Élections constituantes vénézuéliennes de 2017

Élections constituantes vénézuéliennes de 2017
545 constituants à l'Assemblée nationale constituante
Type d’élection Mixte : 181 constituants au suffrage indirect et 364 au suffrage direct
Corps électoral et résultats
Population 31 110 000
Inscrits 19 805 002
Votants Officiellement 8 089 230[N 1]
41,53 %  −28,5
Gran Polo Patriotico Simon Bolivar.png Grand Pôle patriotique Simón Bolívar
Sièges obtenus 545
Répartition des sièges
Diagramme
  •      GPP (545)
Logo de l'élection.

Les élections constituantes vénézuéliennes de 2017 se tiennent le pour élire les 545 membres de l'Assemblée nationale constituante, dont 181 au scrutin indirect répartis par quotas de profession et d'origine ethnique, et 364 autres élus au suffrage universel selon un découpage par circonscriptions municipales[1]. 19 805 002 personnes sont appelées aux urnes[2]. Du fait de ce mode de scrutin, 62 % des électeurs potentiels pourront voter au moins deux fois. Cette Assemblée nationale constituante va de fait remplacer l'Assemblée nationale et doit élaborer une nouvelle constitution.

La campagne électorale s'effectue dans un climat de violence où plus de cent personnes sont tuées. La Table de l'unité démocratique (MUD), coalition de plusieurs partis opposés au gouvernement de Nicolás Maduro et majoritaire à l'Assemblée nationale depuis les élections législatives de 2015, s'oppose à ces élections constituantes et appelle au boycott du scrutin. L’Église catholique vénézuélienne évoque la mise en place d'une « dictature ».

Contexte

Des manifestations éclatent à partir de décembre 2014 après la défaite de la MUD aux élections municipales.

Lors des élections législatives de décembre 2015, l'opposition au régime de Nicolás Maduro devient majoritaire au Parlement. Depuis cette élection le gouvernement et la Cour suprême empêche le travail parlementaire. Les lois votées sont annulées et les obligations de validations de décisions gouvernementales par le Parlement ne sont pas respectées[3]. Nicolás Maduro considère ce Parlement comme illégal. En mars 2017, la Cour suprême vénézuélienne, favorable au régime de Maduro, s'est octroyée les pouvoirs du Parlement. Puis la Cour suprême a annulé sa décision devant les critiques internationales.

Cette assemblée constituante a pour but de rédiger une nouvelle constitution qui remplacera celle de 1999 promulguée par Hugo Chávez (mort en 2013) et qui devra être adoptée par référendum[4]. Celle-ci a été convoqué le [5], et est immédiatement rejetée par l'opposition en pleine crise politique[6]. La nouvelle Assemblée constituante, dont une grande partie des candidats sont chavistes (les partis politiques ne pouvant cependant pas officiellement présenter de candidats) a donc pour objectif de se substituer à la précédente assemblée dirigée par l'opposition. Les prérogatives de la nouvelle assemblée (réécriture de la Constitution, dissolution des institutions, limogeage de fonctionnaires) est donc critiquée par l'opposition, cette réforme visant à donner les pleins pouvoirs au président[7].

Le , le président Nicolás Maduro propose la date du et la soumet au Conseil national électoral[8],[9].

Mode d'élection des membres

Cilia Flores, épouse de Nicolás Maduro, élue à l'Assemblée nationale constituante[10].

