Élections législatives finlandaises de 2015

Élections législatives finlandaises de 2015
Les 200 sièges du Parlement finlandais
Juha Sipilä.jpg Kesk – Juha Sipilä
Voix 625 687
21,1 %
 +5,3
Sièges obtenus 49  +14
Stubb 4682.jpg Kok – Alexander Stubb
Voix 539 615
18,2 %
 −2,2
Sièges obtenus 37  −7
Timo Soini A4.jpeg PS – Timo Soini
Voix 523 045
17,6 %
 −1,5
Sièges obtenus 38  −1
Antti Rinne.jpg SDP – Antti Rinne
Voix 489 705
16,5 %
 −2,7
Sièges obtenus 34  −8
Ville Niinistö 2009.jpg Vihr – Ville Niinistö
Voix 252 872
8,5 %
 +1,2
Sièges obtenus 15  +5
Paavo Arhinmäki A4.jpeg Vas – Paavo Arhinmäki
Voix 211 615
7,1 %
 −1,1
Sièges obtenus 12  −2
Carl Haglund.jpg SFP – Carl Haglund
Voix 144 520
4,9 %
 +0,6
Sièges obtenus 9  0
Päivi Räsänen A4.jpg KD – Päivi Räsänen
Voix 105 022
3,5 %
 −0,5
Sièges obtenus 5  −1
Premier ministre
Sortant Élu
Alexander Stubb
Kok
Juha Sipilä
Kesk
Siège de l’Eduskunta, à Helsinki.

Les élections législatives finlandaises de 2015 se sont tenues le [1], afin d'élire les deux cents députés de la trente-sixième législature du Parlement finlandais (Eduskunta).

Contexte

Gouvernement Katainen

À la suite des élections de 2011 le chef du Parti de la coalition nationale, Jyrki Katainen a formé un gouvernement rassemblant six partis : le Parti de la coalition nationale, le Parti social-démocrate, l'Alliance de gauche, la Ligue verte, le Parti populaire suédois et les Chrétiens-démocrates, ainsi que de la députée représentant Åland, Elisabeth Nauclér.

Le 22 juin 2011, le parlement a désigné Katainen comme premier ministre avec 118 voix pour et 72 voix contre, (deux élus de l'Alliance de gauche ont voté contre, avant d'être exclus de leur groupe parlementaire, ayant pour effet la réduction de la majorité de 126 à 124 députés. En mars 2014 l'Alliance de gauche a annoncé son départ du gouvernement, le parti étant opposé aux coupes budgétaires dans les dépenses sociales[2]. Ce départ a réduit la majorité gouvernementale à 112 députés.

Gouvernement Stubb

En avril 2014, Jyrki Katainen a annoncé qu'il ne serait candidat à un nouveau mandat à la tête du Parti de la coalition nationale. Deux mois plus tard, le parti s'est choisi Alexander Stubb comme nouveau chef. Celui-ci a alors remplacé Katainen, également à la tête du gouvernement le 23 juin 2014[3].

Le 18 septembre 2014, la Ligue verte a à son tour quitté le gouvernement, du fait de son désaccord avec la décision gouvernementale de construire une nouvelle centrale nucléaire en collaboration avec l'Agence fédérale de l'énergie atomique russe[4].

Mode de scrutin

L’Eduskunta compte deux cents députés, dont un élu au scrutin uninominal majoritaire à un tour par les résidents des îles Åland. Les autres sont élus dans douze circonscriptions, qui comptent de 6 à 35 députés selon leur population. Ils sont désignés au scrutin proportionnel suivant la méthode d'Hondt, les électeurs ayant également la possibilité d'exprimer leur préférence pour un candidat sur la liste pour laquelle ils votent. Dans ce cas, les sièges sont d'abord attribués aux candidats ayant recueilli le plus grand nombre de suffrages sur leur nom[5].

Modification des circonscriptions

En 2013, le parlement a décidé de la fusion de plusieurs circonscriptions : la circonscription de la Savonie du Nord et celle de la Carélie du Nord sont fusionnées dans une nouvelle circonscription appelée Savonie-Carélie et circonscription de Kymi et celle de Savonie du sud sont fusionnées dans une nouvelle circonscription appelée Finlande du sud-est [6].

