Élection présidentielle vénézuélienne de 2018

Élection présidentielle vénézuélienne de 2018
Corps électoral et résultats
Population 32 316 162
Inscrits 20 527 571
Votants 9 381 218
46,07 %  −33,6
Votes exprimés 9 203 744
Votes blancs et nuls 177 474
Nicolás Maduro 2015 (cropped).jpeg Nicolás Maduro – Parti socialiste unifié du Venezuela
Voix 6 244 016
67,84 %
 +17,2
Henri Falcón 2012.png Henri Falcón – COPEI
Voix 1 927 174
20,94 %
Javier Bertucci.png Javier Bertucci – Esperanza Por El Cambio
Voix 983 140
10,82 %
Résultat de l'élection par État
Carte
Président du Venezuela
Sortant Élu
Nicolás Maduro
PSUV
Nicolás Maduro
PSUV
Conseil National Électoral

Une élection présidentielle vénézuélienne a lieu de manière anticipée le afin de permettre l'élection en un seul tour du président de la République bolivarienne du Venezuela[1]. Le président en exercice Nicolás Maduro l'emporte avec 67,8 % des voix et une participation de 46 %[2] au cours d'un scrutin pour lequel une partie des partis d'opposition était interdite de candidature, appelant en réaction au boycottage, tout en dénonçant les conditions d'organisation du scrutin.

Contexte

Le , le président Hugo Chávez meurt des suites d'un cancer, quatre mois après avoir été réélu pour un quatrième mandat face à Henrique Capriles Radonski. Le vice-président, Nicolás Maduro, assure l'intérim puis est élu le 14 avril de peu face à Caprilles[3].

Le , après des manifestations en cours depuis 2014, l'opposition de la MUD remporte les législatives[4].

En avril 2016, l'opposition de la MUD signe une pétition de 2 millions de signatures, dont 600 000 seront cependant rejetées après vérification par les autorités électorales, en faveur d'un référendum pour le révoquer de sa fonction présidentielle[5], pour demander un référendum révocatoire à l'encontre du président Nicolás Maduro[6]. Le , le Conseil national électoral valide cette première étape[7]. En septembre 2016, la commission électorale annonce que le scrutin n'aurait pas lieu avant janvier 2017, empêchant ainsi la tenue d'une élection anticipée[8]. Le , le Conseil national électoral suspend le processus[9].

Le , le Parlement, contrôlé par l'opposition, vote en faveur d'un procès en destitution à l'encontre du président Maduro. Ce dernier dénonce alors un « coup d'État parlementaire », la révocation du président par le Parlement n'étant pas prévue par la constitution, même s'il existe une procédure pour manquements au devoir de sa charge[10].

Le , l'opposition organise une grève générale afin d'obtenir le départ de Nicolas Maduro[11]. En décembre, elle se retire du dialogue amorcé par l’entremise de l'Unasur et du Vatican pour trouver un accord de résolution de la crise politique[12]. Début janvier 2017, Julio Borges, nouveau président de l'Assemblée nationale du Venezuela, en appelle à l'armée « face à un gouvernement passé de l'autoritarisme à la dictature »[13].

Le , la Cour suprême s'octroie le pouvoir législatif et révoque l'immunité des députés[14]. Le président de l'Assemblée nationale, Julio Borges, dénonce alors un « coup d'État »[15]. Le 31 mars, Luisa Ortega, à la tête du parquet national, conteste également la décision[16]. Cela fait également l'objet d'un tollé auprès de la communauté internationale[17]. Le , le Tribunal suprême de justice annule les deux décrets, tandis que l'opposition appelle à de nouvelles manifestations[18].

Le , Maduro convoque une Assemblée nationale constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution, ce qui provoque de nouvelles protestations de la part de l'opposition[19]. En réaction, le ministre brésilien des Affaires étrangères dénonce un « coup d'État »[20]. Les élections de l'Assemblée constituante se tiennent le 30 juillet.

Ensuite, les manifestations baissent progressivement en intensité.

Deux mois après avoir remporté les élections régionales et s'appuyant sur une décision de l'Assemblée constituante, le président vénézuélien Nicolás Maduro déclare que les partis ayant boycotté et appelé au boycott des élections municipales, ce qui est le cas de certains partis de la MUD, n'auraient pas le droit de participer à la présidentielle[21].

Le , l'Assemblée nationale constituante vénézuélienne décide que la présidentielle, initialement prévue en décembre 2018, soit organisée avant le [22]. Henry Ramos Allup, secrétaire général d'Action démocratique et membre de la MUD, affirme que sa coalition pourrait organiser des primaires présidentielles en « quatre à cinq semaines »[23]. Pour sa part, Maduro déclare que « si ça ne tenait qu’à moi, l’élection aurait lieu dimanche prochain »[24]. Cette décision a été critiquée par les États-Unis[25].

