Élections cantonales françaises de 1982

Élections cantonales françaises de 1982
Premier tour :
Deuxième tour :
Type d’élection Cantonales
Corps électoral et résultats
Votants au 1er tour 12 953 934
68,17 %  +2,7
Votants au 2d tour 7 629 141
70,00 %
French party Gauche.svg Gauche parlementaire
Voix au 1er tour 6 168 831
49,03 %
 −5,4
Voix au 2e tour 3 951 662
51,78 %
Présidences élues 36  −11
French party Droite.svg Droite parlementaire
Voix au 1er tour 6 252 460
49,70 %
 +6,2
Voix au 2e tour 3 674 229
48,14 %
Présidences élues 63  +11
Étiquettes politiques des présidents de conseils généraux élus
Carte
  • RPR
  • UDF
  • CNIP
  • Parti communiste
  • Parti socialiste
  • Mouvement radical de gauche

Les élections cantonales françaises de 1982 se déroulent les et .

Contexte

Le scrutin a lieu un peu moins d'un an après le double succès de la gauche à la présidentielle et aux législatives. Les cantons concernés appartiennent à la série de 1976, auxquels s'ajoutent 186 nouveaux cantons, surtout urbains.

Résultats

Le taux d'abstention est relativement faible (record pour des cantonales sous la Ve République), avec 31,58 % au premier tour et 29,82 % au second.

Malgré les grands espoirs du Parti socialiste après les législatives de 1981, ces élections voient le succès de l'opposition de droite, qui s'est unie pour ces cantonales, se répartissant les cantons entre ses différentes formations : RPR et composants de l'UDF (CDS, PR, PRV, MDS). La droite (RPR et UDF principalement) remporte ainsi 264 sièges de conseillers généraux en plus, la gauche en perdant 1998.

Parmi les vaincus, le Parti socialiste limite les dégâts avec 10 sièges en moins, mais c'est une douche froide pour les communistes qui en perdent 45, ainsi que pour les radicaux de gauche qui en perdent 28 (un tiers de leurs sièges). Le Ministre socialiste de la communication Georges Fillioud est toutefois le seul membre du gouvernement à ne pas être réélu sur les huit qui se présentaient à ces élections[1].

La droite enregistre le gain net de huit départements avec neuf basculements en sa faveur (Allier, Côte d'Or, Eure, Meurthe-et-Moselle, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Savoie, Seine-et-Marne, Essonne), pour élever son total à 59 présidences sur 95 (en métropole). La gauche conserve la Corse-du-Sud et gagne la Corrèze au bénéfice de l'âge, de même que la droite pour l'Aisne, l'Allier et la Saône-et-Loire (avec dans ce dernier département le revirement d'un élu MRG, doyen d'âge de l'Assemblée).

Résultats nationaux

Résultats selon le ministère de l'Intérieur
Partis politiques
ou coalitions
Premier tour[2],[note 1] Second tour[3],[note 2] Sièges
Voix % Sièges Voix % Sièges Total Variation
Parti socialiste 3 737 015 29,71 - 2 659 325 34,85 - 509 en diminution -5
Parti communiste français 2 000 345 15,90 - 1 038 659 13,61 - 198 en diminution -44
MRG 217 143 1,72 - 132 798 1,74 - 61 en diminution -27
Divers gauche 214 328 1,70 - 120 880 1,58 - 54 en diminution -24
Gauche parlementaire 6 168 831 49,03 - 3 951 662 51,78 - 822 en diminution-100
UDF 2 344 221 18,64 - 1 176 309 15,41 - 470 en augmentation +69
RPR 2 262 245 17,98 - 1 725 976 22,62 - 336 en augmentation +146
Divers droite 662 989 8,82 - 771 944 10,11 - 380 en augmentation +51
Droite parlementaire 6 252 460 49,70 - 3 674 229 48,14 - 1 186 en augmentation+266
Extrême gauche 73 382 0,58 - 2 728 0,03 - 5 en augmentation +1
Écologistes 55 589 0,44 - 522 0,00 - 0 en stagnation 0
Extrême droite 25 273 0,20 - - 1 en stagnation 0
Inscrits 19 000 860 100,00 11 249 753 100,00
Abstentions 6 046 926 31,82 3 375 810 30,00
Votants 12 953 934 68,17 7 873 943 70,00
Blancs et nuls 378 399 2,92 244 802 3,11
Exprimés 12 575 535 97,08 7 629 141 96,89

Présidents de conseil généraux élus

Rapport de force

Nombre de présidences par parti
Sortantes Élues
Gauche PCF NC 3 36
PS 28
MRG 5
Droite UDF 43 63
RPR 18
CNIP 2

