Élections législatives de 2017 en République du Congo

Elections législatives congolaises de 2017
(1er tour)
(2d tour)
Type d’élection Législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 221 596

Les élections législatives congolaises de 2017 se déroulent les et en République du Congo[1],[2]. Les élections départementales ont lieu en même temps que le premier tour. Le Parti du travail (gauche) conserve sa large majorité des sièges.

Contexte

Les élections ont lieu en même temps que les élections des conseils départementaux pour lesquelles 1189 listes sont en concurrences. L'opposition dénonce un scrutin organisé alors que le département du Pool est secoué par des affrontements entre les forces de l’ordre et les miliciens de Frédéric Bitsamou, alias Pasteur Ntumi, ayant causé le déplacement de plusieurs milliers de personnes. Plusieurs partis conditionnent leurs participation au scrutin « à la fin de la crise du Pool et à la libération de tous les prisonniers politiques ».

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI), Henri Bouka, assure que l'élection se déroulera sur l'ensemble du territoire congolais, y compris dans le département du Pool. « Aucune (circonscription) n'est exclue [du scrutin] »[3]. Une partie de l'opposition refuse toujours également de reconnaitre comme légitime l'élection de Sassou Nguesso lors de la présidentielle contestée de 2016.

Système électoral

L'Assemblée nationale se compose de 151 députés (139 au précédent scrutin) élus pour un mandat de cinq ans au Scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans 151 circonscriptions électorales uninominales[4],[2].

Les départementales, en un seul tour, ont lieu en même temps que le premier tour des législatives afin de pourvoir pour une durée de cinq ans les 1158 sièges de conseillers départementaux (890 aux précédentes élections)[5],[6] au scrutin proportionnel plurinominal de liste, sans panachage ni vote préférentiel, selon la méthode dite du plus fort reste[7].

Campagne et forces en présence

L'augmentation de la caution que doivent verser les candidats pour se présenter, passée de 100 000 à 1 500 000 francs CFA (28 000 euros), est vivement contestée. L’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) n’a ainsi pu aligner que 43 candidats pour les 151 sièges à pourvoir par manque de moyens financiers[8].

Une grande partie des membres du gouvernement se présente aux élections, avec 31 candidats au poste de députés sur 38, dont le premier ministre Clément Mouamba et 19 autres ministres. En cas de victoire, leur adjoints les remplaceront au parlement tant qu'ils feront partie du gouvernemnt.

Le Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir présente 128 candidats sur 151 sièges à pourvoir. De nombreux alliés de l'ancien parti unique ainsi que plusieurs candidats indépendants apparentés au pouvoir ont également présentés leurs candidatures.

La principale formation d'opposition, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), présente quant à elle 43 candidats aux législatives, contre 31 pour l'Union des démocrates et humanistes (UDH) de Guy-Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième à la présidentielle de 2016[3].

En tout, 711 candidats se présentent pour les 151 sièges de la nouvelle législature[2]. Des élections sans heurts majeurs sont attendus. L'avant veille du scrutin, le chef de la délégation d'une cinquantaine d'observateurs déployés par l'Union africaine Django Cissoko, juge que « la campagne se déroule normalement » sur le terrain. L'opposition pointe néanmoins des dysfonctionnements, rejetés par le gouvernement[3].

Déroulement et participation

Le scrutin a lieu dans 4386 bureaux de votes où sont attendus un peu plus de 2,2 millions d'électeurs, en augmentation de 5,2 % par rapport au scrutin présidentiel de l'année précédente, soit 110 250 nouveaux inscrits[2].

Malgré quelques anomalies, les départementales et le premier tour des législatives se déroulent « sans incidents majeurs » selon un observateur de l'Union africaine. Les bureaux de vote ferment comme prévu à 18h pour laisser place au dépouillement.