Le , le Tribunal suprême de justice interdit à la MUD de participer au scrutin, tout en autorisant les partis la composant mais ayant boycotté les municipales, comme Action démocratique et Primero Justicia à se réenregistrer en vue de l'élection[26]. Cette exclusion s'appuie sur l’article 32 de la Loi sur les partis politiques qui interdit qu’une coalition puisse présenter un candidat si un ou plusieurs de ses partis ayant boycotté les élections précédentes ne se réinscrit pas auprès du Conseil national électoral (CNE)[27]. En réaction, le président français Emmanuel Macron dénonce une « dérive inacceptable » tout en réclamant de nouvelles sanctions contre le régime, puis le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza dénonce des propos « inacceptables » et un « acte hostile et inamical »[28].

Le , le Conseil national électoral fixe la présidentielle au [29]. Ceci est dénoncé par les pays membre du groupe de Lima[30].

Le , la MUD annonce boycotter le scrutin[31].

Le , la date butoir pour enregistrer les candidatures est reportée au , à la demande d'Henri Falcón[32]. À l'issue de ce délais, le scrutin est à son tour reporté au [33], mais la date d'enregistrement n'est pas décalée une deuxième fois, et un accord entre Falcón et le gouvernement vénézuélien prévoit la demande à l'ONU pour envoyer une mission d'observation et d'audit du scrutin, mais aussi l'accès aux médias publics et privés à tous les candidats de manière équitable et la poursuite de l'enregistrement des Vénézuéliens de l'étranger sur les listes électorales[34]. Les élections des conseils législatifs des États doivent avoir le même jour[33].

Analyses

Pour Félix Seijas, directeur de l'institut de sondage Delphos « Le chavisme a des chances de remporter cette élection. Si l'opposition ne fait pas les bons choix, millimétrés, les possibilités que Maduro remporte ce scrutin, même sans tricher, existent »[35].

Pour le cabinet de conseil libéral Eurasia Group, « Le président Nicolas Maduro va fortement manipuler les règles du jeu afin de s'assurer de sa réélection, même en ayant recours à la fraude si nécessaire, faisant de la rue le moyen le plus sûr pour un changement de régime »[36]. Pour sa part, Luis Salamanca, pense que malgré des « conditions injustes, c'est sur le terrain électoral que se trouvent les principales opportunités de provoquer des [changements] politiques majeurs »[36]. Le cabinet ajoute que « La façon dont Maduro organise les élections va conduire à un plus grand isolement international, mais le gouvernement est clairement disposé à en payer le coût, si cela lui permet de se maintenir au pouvoir »[37].

Pour la politologue Francine Jacome, « c'est clairement la victoire de Maduro qui se dessine », puisque selon elle l'opposition manque d'une « vraie direction » nombre de ses dirigeants, comme Henrique Capriles Radonski et Leopoldo López, sont privés de droits politiques leur permettant de se présenter au scrutin, notamment à cause de scandales de corruption pour le premier[38],[39]. Elle ajoute que le gouvernement « cherche à donner une apparence de légitimité à ce vote, surtout face à la communauté internationale. L'accord [conclu avec Falcón le [] complique encore plus la stratégie de l'opposition. Cela prouve que [les autorités] ont fabriqué un candidat d'opposition sur mesure »[33].

Pour l'analyste Luís Salamanca, « Ce sont des élections de façade, sur-mesure pour le gouvernement. Ils peuvent être vus comme des figurants qui permettent à Maduro de dire qu'il a des adversaires, mais sans la MUD, aucun d'eux n'a de chance. »[37]. Celui-ci ajoute qu'« Il s'agit de garantir une élection sur mesure pour Maduro, à la carte. Cela reste un scrutin sans l'opposition qui lui fait concurrence, cela ne change pas. C'est un montage pour que cela ressemble à une élection démocratique »[33]. Félix Seijas, directeur de l'institut de sondages Delphos, abonde dans le même sens et ajoute que « Les garanties négociées sont des éléments cosmétiques »[33].

Pour Christophe Ventura, chercheur à l'IRIS, « l'opposition a toujours eu recours à ce genre d'allégations [de fraudes], mais les élections au Venezuela sont propres et honnêtes »[40].

Système électoral

Le Venezuela est une démocratie multipartite. Le président de la République est élu au suffrage universel avec un mandat de six ans, renouvelable sans restriction ; l'élection s'effectue au scrutin uninominal majoritaire à un tour[41].

Candidatures

Marche en soutien à la candidature de Lorenzo Mendoza, le 15 janvier 2018.

Validées

Logo de la campagne de Nicolás Maduro.

Le , le vice-président, Tareck El Aissami, annonce que Nicolás Maduro se présente à la présidentielle[42],[35]. Le , sa candidature est officialisée[35]. En février 2018, il lance un nouveau mouvement politique, baptisé Somos Venezuela[43]. Il dépose sa candidature le 27 du même mois[44].

