lok Sabha Election 2014 », sur loksabha-2014.com (consulté le 14 avril 2014).
  14. a, b et c (en) « Congress Party Releases Manifesto for Elections 2014 », sur nytimes.com (consulté le 12 avril 2014).
  15. Pas de 3e mandat pour Manmohan Singh, le Premier ministre indien , RFI, 3 janvier 2014.
  16. (en) « Rahul Gandhi won't be PM candidate, BJP says Congress conceded defeat », sur zeenews, .
  17. (en) « BJP workers celebrate Narendra Modi's elevation », sur The Times Of India, .
  18. « Narendra Modi is BJP’s PM candidate, says Murli Manohar Joshi; Advani's isolation complete », sur Deccan Chronicle, .
  19. (en) « BJP Manifesto Bids Farewell to Vajpayee Era », sur New Indian Express (consulté le 12 avril 2014).
  20. (en) « New Coalition Takes On India’s Two Biggest Parties », sur nytimes.com.
  21. (en) « Third Front takes shape, but Naveen Patnaik distances himself », sur Times of India (consulté le 12 avril).
  22. « Lok Sabha elections: Left parties snap ties with AIADMK », sur Times of India (consulté le 6 mars 2014).
  23. (en) « Probable ‘Third Front’ will emerge only after polls: Prakash Karat », sur Firstpost.com (consulté le 12 avril 2014).
  24. a et b (en) « Third Front government at Centre after polls: Mulayam Singh », sur ABP live (consulté le 12 avril 2014).
  25. (en) « http://www.thehindu.com/news/national/cpi-names-60-candidates-in-first-list/article5767573.ece », sur The Hindu (consulté le 12 avril 2014).
  26. (en) « CPI(M) will work with slogan 'Reject Congress, Defeat BJP' », sur WebIndia123.com (consulté le 12 avril 2014).
  27. (en) « Will defeat Narendra Modi in Varanasi: Kejriwal », sur Hindustan Times (consulté le 12 avril 2014).
  28. « AAP wages poster war against Modi Sarkar », sur Yahoo (consulté le 12 avril 2014).
  29. (en) « AIADMK-Left alliance collapses », sur The Hindu (consulté le 12 avril 2014).
  30. (en) « We’ll prevent NDA from forming govt.: Mayawati », sur The Hindu (consulté le 12 avril 2014).
  31. (en) « Mamata’s audacious move », sur The Hindu (consulté le 12 avril 2014).
  32. (en) « SDF names candidates », sur Telegraph India (consulté le 12 avril 2014).
  33. (en) « No alliance with BJP at any cost, says Naveen Patnaik », sur India Today (consulté le 12 avril 2014).
  34. a, b, c, d et e (en) « Exit polls sweeten countdown for NDA », sur 'The Hindu' (consulté le 13 mai 2014).
  35. (en) « Watch NDTV Exit Poll: BJP and Allies Cross Half-Way Mark, Congress in Double Digits », sur NDTV India, (consulté le 15 mai 2014).
  36. (en) « Bihar Chief Minister Nitish Kumar Resigns a Day After Poll Defeat », sur NDTV.
  37. (en) « Partywise Trends & Result », sur Election Commission of India (consulté en 17 mai 2014 à 20h30 hni).
  38. (en) « Prime Minister Manmohan Singh Resigns After 10 Years in Office », sur NDTV (consulté le 19 mai 2014).
  39. (en) « President Pranab Mukherjee dissolves 15th Lok Sabha with immediate effect », sur Times of India (consulté le 19 mai 2014).
  40. (en) « Election Commission Submits List of New MPs to President », sur NDTV (consulté le 19 mai 2014).
  41. (en) « Narendra Modi Meets LK Advani, BJP Leaders in Delhi as Party Focuses on Government Formation », sur NDTV (consulté le 19 mai 2014).
  42. (en) « Narendra Modi Holds More Crucial Meetings in Delhi Over New Cabinet », sur NDTV (consulté le 19 mai 2014).
  43. (en) « Narendra Modi for PM: Advani Proposes, BJP Makes It Official », sur NDTV (consulté le 20 mai 2014).
  44. « PRESIDENT APPOINTS NARENDRA MODI AS PRIME MINISTER, OATH TAKING CEREMONY ON MAY 26 », sur President of India (consulté le 20 mai 2014).

Voir aussi