L'Assemblée doit comprendre 545 membres. Parmi eux 173 membres sont élus par des groupes sociaux (syndicats, retraités, étudiants), répartis par quotas, lors d'élections dites sectorielles, et 8 parmi les peuples indigènes[11]. Ce mode de désignation est critiqué par l'opposition à Nicolás Maduro considérant que ces groupes sont inféodés au pouvoir en place. Les 364 autres membres doivent être élus au suffrage universel selon un découpage par circonscriptions municipales[12],[13], ce qui a tendance à surreprésenter les espaces ruraux, favorables au gouvernement, aux dépens des espaces urbains, acquis à l'opposition[14]. Ainsi 62 % des 19,8 millions d'électeurs potentiels pourront voter au moins deux fois, ce qui fait craindre une incertitude quant au pourcentage de participation[15]. Les partis politiques ne peuvent pas présenter de candidats[16]. Toutefois des responsables du pouvoir en place, membres du Parti socialiste unifié du Venezuela de Nicolás Maduro, sont bien présents comme le député Diosdado Cabello ou Adán Chávez, frère d'Hugo Chávez. La quasi-totalité des candidats sont des proches du gouvernement de Nicolás Maduro[17]. La première dame Cilia Flores et le fils du président sont aussi candidats[18]. Les fonctionnaires, au nombre de 2,8 millions, sont dans l'obligation de voter sous peine de perdre leur travail[19]. La durée du mandat de l'Assemblée constituante n'est pas définie. Pour voter les électeurs peuvent se présenter dans n'importe quel bureau de leur commune. Aucun observateur étranger n'est présent dans les bureaux de vote[15]. Mais les bureaux sont protégés par 230 000 soldats[19].

L'Assemblée nationale constituante doit siéger dans l'hémicycle du Parlement, qui depuis les élections législatives de décembre 2015 est majoritairement constitué de députés de l'opposition au gouvernement de Nicolás Maduro. Ainsi, de fait, les députés seront délogés du Parlement[20].

Enfin, à cause du blocus de bureaux de vote dans deux États par l'opposition, des élections partielles auront lieu le 13 août[21].

Réactions

Mgr Diego Padrón, président de la Conférence épiscopale vénézuélienne, réprouve ces élections législatives.

Avant le vote

En mai 2017, un appel d'« intellectuels de gauche », des Amériques et d’Europe, est lancé contre la violence au Venezuela. Ils considèrent que l’appel à une Assemblée constituante est « prononcé de manière clairement anticonstitutionnelle », cette procédure ne peut qu'alimenter la crise vénézuélienne, par ailleurs : « Cette initiative peut être perçue comme une tentative de consolidation d’un régime totalitaire»[22].

La MUD a également appelé au boycott du scrutin[23].

Outre les critiques de l'opposition parlementaire, des « chavistes historiques » s'opposent à cette décision de Nicolás Maduro. Ainsi Nicmer Evans, un ancien conseiller d'Hugo Chávez, considère qu'il s'agit là d'une trahison envers Chávez et le peuple vénézuélien[24]. De même des anciennes ministres d'Hugo Chávez, comme Oly Millán ou Ana Elisa Osorio, sont opposées à cette Assemblée constituante[25],[26]. La journaliste Mari Pili Hernández, ancienne ministre de la Jeunesse de Chavez indique : « On ne doit pas toucher une seule virgule de la Constitution sans en passer par un référendum »[27]. Le 24 mai, Luisa Ortega Díaz, procureur général du Venezuela depuis 2007, estime que la convocation d’une Assemblée constituante « aggraverait la crise »[28],[29]. Elle considère que c'est de la part du gouvernement « une tentative de détruire l’héritage du président Chávez »[27].

Le , elle dépose un recours contre la convocation de l'Assemblée constituante, recours qui est rejeté le 12 juin par le Tribunal suprême de justice[30]. Le , plusieurs anciens ministres d'Hugo Chávez se réunissent autour d'elle pour évoquer la défense de la Constitution[31]. Ensuite des députés proche du président Maduro réclamèrent au TSJ une expertise médicale à son encontre, dans la but de la destituer[32].

Le , le général Alexis Lopez, à la tête du Conseil de défense de la Nation, annonça sa démission pour s'opposer au processus de convocation de la constituante[33].

Mgr Bernardito Auza, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies, considère que la convocation de cette Assemblée, « au lieu d’aider à résoudre les problèmes, présente le risque de les compliquer ultérieurement et met en danger le futur démocratique du pays », par contre il se prononce pour des élections libres et directes[34]. L’Église catholique vénézuélienne, par la voix de Mgr Diego Padron, président de la Conférence épiscopale, ne ménage plus le gouvernement et évoque la mise en place d'une dictature : « Cette assemblée prévue pour fin juillet sera imposée par la force et le résultat sera l’inscription dans la Constitution d’une dictature militaire, socialiste, marxiste et communiste »[35].

