Élections législatives autrichiennes de 2017

Élections législatives autrichiennes de 2017
183 sièges du Conseil national
(Majorité absolue : 92 sièges)
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Population 8 772 865
Inscrits 6 400 998
Votants 5 120 879
80,00 %  +5,1
Votes exprimés 5 069 929
Votes nuls 59 950
Sebastian Kurz crop.jpg ÖVP - Liste Sebastian Kurz – Sebastian Kurz
Voix 1 595 526
31,5 %
 +7,5
Sièges obtenus 62  +15
Kern Portrait.jpg SPÖ – Christian Kern
Voix 1 361 746
26,9 %
 +0,1
Sièges obtenus 52  0
Heinz-Christian Strache 2013.jpg FPÖ – Heinz-Christian Strache
Voix 1 316 442
26 %
 +5,5
Sièges obtenus 51  +11
Matthias Strolz 20130516 cropped.jpg NEOS – Matthias Strolz 
Voix 268 518
5,3 %
 +0,3
Sièges obtenus 10  +1
Peter Pilz.jpg PILZ – Peter Pilz
Voix 223 544
4,4 %
Sièges obtenus 8  +8
Ulrike-Lunacek-2010.JPG Grünen – Ulrike Lunacek
Voix 192 638
3,8 %
 −8,6
Sièges obtenus 0  −24
Parti vainqueur par circonscription.
Carte
XXVIe législature du Conseil national
Diagramme
  •      SPÖ
  •      PILZ
  •      NEOS
  •      ÖVP
  •      FPÖ
Gouvernement fédéral
Sortant
Kern
SPÖ-ÖVP
Législature élue
XXVIe

Les élections législatives autrichiennes de 2017 (en allemand : Nationalratswahl in Österreich 2017) se sont tenues le et ont pourvu à la désignation des 183 députés de la XXVIe législature du Conseil national pour un mandat de cinq ans.

Ces élections législatives, qui devaient initialement être convoquées en 2018, sont anticipées de quelques mois et prennent place dans un contexte politique inédit pour l'Autriche, moins d'un an après un scrutin présidentiel laborieux à l'issue duquel les partis traditionnels — SPÖ et ÖVP — ont été désavoués par les électeurs.

Le Parti populaire (ÖVP), dirigé par Sebastian Kurz, remporte les élections avec un peu plus de 31 % des voix ; pour la première fois depuis 2002, les conservateurs constituent la première force politique représentée au Conseil national, suivi par le Parti social-démocrate (SPÖ), dirigé par le chancelier fédéral sortant Christian Kern, et le Parti de la liberté (FPÖ), formation d'extrême droite menée par Heinz-Christian Strache. De leur côté, Les Verts subissent une débâcle en recueillant le plus mauvais résultat de leur histoire, ce qui les prive d'une représentation parlementaire pour la prochaine législature.

À l'issue du scrutin, Sebastian Kurz est appelé par le président fédéral Alexander Van der Bellen à former le prochain gouvernement fédéral ; celui-ci précise immédiatement qu'il engagera des négociations ouvertes avec l'ensemble des partis représentés au Conseil national, alors qu'une alliance entre l'ÖVP et le FPÖ était jugée hautement probable par les acteurs et les observateurs de l'échiquier politique autrichien.

Contexte

Lors des élections européennes de 2014, le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) réalise un score de 19,72 % des voix et affiche une hausse de sept points par rapport à 2009. Le parti obtient quatre eurodéputés soit deux de plus. Le Parti populaire autrichien (ÖVP) est quant à lui en recul de trois points. Les Verts - L'Alternative verte (Grünen) réalisent un score historique de 14,52 % et trois eurodéputés.

Michael Spindelegger, vice-chancelier, ministre fédéral des Finances et président du Parti populaire autrichien, démissionne en 2014. Reinhold Mitterlehner lui succède à la tête de l'ÖVP et à la vice-chancellerie.

