Élections législatives arméniennes de 2017

Élections législatives arméniennes de 2017
101 députés
Type d’élection Élections législatives
S Sarkisyan.jpg Parti républicain d'Arménie – Serge Sargsian
49,17 %
Sièges obtenus 58
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Arménie prospère – Gagik Tsarukyan 
27,35 %
Sièges obtenus 31
Hrant-Margaryan.jpg Fédération révolutionnaire arménienne – Hrant Markarian 
6,8 %
Sièges obtenus 9
Artur Baghdasaryan.jpg État de droit – Artur Baghdasaryan 
3,72 %
Sièges obtenus 7
Assemblée nationale élue
Diagramme
Groupes parlementaires :
  •      HHK (58)
  •      BHK (31)
  •      FRA (9)
  •      OEK (7)
Premier ministre
Sortant
Tigran Sargsian
Parti républicain d'Arménie

Les élections législatives arméniennes de 2017 se déroulent le . Elles sont remportées par le Parti républicain d'Arménie, qui conserve la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Contexte

Ces élections sont les premières depuis que l'Arménie est devenue une république parlementaire, la population ayant choisi d'abandonner le système semi-présidentiel lors du référendum constitutionnel arménien de 2015.

Modification du système électoral en 2012

Les précédentes élections législatives arméniennes avaient lieu via un système mixte. Sur les 131 sièges de l'Assemblée nationale, 41 étaient élus au scrutin majoritaire à un tour et 90 à la proportionnelle, avec des seuils minimum requis de 5 % pour les partis et 7 % pour les alliances de partis.

En 2012 cependant, les Arméniens ont approuvé par référendum une réforme de leur système politique, dont entre autres une modification du système électoral. Le nombre de sièges à l'assemblée nationale est réduit à 101, tous élus à la proportionnelle, selon les mêmes seuils qu'auparavant[1].

Quatre sièges sont réservés aux minorités nationales (Yézidis, Russes, Assyriens, Kurdes).

Plusieurs élèments de la loi électorale vise à assurer à la fois une majorité gouvernementale stable et une représentation proportionnelle représentatives des différents courants politiques du pays. Ainsi, un parti ou une coalition dépassant le seuil de 50 % des voix mais obtenant moins de 54 % des sièges se verra attribuer des sièges supplémentaires pour atteindre ce seuil. Inversement, si au cours du premier tour un parti ou une alliance remporte seul plus de deux tiers des suffrages, des sièges supplémentaires sont répartis aux autres partis de manière à ce qu'au moins un tiers des sièges de l'assemblée soient acquis à d'autres partis que celui majoritaire.

La possibilité d'un second tour est prévue. Celui-ci n'a lieu que si aucun parti ne remporte une « majorité parlementaire stable » en atteignant un seuil de 54 % des sièges. Dans ce cas, si aucune coalition composée au maximum de deux partis ou alliances n'est formée de manière à atteindre ce seuil dans un délai de 28 jours suivant l'élection, il est procédé à un second tour entre les deux partis ou alliances arrivés en tête lors du premier tour. Les 101 sièges auparavant répartis ne sont pas remis en cause, le parti arrivé en tête recevant des sièges supplémentaires de manière à atteindre le seuil de 54 % du total des sièges[2].

Le vote n'est pas obligatoire.

Résultats

Quatre partis et coalitions franchissent les quorum nécessaires pour une représentation parlementaire, soit deux de moins qu’aux précédentes élections.

Le mode de scrutin et le total de sièges de l'assemblée ayant été modifiés, la comparaison en sièges avec le scrutin précédent n'est pas possible.

Résultats des législatives arméniennes de 2017[3]
Parti ou coalition Voix % Sièges
Parti républicain d'Arménie 771 247 49,17 58
Alliance Tsarukyan 428 965 27,35 31
Alliance pour le départ 122 049 7,78 9
Fédération révolutionnaire arménienne 103 173 6,58 7
Renaissance arménienne 58 277 3,72 0
Alliance Ohanyan-Raffi-Oskanian 32 504 2,07 0
Alliance CNA–PPA 25 975 1,66 0
Parti des démocrates libres 14 746 0,94 0
Parti communiste arménien 11 745 0,75 0
Votes blancs et nuls 6 701
Total 1 575 382 100 105
Inscrits / Participation 2 588 590 60,86

Le Parti républicain d'Arménie, au pouvoir au sein d'une coalition avec la Fédération révolutionnaire arménienne, obtient à lui seul plus de 54 % des sièges. Un second tour n'est ainsi pas nécessaire.

Notes et références

Articles connexes