Le , l'opposition organise un référendum pour protester contre la tenue du scrutin[36]. Elle réunit 7,6 millions de votes opposés à la constituante (sur 19 millions d'électeurs). Le président considère ce scrutin comme n'ayant aucune valeur légale ni contraignante[16].

Le 20 juillet, des partis politiques et des syndicats d'opposition font une grève générale, également pour protester contre la Constituante[37]'[38]. Une autre grève générale, de 48 heures, est menée les 26 et 27 juillet[39]'[40]'[41].

Le 22 juillet, l'organisation d'opposition MUD nomme 33 magistrats afin de créer une cour suprême parallèle au Tribunal suprême de justice. L'un des magistrats nommés, Angel Zerpa Aponte, est arrêté le jour-même par le service de renseignement vénézuélien, le SEBIN[42]'[43]'[44]. Le 26 juillet, deux autres magistrats de la Cour suprême parallèle, Jesus Rojas Torres et Zuleima Gonzalez, sont à leur tour arrêtés par le SEBIN[39].

Le 29 juillet, Nicolás Maduro a affirmé que la Constituante de 2017 avait la « même légitimité que celle de 1999 »[45].

L'anthropologue et chercheuse au CNRS Paula Vasquez (qui vient d'effectuer une enquête au Venezuela) note que « cette constituante marque la fin de la démocratie » : « En situation de faiblesse politique, Nicolas Maduro veut faire table rase et refonder la nation. Mais il le fait de façon illégale, car la Constitution prévoit un référendum préalable à la Constituante. Lundi, il n'y aura plus de Constitution, donc le Parlement, où l'opposition domine, n'aura plus de rôle officiel et les nouveaux élus désignés par le scrutin de dimanche vont siéger à la place des députés »[46].

Après le vote

Delcy Rodríguez, présidente de l'Assemblée nationale constituante (2017).

Au lendemain du vote, les États-Unis, la Colombie, le Panama, le Pérou, l'Argentine et le Costa Rica refusent de reconnaitre la nouvelle Assemblée nationale constituante. Par contre la Bolivie dénonce la « soumission de ces pays au gouvernement américain. »[47]. De même Cuba, l'Équateur, l'Iran, le Nicaragua, la Russie, la Syrie apportent leur soutien au président Nicolás Maduro[48].

Les pays du Mercosur se sont désolidarisés de Nicolás Maduro. Les 28 pays de l'Union européenne, ne reconnaissent pas cette assemblée non plus[49],[7].

Diosdado Cabello, ancien président de l'Assemblée nationale, et Cilia Flores, épouse de Nicolás Maduro, étaient pressentis pour la présidence de l’Assemblée constituante. Pour Francine Jacome, directrice de l’Institut vénézuélien d’études sociales et politiques, si Diosdado Cabello gagne, il pourrait devenir de fait le véritable « homme fort » du Venezuela. En effet l’Assemblée constituante a des pouvoirs supérieurs à toutes les autres institutions, y compris la présidence de la République[50]. Finalement, Delcy Rodríguez est élue présidente à l'unanimité le 4 août au cours de la séance inaugurale[51], [52], [53].

Violences

La campagne des élections se passe durant une grosse vague de manifestations, où les violences commises par les deux camps et des groupes de pilleurs apolitiques ont provoqué plus d'une centaine de morts.

Le 5 juillet 2017, le jour de la fête nationale, le général Lugo, responsable de la protection de l'Assemblée nationale, laisse entrer des « collectivos »[54] (des groupes armés par le régime et se déplaçant à bord de motos) dans le Parlement. Alors que des employés, des journalistes et des députés sont bloqués dans le bâtiment pendant sept heures, d'autres députés sont agressés à coup de barres de fer[55].