En a lieu l'élection présidentielle. Les candidats des partis au gouvernement sont largement battus, Rudolf Hundstorfer candidat du Parti social-démocrate d'Autriche obtient 11,28 % et Andreas Khol du Parti populaire autrichien obtient 11,12 %. Les deux réunis, ils ne rassemblent que 22,40 % des suffrages, ce qui constitue le pire score historique à une présidentielle pour eux. À l'inverse, le candidat FPÖ Norbert Hofer réalise une percée historique en totalisant 35,05 %. Alexander Van der Bellen, soutenu par les Grünen, se qualifie pour le second tour en obtenant 21,34 % des voix.

Avant le second tour, Werner Faymann, chancelier fédéral et président fédéral du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) depuis , démissionne. Il est alors remplacé, par Christian Kern, président de la compagnie publique des chemins de fer (ÖBB).

Au second tour, Alexander Van der Bellen bat de peu Norbert Hofer avec 50,35 % des suffrages, soit 30 000 voix d'avance. Le scrutin est invalidé pour irrégularités. Lors d'un nouveau second tour, Van der Bellen est élu avec 53,79 %. Il est alors le second chef d'État écologiste en Europe, le premier écologiste élu à une telle fonction au suffrage universel, et le premier président fédéral autrichien qui n'est pas issu des deux grands partis depuis .

Le , Mitterlehner annonce qu'il démissionne de la présidence de l'ÖVP et du gouvernement fédéral. Sebastian Kurz, jeune ministre fédéral des Affaires étrangères connu pour ses positions très conservatrices, prend sa succession. Il négocie alors avec Kern la tenue de nouvelles élections législatives, convoquées le [1], soit avec un an d'avance. Il crée une Liste Sebastian Kurz - Le Nouveau Parti populaire (en allemand : Liste Sebastian Kurz – Die Neue Volkspartei).

Eva Glawischnig-Piesczek annonce le qu'elle démissionne de la présidence des Verts pour raisons familiales. Elle est remplacé par Ingrid Felipe mais c'est la députée européenne Ulrike Lunacek qui sera la candidate à la chancellerie pour les Verts.

Le , les sociaux-démocrates abandonne l'interdiction de former une coalition avec l'extrême droite. Cette interdiction existait depuis 30 ans. Le parti présente une « boussole des valeurs » qui sont des exigences demandées par le parti à ces partenaires au gouvernement. Ces exigences sont le salaire minimum à 1 500 par mois, une politique pro-européenne, l'égalité entre les deux sexes et le respect des droits de l'homme.

Le , Team Stronach annonce qu'il ne disputera pas les élections car Frank Stronach souhaite quitter la vie politique.

Le , Irmgard Griss, qui était candidate à l'élection présidentielle de 2016 se joint à NEOS. Elle n'est pas membre du parti mais elle est la deuxième sur la liste après le chef du parti, Matthias Strolz. Les délégués du parti réunis à Vienne approuvent.

Le , le député écologiste Peter Pilz quitte le groupe écologiste du conseil national. Le , la majorité des délégués des Verts avaient refusé de le placer sur la liste écologiste. Le , il annonce en conférence de presse qu'il crée sa propre liste, la Liste Peter Pilz.

Le , le vice-président de Team Stronach, Robert Lugar , annonce qu'il rejoint le FPÖ.

La campagne législative se déroule alors que l'Autriche est économiquement prospère et que l'immigration est un sujet majeur[2].

Mode de scrutin

Carte des neuf Bundesländer autrichiens.
Carte des neuf Bundesländer autrichiens.

L'Autriche est une république semi-présidentielle dotée d'un parlement bicaméral. Sa chambre basse, le Conseil national, ou Nationalrat, est composée de 183 sièges dont les députés sont élus pour cinq ans selon un mode de scrutin proportionnel de liste bloquées dans 9 circonscriptions correspondants aux Landers autrichen, à raison de 7 à 36 sièges par circonscription selon leur population. Ces neuf circonscriptions sont elles-mêmes subdivisées en un total de 43 circonscriptions régionales. Le seuil minimum de voix exigé d'un parti pour obtenir une représentation au parlement est fixé à 4 % ou un siège d'une circonscription régionale.

