Élections européennes de 1994 en France

Précédent 1989 Drapeau de la France 1999 Suivant
Élections européennes de 1994 en France
Corps électoral et résultats
Votants 20 584 980
52,76 %  +4
Votes nuls 1 097 510
Dominique Baudis devant le Parlement européen.jpg UDF-RPR – Dominique Baudis
Voix 4 985 574
25,58 %
 -3,3
Sièges obtenus 28  -5
Michel Rocard16.JPG PS – Michel Rocard
Voix 2 824 173
14,49 %
 -9,1
Sièges obtenus 15  -6
Philippe de Villiers - Meeting in Toulouse for the 2007 French presidential election 0165 2007-04-16 cropped.jpg MPF – Philippe de Villiers
Voix 2 404 105
12,34 %
Sièges obtenus 13  +13
Bernard Tapie 2010 cropped.JPG MRG – Bernard Tapie
Voix 2 344 457
12,03 %
Sièges obtenus 13  +12
Jean-Marie Le Pen 479834203 5030701e77 o.jpg FN – Jean-Marie Le Pen
Voix 2 050 086
10,52 %
 -1,2
Sièges obtenus 11  +1
Francis Wurtz Front de Gauche 2009-03-08.jpg PCF – Francis Wurtz
Voix 1 342 222
6,89 %
 -0,8
Sièges obtenus 7  0

Les élections européennes de 1994 se déroulent du 9 au 12 juin 1994 selon les pays, et le dimanche 12 en France.

Elles sont marquées par la victoire de la liste d'union du Rassemblement pour la République et l'Union pour la démocratie française, ainsi que par l'émergence du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers et par le résultat du Mouvement des radicaux de gauche, conduits par Bernard Tapie.

Avec un taux de 52,76 %, la participation est supérieure à celle enregistrée en 1989 (48,8 %), mais inférieure à celle enregistrée en 1979 (60,7 %) et 1984 (56,7 %), ainsi qu'à la participation moyenne dans l'Union européenne (56,6 %)[1]. La proportion de femmes élues constitue quant à elle un record, 26 candidates étant élues lors de ces élections, soit 30 % de la délégation française[2].

Mode de scrutin

Le nombre de sièges attribués à la France passe de 81 à 87[3]. Ils sont élus au suffrage universel direct au sein d'une circonscription unique. Seuls les listes obtenant plus de 5 % des suffrages exprimés peuvent obtenir des sièges, répartis proportionnellement à leur résultat[4].

Contexte

La droite (Rassemblement pour la République, RPR) et le centre droit (Union pour la démocratie française, UDF) présentent une liste commune, alors que le Parti socialiste et le Mouvement des radicaux de gauche se présentent séparément[3].

L'alliance RPR-UDF conduit à la présentation d'une liste dissidente par Philippe de Villiers, membre du Parti républicain, composante de l'UDF[3].

Pour la première fois, quatre partis politiques d'outre-mer, le Parti progressiste martiniquais, le Parti progressiste démocratique guadeloupéen, le Parti socialiste guyanais et le Parti communiste réunionnais, présentent une liste commune[3].

Au total, 23 listes sont déposées, parmi lesquelles la liste l'Europe commence à Sarajevo, censée forcer les différentes forces politiques à prendre position sur le siège de Sarajevo. Deux semaines avant les élections la liste est néanmoins retirée[3].

Candidats

Partis Tête de liste
Rassemblement pour la République/Union pour la démocratie française Dominique Baudis
Parti socialiste Michel Rocard
Mouvement pour la France Philippe de Villiers
Mouvement des radicaux de gauche Bernard Tapie
Front national Jean-Marie Le Pen
Parti communiste français Francis Wurtz
Chasse, pêche, nature et traditions André Goustat
Les Verts Marie-Anne Isler-Béguin
Mouvement des citoyens Jean-Pierre Chevènement
Lutte ouvrière Arlette Laguiller
Génération écologie Brice Lalonde
L'Europe commence à Sarajevo Léon Schwartzenberg
L'Emploi d'abord Gérard Touati
Parti de la loi naturelle Benoît Frappé
Parti des travailleurs Daniel Gluckstein
Régions et peuples solidaires Max Simeoni
Fédéraliste Armand Touati
Politique de vie pour l'Europe Christian Cotten
Rassemblement Outre-mer Ernest Moutoussamy
Europe pour tous Jean Aillaud

Résultats

Le taux d'abstention s'élevait à 47,29 %.

Voix  % +/- Sièges +/- Groupe politique
Rassemblement pour la République/Union pour la démocratie française 4 985 574 25,58 en diminution 3,3 28 en augmentation 2 RPR: RDE, puis UPE

UDF: ELDR

Parti socialiste 2 824 173 14,49 en diminution 9,12 15 en diminution 7 PSE
Mouvement pour la France 2 404 105 12,34 n/a 13 n/a IEN
Mouvement des radicaux de gauche 2 344 457 12,03 n/a 13 n/a ARE
Front national 2 050 086 10,52 en diminution 1,21 11 en augmentation 1 Non-inscrits
Parti communiste français 1 342 222 6,89 en diminution 0,83 7 en stagnation GUE/NGL
Chasse, pêche, nature et traditions 771 061 3,96 en diminution 0,17 0 en stagnation
Les Verts 574 806 2,95 en diminution 7,64 0 en diminution 9
Mouvement des citoyens 494 986 2,54 n/a 0 n/a
Lutte ouvrière 442 723 2,27 en augmentation 0,84 0 en stagnation
Génération écologie 392 291 2,01 n/a 0 n/a
L'Europe commence à Sarajevo 305 633 1,57 n/a 0 n/a
L'emploi d'abord 125 340 0,64 n/a 0 n/a
Parti de la loi naturelle 103 261 0,53 n/a 0 n/a
Parti des travailleurs 84 153 0,43 en diminution 0,17 0 en stagnation
Régions et peuples solidaires 76 436 0,39 n/a 0 n/a
Fédéraliste 71 814 0,37 n/a 0 n/a
Politique de vie pour l'Europe 56 658 0,29 n/a 0 n/a
Rassemblement Outre-mer 37 041 0,19 n/a 0 n/a
Europe pour tous 290 0,0 n/a 0 n/a

Notes et références

  1. « La participation électorale depuis 1979 - Elections européennes 2014 - CEVIPOF », sur cevipof.com (consulté le 9 décembre 2015).
  2. « Graphique sur l'évolution du nombre de femmes élues en France au Parlement européen - Politiquemania », sur politiquemania.com (consulté le 9 décembre 2015).
  3. a, b, c, d et e Evelyne Lentzen et Pierre Blaise, « La préparation des élections européennes de juin 1994 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. n° 1436-1437,‎ , p. 1-55 (ISSN 0008-9664, lire en ligne).
  4. Pierre Blaise et Evelyne Lentzen, « Les élections européennes de juin 1994 », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. n° 1443-1444,‎ , p. 1-54 (ISSN 0008-9664, lire en ligne).

Voir aussi

Article connexe

Lien externe