Président de l'ONG Un mundo sin mordaza (« un monde sans bâillon »), Rodrigo Diamanti critique le peu de réactions internationales face aux violences : « Les témoignages de tortures dans les prisons contre les opposants sont nombreux et identiques dans l'ensemble du pays, ce qui montre qu'il s'agit d'une politique délibérée. Depuis 2013, nous avons relevé 8 000 détentions} arbitraires, 450 cas de torture, 500 prisonniers politiques et plus de cent morts depuis avril 2017. Combien faudra-t-il de morts pour que la communauté internationale réagisse ? Il est urgent qu'une enquête internationale soit organisée par le Tribunal international de La Haye non seulement pour obtenir justice mais aussi pour calmer les ardeurs répressives du gouvernement Maduro »[55].

Prise d'otage du Parlement le 5 juillet 2017 : Évacuation du député Americo De Grazia

Le 10 juillet 2017, un candidat à la Constituante, José Luis Rivas, 42 ans, a été tué par balle par des inconnus alors qu’il faisait campagne dans la ville de Maracay[56]. Malgré le contexte très tendu, l'hypothèse d'un règlement de comptes est privilégiée par rapport à celle d'un assassinat politique[57].

Lors du référendum du 16 juillet 2017, des inconnus à motos tirent sur un point de vote à Caracas. Une femme est tuée par la fusillade et trois autre personnes sont blessées[58].

Selon le député d'opposition Rosmit Mantilla, lors de la campagne plus de 7 millions d'armes illégales circulent dans le pays, et de plus en plus apparaissent dans ou autour des manifestations[41].

La veille et le jour de l'élection, les 29 et 30 juillet, plusieurs actes violents ont lieu dans tout le pays, qui provoquent des morts et des blessés chez les pro- comme chez les anti-Maduro. Pendant ces deux jours, au moins quinze personnes ont été tuées[10]. Le samedi 29, dans l’État de Tachira, plusieurs centaines de personnes ont incendié samedi des machines à voter installées dans deux écoles, et une cinquantaine de bureaux de vote ont été endommagés dans cet État, selon l’opposition[59]. Dans la nuit du 29 au 30, José Felix Pineda, un avocat de 39 ans et candidat chaviste à l’élection, est assassiné dans sa maison à Ciudad Bolivar par un groupe de personnes armées et rentrées chez lui par effraction[60]'[61]. Des affrontements ont lieu la nuit du 29 au 30 et la journée du 30 dans les États de Mérida et Barquisimeto, qui provoquent la mort de trois manifestants[59]'[61]. Le maire de Barquisimeto, Alfredo Ramos, a été arrêté pour n'avoir pas empêché les manifestations et rapidement remplacé par une chaviste, Teresa Lunares[62]. Les artères des principales villes du pays sont bloquées par les manifestants dès h du matin du 30 juillet[62]. Le dimanche 30 à l'aube, un des dirigeants de l'opposition, Ricardo Campos, secrétaire à la jeunesse du parti d'opposition Action démocratique, 30 ans, est tué par balle à Cumaná, dans l’État de Sucre[61]'[62]. Durant la journée du dimanche, plusieurs bureaux de votes sont bloqués par l'opposition[62], tandis que dans le quartier de Petare à l'est de Caracas plusieurs assesseurs ne se présentent pas[62]. Les affrontements ont continué pendant une bonne partie de la journée de dimanche à Caracas où des opposants masqués ont dressé des barricades afin de bloquer les routes[59]. Un engin explosif a blessé quatre policiers lors d’affrontements avec des manifestants sur une avenue du quartier d'Altamira[59]'[61].

Sondages sur la légitimité du scrutin

La plupart des enquêtes d'opinion prévoient une abstention élevée. Une part élevée de la population pense que le gouvernement est une dictature[63],[64].