La clé de répartition proportionnelle se fait à la méthode de Hare au niveau régional puis d'Hondt au niveau fédéral. Bien que les listes soit bloquées, interdisant l'ajout de noms n'y figurant pas, les électeurs ont la possibilité d'exprimer une préférence pour un maximum de trois candidats, permettant à ces derniers d'être placés en tête de liste pour peu qu'ils totalisent un minimum de 14 %, 10 % ou 7 % des voix respectivement au niveau régional, des Landers, et fédéral.

Le vote, non obligatoire, est possible à partir de l'âge de 16 ans[3].

Campagne

Partis et têtes de liste

Parti Idéologie Tête de liste Score en 2013
Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ)
Sozialdemokratische Partei Österreichs
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
Christian Kern
(Chancelier fédéral)
26,8 % des voix
52 députés
Liste Sebastian Kurz - Le Nouveau Parti populaire (ÖVP)
Liste Sebastian Kurz – Die Neue Volkspartei
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme
Sebastian Kurz
(Ministre fédéral de l'Europe,
de l'Intégration et des Affaires étrangères
)
24,0 % des voix
47 députés
Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ)
Freiheitliche Partei Österreichs
Droite[4],[5],[6] à extrême droite[7]
Populisme de droite, national-conservatisme, libéralisme économique, euroscepticisme
Heinz-Christian Strache 20,5 % des voix
40 députés
Les Verts - L'Alternative verte (Grüne)
Die Grünen – Die Grüne Alternative
Centre gauche
Écologie, europhilie
Ulrike Lunacek 12,4 % des voix
24 députés
NEOS - La nouvelle Autriche et le Forum libéral (NEOS)
NEOS – Das Neue Österreich
Centre
Libéralisme, europhilie
Matthias Strolz  5,0 % des voix
9 députés
Liste Peter Pilz (PILZ) Centre gauche
Social-libéralisme, écologie, europhilie
Peter Pilz Nouveau parti
(scission des Verts)

Sondages

Moyennes des sondages. Les cercles à l'extrémité droite représentent les résultats réellement obtenus lors de l'élection.

Sondages depuis 2013 pour les élecctions législatives.

Campagne électorale

Bulletin de vote. À noter que la colonne 5 est vide à la suite du retrait de la liste Team Stronach.

La campagne est marquée par la nette hausse dans l'opinion du Parti populaire autrichien (ÖVP) mené par le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz. Celui ci devient le grand favori pour le poste de Chancelier fédéral, ce qui à 31 ans ferait de lui la plus jeune personne à occuper cette fonction. Kurz effectue des changements d'ordre d'image, en abandonnant le noir pour le turquoise et en parlant de « mouvement » au lieu de « parti », et axe son programme sur une fermeté en matière d'immigration et des questions identitaires. L'immigration étant en train, selon lui de « changer le pays de manière plus négative que positive », il estime qu'il faut « protéger notre système social [...] sur le long terme. Pour y parvenir, nous devons le préserver d'une montée de l'immigration ». Ayant par le passé exprimé son soutien au mur construit par la Hongrie à sa frontière pour mettre un terme au flux migratoire traversant le pays, il promet de réduire les aides aux réfugiés à 560 euros, soit la moitié du seuil de pauvreté autrichien, et propose également de fermer les jardins d'enfant musulmans[8],[9].

Ce tournant amène le Parti de la liberté (FPÖ) à accuser Kurz de plagier son programme. Le FPÖ axe sa campagne sur ses fondements : le rejet de l'immigration et de l'islam, qui n'aurait « pas sa place en Autriche ». Son dirigeant Heinz-Christian Strache affirme « Nous ne voulons pas d'islamisation de notre patrie (...) nous ne voulons pas devenir une minorité dans notre propre pays » et plaide pour un rapprochement avec le Groupe de Visegrád[8],[9].

