Élections législatives autrichiennes de 2017

Élections législatives autrichiennes de 2017
183 sièges du Conseil national
(Majorité absolue : 92 sièges)
Type d’élection Élections législatives
Christian Kern 2016 (portrait).jpg SPÖ – Christian Kern
Sièges sortants 52
Kurz2017.jpg ÖVP – Sebastian Kurz
Sièges sortants 47
Heinz-Christian Strache 2013.jpg FPÖ – Heinz-Christian Strache
Sièges sortants 40
Ulrike Lunacek Wahlkampfauftakt Grüne Nationalratswahl 2013 Österreich 3.jpg Grünen – Ulrike Lunacek
Sièges sortants 24
Frank Stronach.jpg TS – Frank Stronach
Sièges sortants 11
Matthias Strolz 20130516 cropped.jpg NEOS – Matthias Strolz 
Sièges sortants 9
Gouvernement
Sortant
Kern
SPÖ-ÖVP
Législature élue
XXVIe

Les élections législatives autrichiennes de 2017 (en allemand : Nationalratswahl in Österreich 2017) se tiendront le et devront pourvoir à l'élection des 183 députés de la XXVIe législature du Conseil national pour un mandat de cinq ans.

Ces élections législatives, qui devaient initialement être convoquées en 2018, sont anticipées de quelques mois et prennent place dans un contexte politique inédit pour l'Autriche, moins d'un an après un scrutin présidentiel laborieux à l'issue duquel les partis traditionnels — SPÖ et ÖVP — ont été désavoués par les électeurs.

Dans une situation propice à l'ascension des partis populistes au sein de l'Union européenne, le résultat qu'obtiendra le FPÖ, formation d'extrême droite, constitue l'un des enjeux de ces élections.

Contexte

Lors des élections européennes de 2014, le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) réalise un score de 19,72 % des voix et affiche une hausse de sept points par rapport à 2009. Le parti obtient quatre eurodéputés soit deux de plus. Le Parti populaire autrichien (ÖVP) est quant à lui en recul de trois points. Les Verts - L'Alternative verte (Grünen) réalisent un score historique de 14,52 % et trois eurodéputés.

Michael Spindelegger, vice-chancelier, ministre fédéral des Finances et président du Parti populaire autrichien, démissionne en 2014. Reinhold Mitterlehner lui succède à la tête de l'ÖVP et à la vice-chancellerie.

En a lieu l'élection présidentielle. Les candidats des partis au gouvernement sont largement battus, Rudolf Hundstorfer candidat du Parti social-démocrate d'Autriche obtient 11,28 % et Andreas Khol du Parti populaire autrichien obtient 11,12 %. Les deux réunis, ils ne rassemblent que 22,40 % des suffrages, ce qui constitue le pire score historique à une présidentielle pour eux. À l'inverse, le candidat FPÖ Norbert Hofer réalise une percée historique en totalisant 35,05 %. Alexander Van der Bellen, soutenu par les Grünen, se qualifie pour le second tour en obtenant 21,34 % des voix.

Avant le second tour, Werner Faymann, chancelier fédéral et président fédéral du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) depuis , démissionne. Il est alors remplacé, par Christian Kern, président de la compagnie publique des chemins de fer (ÖBB).

Au second tour, Alexander Van der Bellen bat de peu Norbert Hofer avec 50,35 % des suffrages, soit 30 000 voix d'avance. Le scrutin est invalidé pour irrégularités. Lors d'un nouveau second tour, Van der Bellen est élu avec 53,79 %. Il est alors le second chef d'État écologiste en Europe, le premier écologiste élu à une telle fonction au suffrage universel, et le premier président fédéral autrichien qui n'est pas issu des deux grands partis depuis .

Le , Mitterlehner annonce qu'il démissionne de la présidence de l'ÖVP et du gouvernement fédéral. Sebastian Kurz, jeune ministre fédéral des Affaires étrangères connu pour ses positions très conservatrices, prend sa succession. Il négocie alors avec Kern la tenue de nouvelles élections législatives, convoquées le [1], soit avec un an d'avance.

Campagne

Partis et têtes de liste

Parti Idéologie Tête de liste Score en 2013
Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ)
Sozialdemokratische Partei Österreichs
Centre gauche
Social-démocratie, progressisme
Christian Kern
(Chancelier fédéral)
26,8 % des voix
52 députés
Parti populaire autrichien (ÖVP)
Österreichische Volkspartei
Centre droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Sebastian Kurz
(Ministre fédéral de l'Europe,
de l'Intégration et des Affaires étrangères
)
24,0 % des voix
47 députés
Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ)
Freiheitliche Partei Österreichs
Extrême droite
Nationalisme, conservatisme, populisme
Heinz-Christian Strache 20,5 % des voix
40 députés
Les Verts - L'Alternative verte (Grüne)
Die Grünen – Die Grüne Alternative
Centre gauche
Écologie, progressisme
Ulrike Lunacek 12,4 % des voix
24 députés
Team Stronach (TS)
Team Stronach für Österreich
Droite
Euroscepticisme, libéralisme, populisme
Frank Stronach 5,7 % des voix
11 députés
NEOS - La Nouvelle Autriche (NEOS)
NEOS – Das Neue Österreich
Centre
Libéralisme, europhilie
Matthias Strolz  5,0 % des voix
9 députés

Sondages

Sondages depuis 2013 pour les élecctions législatives.

Résultats

Notes et références

  1. « Autriche : législatives anticipées le 15 octobre », sur Europe 1 (consulté le 16 mai 2017).