Courbe de tendance.
Opinion des sondés sur la tenue d'une assemblée constituante
Date
Institut de sondage Échantillon Soutient Rejette Indécis Différence
8–19 juillet Datanalisis 500 20,4 % 72,7 % 3,8 % 52,3 %
7–12 juillet Datanalisis 500 27 % 66,5 % 4,6 % 41, 8 %
6-11 juillet Hercon 1 200 13,1 % 82,1 % 4,7 % 69,0 %
28 juin Hinterlaces 1 580 54 % 44 % 2 % 10 %
22 juin Meganalisis - 12,8 % 80,4 % 6,7 % 67,6 %
22 juin Datanalisis 1 000 23,2 % 66,9 % 9,9 % 43,7 %
19 juin Ceca 1 579 19 % 81 % N/A 62 %
7-9 juin Pronóstico 800 14 % 86 % N/A 72 %
29 mai–4 juin Datanalisis 320 27 % 69,1 % 2,2 % 42,1 %
10–25 mai Hercon 1 200 12.3 % 79,9 % 7,7 % 67,6 %
10-24 mai Hinterlaces 1 580 54 % 44 % 2 % 10 %
10–17 mai UCV 1 200 9 % 86 % 5 % 77 %
8 mai Datincorp 1 199 21 % 73 % 5 % 52 %
8 mai ICS 1 300 54,2 % 31,2 % 14,6 % 23 %
5 mai MORE Consulting 1 000 25,5 % 68,8 % 5 % 43,3 %

Résultats

Composition de l'assemblée élue. En rouge, les membres du groupe Grand pôle patriotique Simón Bolívar.

Le 31 juillet, Tibisay Lucena, président du Conseil national électoral, annonce un taux de participation de 41,53 % et 8 089 230 votants[65]. Le député social-démocrate Henry Ramos Allup évoque un taux de participation à 12 % à la mi-journée, soit environ 2,4 millions de votants[10].

Une partie des nouveaux députés (500 sur 545) sont convoqués pour une réunion de travail le 3 août au palais des sports de Caracas[66]. L'Assemblée prête serment devant le président Maduro [67]. L'installation de l'Assemble constituante, prévue initialement le 3 août, est reportée au 4, à 11 h (15 h GMT)[68], [69].

Des personnalités importantes sont élues : Cilia Flores et Nicolás Maduro Guerra, épouse et fils de Nicolás Maduro, Diosdado Cabello, ancien président de l'Assemblée nationale et ancien vice-président, Delcy Rodríguez, ancienne ministre des Affaires étrangères et Iris Varela, ancienne responsable des prisons[10],[70].

Le , SmartMatic, en charge du système de vote électronique au Venezuela depuis 2004 et ayant organisé le scrutin, affirme que le gouvernement a truqué les chiffres de la participation sur au moins un million de voix[71]. Par ailleurs l'agence Reuters a constaté, à la lecture des données de la commission électorale, que le chiffre des votants à 17 h 30 était de 3,7 millions. Selon la politologue américaine Jennifer McCoy, il est pratiquement impossible de doubler le nombre d'électeurs dans la dernière heure. Pour le procureur général du Venezuela, Luisa Ortega Díaz, les résultats sont tout à fait improbables[71],[72], elle décide d'ouvrir une enquête sur les suspicions de fraude entourant l’élection de l’Assemblée[73]. Elle demande aux tribunaux le lendemain, le 4 août, de bloquer l'installation de l’Assemblée constituante, en raison des possibles irrégularités lors du scrutin[74]. Le 5 août, elle est destituée  de son poste de procureur général de la République par l'Assemblée constituante[75].

Conséquences

Le 18 août, l'Assemblée constituante s'arroge les pouvoirs législatifs de l'Assemblée nationale, où siègent une majorité de députés d'opposition. Spécifiquement, elle s'octroie « le pouvoir de légiférer sur les sujets visant directement à garantir la préservation de la paix, la sécurité, la souveraineté, le système socio-économique et financier, les biens de l’État et la primauté des droits des Vénézuéliens ». La direction de l'Assemblée nationale déclare ne pas reconnaître l'Assemblée constituante[76].

Pour Le Monde, « avec le coup de force mené par une Constituante chaviste contre l’Assemblée nationale, Nicolas Maduro parachève son contrôle du pays ». « Le Venezuela s’enfonce dans la dictature »[77].