La campagne du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) peine face à la montée de la droite. Un scandale impliquant un conseiller proche du chancelier Christian Kern (SPÖ) et accusé d'avoir mis en place des sites Internet destinés à dénigrer Sebastian Kurz et à propager des commentaires xénophobes et antisémites porte un coup dur aux sociaux-démocrates[8],[9].

Le parti Les Verts - L'Alternative verte (Grünen) est sévèrement affaibli par la mise en place d'une liste dissidente, dite Liste Peter Pilz (PILZ), par le candidat écologiste éponyme à la suite d'un conflit ouvert sur la politique du mouvement ayant conduit à son exclusion par Grünen de la quatrième place qu'il occupait sur la liste des candidats du parti. La formation politique est également affaiblie par la dissidence de sa section Jeunesse qui s'allie avec le Parti communiste pour former une liste indépendante, dite KPÖ Plus (KPÖ+).

Le Parti populaire et les sociaux-démocrates ayant exprimé leur souhait de ne pas reconduire leur coalition gouvernementale au pouvoir depuis dix ans, le FPÖ se retrouve au cours de la campagne en situation de faiseur de roi. Si une alliances entre droites est jugée probable, une coalition entre le SPÖ et le FPÖ n'est pour autant pas exclue. Une telle coalition avait déjà eu lieu 1983 et 1986, quand le FPÖ était un parti libéral et pro-européen. Heinz-Christian Strache se refuse ainsi à exprimer une préférence entre l'un ou l'autre parti au cours de la campagne, se contentant de poser ses conditions : tout futur gouvernement devant laisser au FPÖ les ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur, et reprendre sa proposition de recourir à des référendums calqués sur le système des votations suisses[8],[9].

Résultats

National

Les résultats préliminaires, qui ne prennent pas en compte les électeurs ayant votés de manière anticipée par voie postale, et dont le nombre avoisine alors les 900 000, donnent le FPÖ à la seconde place en termes de voix, et à égalité avec le SPÖ en termes de sièges avec 52 candidats élus. Les résultats officiels, pré-votes compris, sont rendus public le 19 octobre. Ils font finalement du SPÖ le second parti en termes de voix, tandis qu'un siège initialement attribué au FPÖ revient à NEOS.

Résultats des législatives autrichiennes de 2017[10]
Partis Voix  % Sièges +/-
Liste Sebastian Kurz - Le Nouveau Parti populaire (ÖVP) 1 595 526 31,5 62 en augmentation 14
Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) 1 361 746 26,9 52 en stagnation
Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) 1 316 442 26,0 51 en augmentation 11
NEOS - La nouvelle Autriche et le Forum libéral (NEOS) 268 518 5,3 10 en augmentation 1
Liste Peter Pilz (PILZ) 223 544 4,4 8 Nv
Les Verts - L'Alternative verte (Grünen) 192 638 3,8 0 en diminution 24
Mon vote compte ! (G!LT) 48 233 0,9 0 Nv
KPÖ Plus (KPÖ+) 39 689 0,8 0 Nv
Autres partis (8) 23 593 0,5 0 -
Suffrages exprimés 5 069 929 99,01
Votes blancs et invalides 50 950 0,99
Total 5 120 879 100 183 -
Abstentions 1 280 119 20,00
Nombre d'inscrits / participation 6 400 998 80,00
Majorité absolue
62 52 51 10 8
ÖVP SPÖ FPÖ NEOS PILZ