Les circonscriptions

Circonscription Députés[7] Coalition Suomen vaalipiirit 2013.png
1-Helsinki 22 +1 KD + KA [8]
2-Uusimaa 35 STP  + SKP[9]
3-Finlande propre 17 KOK + RKP[10]
SKP + KTP [11]
4-Satakunta 8 −1
5-Åland 1
6-Häme 14
7-Pirkanmaa 19 +1 STP  + SKP[12]
8-Finlande du sud-est 17 −1[13]
9-Savonie-Carélie 16 +1[14] STP  + SKP[15]
10-Vaasa 16 −1
11-Finlande-Centrale 10
12-Oulu 18
13-Laponie 7 PS + KD[16]

Campagne

Partis et chefs de file

Parti Idéologie Chef de file Résultats de 2011
Parti de la coalition nationale
Kansallinen Kokoomus
Centre droit
Libéral-conservatisme, conservatisme social
Alexander Stubb
Premier ministre
20,4 % des voix
44 députés
Parti social-démocrate de Finlande
Suomen Sosialidemokraattinen Puolue
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme, troisième voie
Antti Rinne
Ministre des Finances
19,1 % des voix
42 députés
Vrais Finlandais
Perussuomalaiset
Droite
Nationalisme, populisme, conservatisme, euroscepticisme
Timo Soini
Député
19,1 % des voix
39 députés
Parti du centre
Suomen Keskusta
Centre
Libéralisme, fédéralisme européen
Juha Sipilä
Député
15,8 % des voix
35 députés
Alliance de gauche
Vasemmistoliitto
Gauche
Écosocialisme, socialisme démocratique, antilibéralisme
Paavo Arhinmäki
Député
8,1 % des voix
14 députés
Ligue verte
Vihreä liitto
Centre gauche
Écologie politique, fédéralisme européen
Ville Niinistö
Député
7,3 % des voix
10 députés
Parti populaire suédois de Finlande
Svenska folkpartiet i Finland
Centre
Social-libéralisme, Défense de la minorité suédoise
Carl Haglund
Ministre de la Défense
4,3 % des voix
9 députés
Chrétiens-démocrates
Suomen Kristillisdemokraatit
Centre droit
Conservatisme social, démocratie chrétienne, fédéralisme européen
Päivi Räsänen
Ministre de l'Intérieur
4,0 % des voix
6 députés
Changement 2011
Muutos 2011
Droite
Démocratie directe, nationalisme
Jari Leino 0,3 % des voix
0 député

Sondages

Institut Date Kesk Kok SDP Vas Vihr KD SFP PS
2015
Taloustutkimus[17] avril 24,0 16,9 15,1 8,3 8,8 3,5 4,6 16,7
TNS Gallup[18] avril 23,0 17,0 17,0 8,5 8,1 3,7 4,6 16,2
Tietoykkönen[19] avril 23,5 16,2 17,0 8,4 8,1 4,1 4,3 16,6
Taloustutkimus[20] mars 24,9 16,1 16,2 8,5 8,9 3,9 4,5 14,6
TNS Gallup[21] mars 24,7 16,8 16,9 8,4 8,6 3,3 4,2 15,2
Tietoykkönen[22] mars 23,5 17,3 16,4 8,3 8,2 3,6 4,1 16,8
Taloustutkimus[23] février 24,9 16,2 16,8 8,8 8,8 3,3 4,0 15,4
TNS Gallup[24] février 26,2 16,9 17,1 8,5 8,3 3,2 4,2 14,1
Tietoykkönen[25] février 25,4 17,8 16,5 8,2 7,8 3,6 4,0 15,3
Taloustutkimus[26] janvier 26,0 16,3 17,2 8,2 8,3 3,5 4,2 14,8
TNS Gallup[27] janvier 25,9 17,2 16,5 8,8 8,4 3,3 4,1 14,5
2014
Taloustutkimus[28] décembre 26,0 16,3 17,2 8,2 8,3 3,5 4,2 14,8
Taloustutkimus[29] décembre 26,8 17,1 15,3 8,9 9,4 3,9 3,7 13,3
TNS Gallup[30] décembre 26,1 16,7 16,9 8,1 8,9 3,5 4,2 14,2
Tietoykkönen[31] décembre 26,6 17,7 15,8 8,4 8,1 2,9 3,1 15,7
Taloustutkimus[32] décembre 26,7 17,3 16,1 8,9 8,3 3,3 4,0 14,3
TNS Gallup[33] novembre 24,5 17,4 16,4 8,0 8,3 3,6 4,3 16,2
Taloustutkimus[34] octobre 25,5 19,4 15,2 7,9 9,1 2,7 3,6 15,1
TNS Gallup[35] octobre 22,3 19,4 16,2 8,7 8,2 3,6 4,2 16,1
Tietoykkönen[36] octobre 23,4 18,5 15,1 8,0 8,9 3,8 4,2 16,5
Taloustutkimus[37] septembre 23,3 20,4 15,2 8,3 7,8 3,0 4,6 16,6
TNS Gallup[38] août 19,9 22,1 14,9 9,3 8,7 3,4 4,5 15,9
Taloustutkimus[39] août 21,3 21,2 15,8 8,2 8,1 3,4 3,7 17,1
Taloustutkimus[40] juillet 20,9 21,8 13,8 9,3 8,8 3,4 3,9 16,4
Taloustutkimus[41] juin 19,5 20,3 14,8 9,3 9,0 3,8 4,2 17,9
TNS Gallup[42] juin 20,3 20,5 14,9 9,0 8,5 3,9 4,4 17,2
Taloustutkimus[43] mai 19,5 20,1 15,0 8,5 9,3 3,2 4,4 18,9
Élections 2011 15,8 20,4 19,1 8,1 7,3 4,0 4,3 19,1