Analyse

Christophe Ventura, chercheur associé à l'IRIS, estime que c'est « la composante la plus radicale de l'opposition l'a emporté ». Il déclare en outre qu'on « peut malgré tout estimer à 8 millions d’électeurs le nombre de personnes ayant participé à l’élection du 30 juillet, et à un peu plus de 7 millions ceux du référendum de l’opposition. On s’aperçoit alors qu’on retrouve des chiffres similaires à ceux des dernières élections de Chavez : quand le chavisme et l’opposition sont mobilisés, on retombe sur 8 millions (le score de Chavez en 2012) contre 7. Il semble donc y avoir une vraie continuité, une cohérence dans la société vénézuélienne »[78]. Il ajoute que « déjà en 2005, l'opposition avait eu la même stratégie par rapport aux élections législatives. À l'époque, ils avaient boycotté le Parlement, le laissant devenir 100% chaviste, chose qui lui a été reproché. »[79].

Notes et références

Notes

  1. Résultats officiels contestés par des sources indépendantes et par l'opposition.

Références

  1. « Venezuela : Maduro lance le processus d’assemblée constituante, dénoncé par l’opposition », sur Le Monde, (consulté le 24 mai 2017).
  2. (es) « 19.805.002 votantes están habilitados para participar en elecciones para la Constituyente », sur avn.info.ve, .
  3. Patrick Bèle, « Venezuela : le pouvoir chaviste met le parlement hors jeu », sur Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 16 juillet 2017).
  4. « Venezuela : le président Maduro promet un référendum sur la future Constitution », sur Le Monde, (consulté le 2 juin 2017).
  5. Marie Delcas, « Au Venezuela, Nicolas Maduro convoque une Assemblée constituante « citoyenne » », sur Le Monde, (consulté le 5 juin 2017).
  6. « Venezuela: l'assemblée constituante de Maduro renforce la crise », sur La Presse (consulté le 5 juin 2017).
  7. a et b Michel de Grandi, « Au Venezuela, le coup d’État de Nicolas Maduro », lesechos.fr, 31 juillet 2017.
  8. « Venezuela : le pari de la constituante », sur euronews (consulté le 5 juin 2017).
  9. « Elections constituantes sans doute le 30 juillet au Venezuela » (consulté le 5 juin 2017).
  10. a, b, c et d Au Venezuela, une Assemblée constituante élue dans le sang Le Monde, 31 juillet 2017
  11. (es) José Silva, « Maduro: Referendo para aprobar Constituyente estará en las bases comiciale », El Universal,‎ (lire en ligne).
  12. Au Venezuela, Nicolas Maduro lance son projet contesté d'Assemblée constituante France 24, 24 mai 2017
  13. Elizabeth Melimopoulos, « Venezuela: What is Maduro's Constituent Assembly? » (consulté le 30 juillet 2017).
  14. « Venezuela. Un scrutin boudé, des morts : le pays sombre dans le chaos », sur Ouest-France.fr (consulté le 31 juillet 2017).
  15. a et b AFP Venezuela: faible mobilisation anti-Maduro à la veille d'un scrutin crucial Ladépêche.fr, 29 juillet 2017
  16. a et b Cyril Hofstein, « Nicolás Maduro, dictateur contrarié », Le Figaro Magazine, semaine du 21 juillet 2017, page 14.
  17. Venezuela : élection d’une Assemblée constituante dans un climat de tension extrême Le Monde, 30 juillet 2017
  18. « Election d'une Constituante sous haute tension au Venezuela », sur challenges.fr.
  19. a et b « Au Venezuela, des élections constituantes sous haute tension », sur lopinion.fr, .
  20. Nicolas Maduro lance le processus controversé d'assemblée constituante L'Obs, 24 mai 2017
  21. Marie Delcas (Bogota, correspondante), « Au Venezuela, l’opposition dénonce « l’installation d’une dictature » », sur Le Monde, (consulté le 5 août 2017).