Le vote n'a cependant pas lieu dans huit des quatorze circonscriptions du Pool et dans l'une de celles adjacente du département de la Bouenza[9], les scrutins ayant finalement été reportés à cause des violences dans le Pool. Les députés occupant ces sièges pourraient être automatiquement reconduits en attendant des élections partielles[10]. De même, des troubles dans les circonscriptions de Kingoué (Bouenza) et Kéllé (Cuvette-Ouest) obligent le gouvernement a procéder à un second premier tour dans ces circonscriptions le lundi 24 juillet[11],[12].

Selon la ministère de l'Interieur, la participation provient essentiellement de l’intérieur du pays, ayant été relativement faible dans la capitale Brazzaville et la grande ville de Pointe-Noire.

Résultats

Résultats des législatives de 2017 en République du Congo
Partis Premier tour[11],[12] Second tour[13] Total
sièges
+/-
Voix  % Sièges Voix  % Sièges
Parti congolais du travail (PCT) 72 18 90
Union des démocrates et humanistes (UDH) 7 1 8
Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) 3 5 8
Dynamique pour la république et le redressement (DRR) 0 3 3
Indépendants 13
Sièges non pourvus - - - - - - 9 -
Total 100 95 100 151 + 12
Votes blancs et invalides - -
Nombre d'inscrits / participation 2 221 596 2 221 596

Pemier tour

Les résultats du premier tour sont annoncés le 21 juillet par le ministère de l'Intérieur. Sans surprise, c'est une large victoire pour le parti au pouvoir, le Parti congolais du travail (PCT) du président Denis Sassou Nguesso, qui remporte 70 sièges dès le premier tour et reste en ballotage dans 28 autres circonscriptions[11].

Chez les partis d'opposition, l’Union des démocrates et humanistes-Yuki (UDH-Yuki) remporte quant à elle sept sièges plus quatre autres qualifiés pour le second tour. L’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) en obtient trois et en garde six en ballotage[11].

Second tour

Le 3 août, les résultats du second tour sont annoncés. Le PCT remporte 18 sièges supplémentaires. L'UPADS rattrape l'UDH-Yuki avec huit sièges chacun[13].

À Brazzaville, des violences et des fraudes sont observées dans les bureaux de vote de deux circonscriptions[13].

Résultats notables

Trois des quatre enfants du président candidats à un siège de député sont élus. À l'inverse, trois ministres échouent à se faire élire[11].

Contestation des résultats

Notes et références

  1. « Congo : le premier tour des législatives fixé au 16 juillet », sur Africanews, (consulté le 25 juillet 2017)
  2. a, b, c et d « Quatre chiffres clés pour comprendre les législatives au Congo-Brazzaville », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne).
  3. a, b et c « Congo-Brazzaville : deux millions d'électeurs attendus aux urnes pour les législatives », sur france24.com, .
  4. « CONGO (Assemblée nationale), Système électoral », sur www.ipu.org (consulté le 25 juillet 2017).
  5. Agence France Presse (AFP), « Congo: élections législatives et locales sans incidents majeurs », lexpress.mu,‎ (lire en ligne).
  6. « Congo Brazzaville: Les législatives fixées au 16 juillet », sur burkina24.com, (consulté le 25 juillet 2017).
  7. Loi électorale du 24 novembre 2001 (article 67)
  8. « Législatives au Congo-Brazzaville : « J'y vais... j'y vais pas ? » », sur jeuneafrique.com, .
  9. « Elections législatives : Les résultats ont été publiés le 21 juillet », sur www.adiac-congo.com (consulté le 25 juillet 2017).
  10. « Elections au Congo-Brazzaville: des anomalies, mais aucun incident majeur », RFI Afrique,‎ (lire en ligne).
  11. a, b, c, d et e « Elections au Congo-Brazzaville: le PCT de Sassou Nguesso en tête au premier tour », RFI Afrique,‎ (lire en ligne).
  12. a et b Élections législatives partielles : Thierry Hobié et Jean Sibaly élus à Kellé et à Kingoué
  13. a, b et c « Législatives au Congo-Brazzaville: le PCT décroche la majorité absolue », sur rfi.fr, (consulté le 3 août 2017).

Articles connexes