Par Land

Land ÖVP FPÖ SPÖ NEOS PILZ Grünen
 % +/-  % +/-  % +/-  % +/-  % +/-  % +/-
Drapeau de Basse-Autriche Basse-Autriche 35,6 en augmentation 5,0 25,9 en augmentation 7,1 24,8 en diminution 2,8 4,8 en augmentation 0,3 4,1 Nv 2,7 en diminution 6,9
Drapeau du Burgenland Burgenland 32,8 en augmentation 6,0 25,2 en augmentation 7,9 32,9 en diminution 4,4 2,9 en augmentation 0,1 2,8 Nv 2,0 en diminution 4,7
Drapeau de la Carinthie Carinthie 26,8 en augmentation 11,6 31,8 en augmentation 13,9 29,3 en diminution 3,0 4,3 en augmentation 0,6 3,6 Nv 2,4 en diminution 9,4
Drapeau de la Haute-Autriche Haute-Autriche 31,5 en augmentation 6,1 26,8 en augmentation 5,4 27,6 en augmentation 0,4 4,8 en augmentation 1,4 3,7 Nv 3,7 en diminution 8,5
Drapeau du Land de Salzbourg Salzbourg 37,7 en augmentation 11,0 24,4 en augmentation 3,2 22,2 en diminution 0,8 5,7 en augmentation 1,1 3,5 Nv 4,0 en diminution 10,8
Drapeau du Land de Styrie Styrie 31,5 en augmentation 10,6 29,4 en augmentation 5,4 25,1 en augmentation 1,3 5,0 en augmentation 1,1 3,9 Nv 2,8 en diminution 7,8
Drapeau du Tyrol Tyrol 38,4 en augmentation 6,1 24,9 en augmentation 5,6 20,8 en augmentation 2,5 5,7 en augmentation 0,8 3,8 Nv 4,5 en diminution 10,7
Drapeau du Land de Vienne Vienne 21,6 en augmentation 7,1 21,3 en augmentation 2,6 34,5 en augmentation 2,8 6,5 en diminution 1,2 7,5 Nv 5,9 en diminution 10,5
Drapeau du Vorarlberg Vorarlberg 34,7 en augmentation 8,4 24,4 en augmentation 4,2 17,8 en augmentation 4,7 9,0 en diminution 4,0 3,0 Nv 7,2 en diminution 9,8

Par divisions administratives

Analyses et conséquences

Le , après la publication des résultats officiels, le président fédéral, Alexander Van der Bellen, charge Sebastian Kurz de former un gouvernement[11]. Deux jours plus tard, il s'entretient avec chacun des chefs de partis, dont en dernier le chancelier Christian Kern. Celui ci annonce peu après que le SPÖ va se préparer à entrer dans l'opposition. Le 24 octobre, Sebastian Kurz invite officiellement le FPÖ à démarrer des négociations pour la mise en œuvre d'une coalition. Heinz-Christian Strache accepte le jour même et les négociations commencent le lendemain. D'une durée habituelle d'environ deux mois, elles devraient aboutir à la formation d'un gouvernement avant Noël, selon Kurz[12]. Le parlement nouvellement élu prend ses fonctions le 9 novembre.

Notes et références

  1. « Autriche : législatives anticipées le 15 octobre », sur Europe 1 (consulté le 16 mai 2017).
  2. Arielle Bohineust, « L'immigration, enjeu prospère d'une économie prospère », Le Figaro, samedi 14 / dimanche 15 octobre 2017, page 8.
  3. « AUTRICHE Nationalrat (Conseil national) », sur www.ipu.org (consulté le 29 septembre 2017).
  4. (en) Sonia Van Gilder Cooke, « Austria — Europe's Right Wing: A Nation-by-Nation Guide to Political Parties and Extremist Groups », sur time.com, (consulté le 16 février 2012).
  5. (en) Andreas Meyer-Feist, « Austrian villagers quash plans for Buddhist temple », sur dw.de, (consulté le 16 février 2012).
  6. (en) « Freedom Party leader may face hate speech charges », sur The Local, (consulté le 24 septembre 2017).
  7. Blaise Cauquelin, « l'extrême droite près du pouvoir en Autriche », (consulté le 9 décembre 2016).
  8. a, b, c et d « Législatives en Autriche : la droite en position de force », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  9. a, b, c et d « Autriche : l'extrême droite aux portes du gouvernement », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  10. (de) « Österreich - Nationalratswahl 2017 », sur wahl17.bmi.gv.at.
  11. « Autriche: le conservateur Sebastian Kurz chargé de former un gouvernement », sur lexpress.fr, .
  12. Autriche : les conservateurs invitent l’extrême droite à former un gouvernementLe Monde