Résultats

Résultats nationaux

Les résultats définitifs ont été annoncés le 23 avril[44].

Parti Voix  % +/- Sièges +/-
Parti du centre (Kesk) 626 218 21,1 +5,3 49 +14
Parti de la coalition nationale (Kok) 540 212 18,2 -2,2 37 −7
Vrais Finlandais (PS) 524 054 17,6 -1,4 38 -1
Parti social-démocrate de Finlande (SDP) 490 102 16,5 −2,6 34 −8
Ligue verte (Vihr) 253 102 8,5 +1,3 15 +5
Alliance de gauche (Vas) 211 702 7,1 −1,0 12 −2
Parti populaire suédois de Finlande (SFP) 144 802 4,9 +0,6 9 =
Chrétiens-démocrates (KD) 105 134 3,5 −0,5 5 −1
Coalition Åland 10 910 0,4 +0,1 1 =
TOTAL (participation : 70,1 %) 2 968 459 100 200

Conséquences

Moins de trois semaines après le scrutin, Juha Sipilä, dont la formation, le Parti du centre, est arrivée en tête des élections, a annoncé qu'il entendait négocier la formation d'un gouvernement avec le Parti de la coalition nationale et les Vrais Finlandais[45]. Le 27 mai 2015, le dirigeant centriste annonce la composition de son futur gouvernement, dans lequel le premier-ministre sortant Alexander Stubb deviendrait ministre des Finances et Timo Soini, chef des Vrais Finlandais, serait chargé des Affaires étrangères[46].