  22. Paulo A. Paranagua Des intellectuels de gauche du monde entier se mobilisent contre la violence au Venezuela Le Monde, 31 mai 2017
  23. « Venezuela L’opposition boycotte la réforme de la Constitution de Maduro », sur Libération, (consulté le 25 juillet 2017).
  24. Nicmer Evans: Nueva Constituyente anunciada por Nicolás Maduro es una "traición clara a Chávez y el pueblo" Aporrea, 2 mai 2017
  25. (es) « Oly Millán: sentencia del TSJ es un precedente peligroso para el futuro del país », sur Concienciaes Noticias, .
  26. Ex-ministra del Ambiente Ana Elisa Osorio pidió al pueblo rechazar la Constituyente: "es muy riesgoso" Aporrea, 7 juin 2017
  27. a et b Une tentative de détruire l’héritage de Chávez Libération, 28 juillet 2017
  28. Paulo A. Paranagua La procureure générale du Venezuela critique la répression de l’oppositionLe Monde, 26 mai 2017
  29. Gilles Biassette, « Venezuela : Luisa Ortega, une conscience au cœur du pouvoir chaviste », sur La Croix, (consulté le 8 juillet 2017).
  30. Le Point, magazine, « Venezuela: la Cour suprême rejette le recours contre la Constituante », sur Le Point (consulté le 12 juin 2017).
  31. (es) « Ex ministros de Chávez se reunieron con Luisa Ortega Díaz », sur El Nacional, .
  32. « Passe d'armes entre procureure et chavistes », sur tdg.ch/ (consulté le 14 juin 2017).
  33. « Venezuela : démission d'un ex-général en désaccord avec Maduro », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 14 juin 2017).
  34. « Venezuela: Mgr Auza appelle à l’organisation d’élections directes et libres », sur Radio Vatican, .
  35. « L’Église catholique et la « dictature » du Venezuela », sur La Croix, .
  36. « Au Venezuela, l’opposition vote dans le calme contre la Constituante de Maduro », sur Le Monde, (consulté le 16 juillet 2017).
  37. (es) « La oposición presiona a Maduro con un paro general contra la Constituyente », sur AFP via es.noticias.yahoo.com, (consulté le 20 juillet 2017).
  38. (es) « Venezuela: Maduro y opositores afrontan huelga crucial », sur Associated Press via es.noticias.yahoo.com, (consulté le 20 juillet 2017).
  39. a et b « Venezuela : deux nouveaux juges de la Cour suprême parallèle arrêtés », sur lemonde.fr, (consulté le 27 juillet 2017).
  40. « Barricades au Venezuela, en grève générale contre la Constituante de Maduro », sur lepoint.fr, (consulté le 27 juillet 2017).
  41. a et b « Venezuela : grève générale dans un pays sous tension maximum », sur lefigaro.fr, (consulté le 27 juillet 2017).
  42. « Venezuela : la guerre des cours suprêmes », sur fr.euronews.com, (consulté le 23 juillet 2017).
  43. « Venezuela : nouvelles violences, l'opposition appelle à une grève de 48 heures », sur france24.fr, (consulté le 23 juillet 2017).
  44. « Venezuela: l'opposition convoque une grève de 48 heures », sur lindependant.fr, (consulté le 23 juillet 2017).
  45. Paulo A. Paranagua, « Au Venezuela, une Assemblée constituante élue dans le sang », sur Le Monde, (consulté le 31 juillet 2017).
  46. Paula Vasquez, interviewée par Patrick Bèle, « Paula Vasquez : "Cette Constituante marque la fin de la démocratie" », Le Figaro’', samedi 29 / dimanche 30 juillet 2017, page 6.
  47. Venezuela : quatre questions sur l'élection de l'Assemblée constituante, qui a plongé le pays dans le chaos France info, 31 juillet 2017
  48. Washington sanctionne le "dictateur" Maduro, président d'un Venezuela isolé et divisé Le Point, 31 juillet
  49. (es) « Los 28 países de la UE no reconocen la Constituyente », sur Hoy Digital,
  50. Après l’élection de la Constituante, le Venezuela plongé dans l’incertitude Le Monde, 1er août 2017