Par département

Présidents de conseil général élus en 1982[4],[5]
Département Président Parti
01 Ain Roland Ruet UDF-PR
02 Aisne André Godard UDF
03 Allier Henri Coque UDF
04 Alpes-de-Haute-Provence Claude Delorme PS
05 Hautes-Alpes Marcel Lesbros UDF
06 Alpes-Maritimes Jacques Médecin app. RPR
07 Ardèche André Chabanel UDF-PR
08 Ardennes Jacques Sourdille RPR
09 Ariège André Saint-Paul PS
10 Aube Bernard Laurent UDF-CDS
11 Aude Robert Capdeville PS
12 Aveyron Jean Puech UDF-PR
13 Bouches-du-Rhône Louis Philibert PS
14 Calvados Michel d'Ornano UDF-PR
15 Cantal Pierre Raynal RPR
16 Charente Pierre-Rémy Houssin RPR
17 Charente-Maritime Philippe Marchand PS
18 Cher Jean-François Deniau UDF-PR
19 Corrèze Armand Boucheteil PCF
2A Corse-du-Sud Jean-Dominique Cesart MRG
2B Haute-Corse François Giacobbi MRG
21 Côte-d'Or Robert Poujade RPR
22 Côtes-du-Nord Charles Josselin PS
23 Creuse André Chandermagor PS
24 Dordogne Bernard Bioulac PS
25 Doubs Georges Gruillot UDF
26 Drôme Maurice Pic PS
27 Eure Henri Collard UDF
28 Eure-et-Loir Robert Huwart MRG
29 Finistère Louis Orvën UDF-CDS
30 Gard Georges Benedetti PS
31 Haute-Garonne Léon Ecckhoutte PS
32 Gers Jean-Pierre Joseph PS
33 Gironde Philippe Madrelle PS
34 Hérault Gérard Saumade PS
35 Ille-et-Vilaine Pierre Méhaignerie UDF-CDS
36 Indre André Laignel PS
37 Indre-et-Loire André-Georges Voisin app. RPR
38 Isère Louis Mermaz PS
39 Jura Pierre Brantus UDF-CDS
40 Landes Henri Scognamiglio PS
41 Loir-et-Cher Kléber Loustau UDF
42 Loire Lucien Neuwirth RPR
43 Haute-Loire Jacques Barrot UDF-CDS
44 Loire-Atlantique Charles-Henri de Cossé-Brissac UDF-Rad
45 Loiret Kléber Malécot UDF
46 Lot Maurice Faure MRG
47 Lot-et-Garonne Jean-François Poncet UDF
48 Lozère Joseph Caupert UDF-PR
49 Maine-et-Loire Jean Sauvage UDF-CDS
50 Manche Léon Jozeau-Marigné CNIP
51 Marne Albert Vecten UDF-CDS
52 Haute-Marne René Rollin UDF-Rad
53 Mayenne René Ballayer UDF-CDS
54 Meurthe-et-Moselle Claude Huriet UDF
55 Meuse Rémi Herment UDF-CDS
56 Morbihan Raymond Marcellin UDF
57 Moselle Julien Schvartz RPR
58 Nièvre Noël Berrier PS
59 Nord Albert Denvers PS
60 Oise Henri Bonan PS
61 Orne Hubert d'Andigné RPR
62 Pas-de-Calais Roland Huguet PS
63 Puy-de-Dôme Arsène Boulay PS
64 Pyrénées-Atlantiques Franz Duboscq RPR
65 Hautes-Pyrénées Hubert Peyrou MRG
66 Pyrénées-Orientales Guy Malé UDF
67 Bas-Rhin Daniel Hoeffel UDF-CDS
68 Haut-Rhin Henri Goetschy UDF
69 Rhône Jean Palluy UDF-CDS
70 Haute-Saône Jean Reybos UDF-CDS
71 Saône-et-Loire Charles Pleindoux UDF
72 Sarthe Michel d'Aillières UDF-PR
73 Savoie Michel Barnier RPR
74 Haute-Savoie Bernard Pellarin UDF-PR
75 Paris Non concerné par les élections
76 Seine-Maritime Jean Lecanuet UDF-CDS
77 Seine-et-Marne Paul Séramy UDF-CDS
78 Yvelines Paul-Louis Tenaillon UDF-CDS
79 Deux-Sèvres Georges Treille UDF-Rad
80 Somme Max Lejeune UDF-MDS
81 Tarn Jacques Durand PS
82 Tarn-et-Garonne Louis Delmas PS
83 Var Édouard Soldani PS
84 Vaucluse Jean Garcin PS
85 Vendée Michel Crucis UDF-PR
86 Vienne René Monory UDF-CDS
87 Haute-Vienne Jean-Claude Peyronnet PS
88 Vosges Christian Poncelet RPR
89 Yonne Jean Chamant CNIP
90 Territoire de Belfort Christian Proust PS
91 Essonne Jean Simonin RPR
92 Hauts-de-Seine Paul Graziani RPR
93 Seine-Saint-Denis Jean-Louis Mons PCF
94 Val-de-Marne Michel Germa PCF
95 Val-d'Oise Pierre Salvi UDF-CDS
971 Guadeloupe Lucette Michaux-Chevry RPR
972 Martinique Émile Maurice RPR
973 Guyane Emmanuel Bellony RPR
974 Réunion Auguste Legros RPR
975 Saint-Pierre-et-Miquelon Albert Pen à confirmer
Élections dans les COM
976 Mayotte Younoussa Bamana UDF

Sources

  • Jean-Jacques Becker, Crises et alternances, 1974-1995, Nouvelle histoire de la France contemporaine no 19, Seuil, Paris, 1998

Notes et références

Notes

  1. Exclut les résultats des cantons de Saint-Pierre-et-Miquelon dont les 14 conseillers généraux sont élus par un scrutin de liste.
  2. Exclut les résultats des cantons de Saint-Pierre-et-Miquelon et le canton de Cayenne Nord-Est en raison d'un incident.

Références

  1. Antoine Bosshard, « Cantonales françaises: nette progression de l'opposition gaulliste et giscardienne », Journal de Genève,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  2. « L'évolution des voix de 1976 à 1982 (Métropole + Outre-Mer) selon le ministère de l'Intérieur », Le Monde,‎ , p. 7
  3. « Les dernières statistiques du ministère de l'Intérieur », Le Monde,‎ , p. 8
  4. « Le « troisième » tour des cantonales dans la région », Sud Ouest,‎ , p. 2
  5. « La majorité gagne deux présidences de conseil », Le Monde,‎ , p. 8