Notes et références

  1. « Les élections législatives finlandaises de 2015 », sur vaalit.fi (consulté le 18 avril 2015)
  2. (fi) « Vasemmistoliitto lähtee hallituksesta », sur Yle, (consulté le 27 février 2015)
  3. « Finlande: le nouveau Premier ministre Alexander Stubb élu par les conservateurs », sur Lepoint.fr,
  4. (en) « We should have quit four years ago », sur Yle,
  5. (fr) Système électoral de l’Eduskunta – Riksdagen, site de l'Union interparlementaire, consulté le
  6. (fi) « Vaalipiiriuudistus lyötiin lukkoon eduskunnassa », sur Yle,
  7. Kansanedustajien paikkojen jako vaalipiirien kesken Oikeusministeriö 19.11.2014
  8. (fi) « Kristillisdemokraatit ja Köyhien Asialla liittoutuivat », MTV Uutiset,‎ (lire en ligne)
  9. (fi) « Eduskuntavaalit 2015: Ehdokkaat – Uudenmaan vaalipiiri », Vaalit.fi, Oikeusministeriö,‎ (lire en ligne)
  10. (fi) « Kokoomus hyväksyi vaaliliiton RKP:n kanssa Varsinais-Suomessa », Aamuset,‎ (lire en ligne)
  11. (fi) « Varsinais-Suomessa ehdokaskato », Turun Sanomat,‎
  12. (fi) « Eduskuntavaalit 2015: Ehdokkaat – Pirkanmaan vaalipiiri », Vaalit.fi, Oikeusministeriö,‎ (lire en ligne)
  13. 2011: Etelä-Savo (6), Kymi (12)
  14. 2011: Pohjois-Savo (9), Pohjois-Karjala (6)
  15. (fi) « Eduskuntavaalit 2015: Ehdokkaat – Savo-Karjalan vaalipiiri », Vaalit.fi, Oikeusministeriö,‎ (lire en ligne)
  16. (fi) « Perussuomalaiset ja kristilliset vaaliliittoon Lapissa », Yle Uutiset,‎ (lire en ligne)
  17. (fi) « Kokoomus nousi kakkoseksi, perussuomalaiset kannoilla, SDP:n kannatus hiipuu », sur Yle,
  18. (fi) « Kisa vaalien kakkossijasta kovenee – kolme puoluetta lähes tasoissa », sur Helsingin Sanomat,
  19. (fi) « IL-kysely: Vaaleissa hurja taistelu kakkospaikasta », sur Iltalehti,
  20. (fi) « SDP:llä ja kokoomuksella tiukka kisa kakkossijasta – epävarmoja äänestäjiä paljon », sur Yle,
  21. (fi) « Keskusta lähti laskuun, mutta johto näyttää säilyvän », sur Helsingin Sanomat,
  22. (fi) « IL:n gallup paljastaa: perussuomalaiset kovassa nosteessa », sur Iltalehti,
  23. (fi) « Keskustan kannatus kääntyi selvään laskuun », sur Yle,
  24. (en) « FINLAND, February 2015. TNS Gallup poll », sur electograph.com,
  25. (fi) « IL-kysely: Keskustan nousu pysähtyi », sur Iltalehti,
  26. (fi) « Kokoomus romahti kolmoseksi », sur Yle,
  27. (fi) « Keskustan nousu katkesi – tutkijat uskovat etumatkan riittävän vaalivoittoon », sur Helsingin Sanomat,
  28. (fi) « Perussuomalaiset syöksyy alaspäin », sur Yle,
  29. (fi) « Perussuomalaiset syöksyy alaspäin », sur Yle,
  30. (fi) « Kokoomuksen alho syvenee – demarit painelivat ohi », sur Helsingin Sanomat,
  31. (fi) « IL-kysely: Keskustan voittokulku jatkuu », sur Iltalehti,
  32. (fi) « Keskustan kannatus pilvissä », sur Yle,
  33. (fi) « Keskusta repi jo 7 prosenttiyksikön kaulan kokoomukseen », sur Helsingin Sanomat,
  34. (fi) « Joka neljäs äänestäisi nyt keskustaa – kannatus ennätyslukemissa », sur Yle,
  35. (fi) « Keskusta kiri kärkeen - "kokoomuksen suosion lasku ei yllätä" », sur Helsingin Sanomat,
  36. (fi) « Kokoomuksen kannatus romahti », sur Iltalehti,
  37. (fi) « PUOLUEIDEN KANNATUSARVIOT, syyskuu 2014 (2.-25.9.2014) », sur Yle
  38. (fi) « Kokoomus repii kaulaa – perussuomalaisten kannatus alhaisimmillaan kahteen vuoteen », sur Helsingin Sanomat,
  39. (fi) « Keskusta ohitti kokoomuksen, SDP nousi kuopasta », sur Yle,
  40. (fi) « Kokoomus ja keskusta nousussa – SDP ja PS syöksyivät alas », sur Yle,
  41. (fi) « Kokoomus pysyy kärjessä – SDP vajonnut historiallisen alas », sur Yle,
  42. (fi) « Kokoomus nousi tasoihin keskustan kanssa », sur Helsingin Sanomat,
  43. (fi) « Keskustan kannatus laski roimasti – kokoomus on suosituin puolue », sur Yle,
  44. (en) « Party results », sur tulospalvelu.vaalit.fi (consulté le 23 avril 2015)
  45. « L’extrême droite finlandaise sur le point d’entrer au gouvernement », sur lemonde.fr, (consulté le 27 mai 2015).
  46. « Finlande : un « Vrais Finlandais » eurosceptique nommé chef de la diplomatie », sur euronews.com, (consulté le 27 mai 2015).

Voir aussi

Liens externes

  • (fi) Site Internet du Parti du Centre
  • (fi) Site Internet du Parti de la coalition nationale
  • (fi) Site Internet du Parti social-démocrate
  • (fi) Site Internet de l'Alliance de gauche
  • (fi) Site Internet de la Ligue verte
  • (fi) Site Internet des Chrétiens-démocrates finlandais
  • (fi) Site Internet du Parti du peuple suédois
  • (fi) Site Internet des Vrais Finlandais