  51. Venezuela : últimas noticias sobre Venezuela, en vivo y en directo, El País, 4 août 2017.
  52. Constituyente no impedirá que la AN siga sesionando dentro del Palacio Federal, site de l'Assemblée nationale, 2 août 2017.
  53. La oposición asegura que se quedará en la sede del Parlamento venezolano, ABC', 4 août 2017.
  54. « Venezuela : "Je serai vêtu comme un soldat", Diego Maradona offre ses services à Nicolas Maduro », sur LCI (consulté le 8 août 2017).
  55. a et b Patrick Bèle, « Le Venezuela à l’orée de la guerre civile », Le Figaro’', samedi 29 / dimanche 30 juillet 2017, pages 6-7.
  56. « Le Venezuela en proie à de nouvelles violences meurtrières », sur lemonde.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  57. (es) « La muerte de otro menor eleva a 94 el número de víctimas mortales del conflicto venezolano », sur elmundo.es, (consulté le 20 juillet 2017).
  58. « Venezuela: une femme tuée lors de la consultation organisée par l'opposition », sur rfi.fr, (consulté le 20 juillet 2017).
  59. a, b, c et d « Venezuela : violences meurtrières en marge des élections pour la Constituante », sur france24.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  60. « Venezuela : un candidat tué par balle », sur lemonde.fr, (consulté le 30 juillet 2017).
  61. a, b, c et d « Venezuela : quatre personnes tuées lors de manifestations le jour du vote sur l’Assemblée constituante », sur lemonde.fr, (consulté le 30 juillet 2017).
  62. a, b, c, d et e « Venezuela : une Assemblée constituante contestée de toutes parts », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 juillet 2017).
  63. (es) José Gregorio Meza, « 79,9% no piensa participar en la constituyente », sur El Nacional, 28 de mayo de 2017 (consulté en 9 de junio de 2017).
  64. (es) Daniel Lozano, « El chavismo entrenará a 200.000 militantes políticos "para el combate" », sur La Nación, (consulté le 8 mai 2017).
  65. « Tibisay Lucena: Participaron 8 millones 89 mil 320 electores en la elección Constituyente », sur Panorama (consulté le 31 juillet 2017).
  66. Maduro aplaza 24 horas la instalación de la Asamblea Constituyente, El País, 3 août 2017.
  67. François-Xavier Gomez, « Venezuela : vote funèbre pour la démocratie », sur Libération, (consulté le 30 juillet 2017).
  68. Venezuela : Constituante installée vendredi, enquête sur le scrutin, Le Monde, 3 août 2017.
  69. Crisis en Venezuela : Maduro retrasa 24 horas la instalación de la Asamblea Constituyente, La Vanguardia, 3 août 2017.
  70. Venezuela: Nicolas Maduro inaugure sa Constituante malgré les manifestations Huffington post, 4 août 2017
  71. a et b « Venezuela : les chiffres de la participation ont été manipulés selon l’entreprise chargée du vote », sur Le Monde, (consulté le 2 août 2017).
  72. Fanny Laurent Venezuela : soupçons de fraude lors de l'élection de la nouvelle Constituante Le Figaro, 2 août 2017
  73. Venezuela : Constituante installée vendredi, enquête sur le scrutin Le Monde, 3 août 2017
  74. La procureure générale démise de ses fonctions Le Devoir, 5 août 2017
  75. La nueva Asamblea Constituyente destituye a la fiscal general de Venezuela, El País, 5 août 2017.
  76. « Au Venezuela, la Constituante s’arroge les pouvoirs du Parlement contrôlé par l’opposition  », sur Le Monde, .
  77. « Le Venezuela s’enfonce dans la dictature », lemonde.fr, 21 août 2017.
  78. « Venezuela : "La composante la plus radicale de l'opposition l'a emporté" ».
  79. « Pourquoi le conflit au Venezuela va perdurer, malgré l'élection d'une Constituante ».