L'ancien gouverneur de l'État de Lara, Henri Falcón, a également déclaré sa candidature[31],[45]. Pour Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l'IRIS et spécialiste du sous-continent sud-américain, « La coalition de l’opposition est très composite et Henri Falcon a toujours manifesté une certaine indépendance. Il a un profil relativement médiatique. Les différentes familles du centre gauche pourraient se retrouver en lui. C’est possible qu’il fasse un résultat honorable »[45]. Pour la politologue Francine Jacome, Falcón « pourra attirer quelques [suffrages] d'opposants, mais son impact sera minime »[37]. Pour Andrés Cañizalez, expert en communication politique, « Sa manœuvre est risquée, il va essayer de former un centre politique distinct du chavisme et de l'opposition radicale en cherchant aussi le soutien des ni-ni. Cela peut échouer. Le gouvernement a certainement besoin d'Henri Falcon. »[32]. Pour l'analyste Luís Salamanca, celui-ci « est sur le déclin. Il pourra obtenir un certain nombre de voix, mais il va perdre tout prestige : on va le voir comme un figurant permettant à Maduro de dire que c'est une élection avec des concurrents »[32].

Le pasteur évangélique Javier Bertucci a lui aussi annoncé sa candidature[46].

Reinaldo Quijada, ancien chaviste, a également présenté sa candidature[37].

Retirées

L'entrepreneur Lorenzo Mendoza renonce à participer au scrutin[47].

L'opposant Claudio Fermín a également déclaré sa candidature[48]. Le , il se retire finalement[49].

Pour sa part, Henry Ramos Allup, dirigeant de l'Action démocratique, a également exprimé son intérêt pour une candidature, mais il ne s'est cependant pas présenté, après la décision de la MUD de boycotter le scrutin[48].

Francisco Visconti se présente lui aussi[32] puis retire sa candidature au dernier moment.

Luís Alejandro Ratti a également déclaré sa candidature[45], puis retire sa candidature en faveur d'Henri Falcón.

Campagne électorale

Affiches de campagne de Javier Bertucci.
Affiches de campagne d'Henri Falcón.

La Table de l'unité démocratique et des anciens chavistes s'allient pour former le Front Amplio, et annoncent une manifestation pour le [50].

Les membres de l'équipe de campagne d'Henri Falcón sont agressés par deux fois lors de la campagne électorale par des partisans des milices progouvernementales : le 24 mars, des membres de l'équipe de campagne du candidat sont agressés lors d'un meeting et le 3 avril, le député de l'opposition Teodoro Campos, chargé de la sécurité du candidat, est également agressé[51]. Celui-ci promet d'adopter le dollar américain[52].

Pour sa part, Nicolás Maduro a promis des « récompenses » pour ceux qui iront voter[53]. Par ailleurs, son parti a enregistré de nouvelles adhésions tandis que le gouvernement a distribué de la nourriture à prix subventionnés dans les quartiers populaires[52].

La campagne électorale, qui mobilise peu, se distingue par le faible nombre d'affiches électorales qui sont apposées[54].

Déroulement du vote

Un carnet de la Patrie
Un point rouge à la sortie d’un bureau de vote

Durant le vote, le mouvement Somos Venezuela[55], proche du président, a installé, en dépit de la décision du CNE d'interdire la pratique, des tentes de couleur rouges pour distribuer des primes aux citoyens ayant voté, pour recharger les carnets de la Patrie, même si ceux-ci ne sont pas exigibles pour voter, ce qui a été dénoncé par les deux principaux candidats de l'opposition[56]. Le procédé a précédemment été utilisé lors des élections municipales vénézuéliennes de 2017[57]. Pour le géographe Alain Musset, il s'agit d'une « menace implicite [...] : si vous n’allez pas voter, votre carnet ne sera pas renouvelé. Or, ce n’est pas rien pour des gens qui ont faim : Maduro a fait relever le salaire minimum de 95 % pour le porter à un 1 million de bolivars ; avec les bons, les gens peuvent arriver à 2,5 millions de bolivars par mois. Même s’il faut remettre les choses à leur place : un million de bolivars, c’est une boîte de thon de 140 grammes »[58].

De même selon Laurence Debray : « Il y a un chantage : les gens vont voter pour avoir de quoi manger ». Le carnet de la Patrie, instauré en janvier 2017, est tamponné à la sortie du bureau de vote puis il est distribué une caisse de nourriture avec des aliments impossibles à trouver normalement[59].

Résultats

Résultats de la présidentielle vénézuélienne de 2018[60]
Candidats Partis Voix %
Nicolás Maduro Parti socialiste unifié du Venezuela 6 244 016 67,84
Henri Falcón COPEI 1 927 174 20,94
Javier Bertucci Espoir pour le changement 983 140 10,82
Reinaldo Quijada UPP 89 36 132 0,39
Votes valides 9 203 744 98,10
Votes blancs et nuls 177 474 1,90
Total 9 381 218 100
Abstention 11 146 353 54,01
Inscrits / participation 20 527 571 46,07

Conséquences

Nicolás Maduro remporte 67,8 % des voix contre 21,0 % à son principal adversaire, Henri Falcón, qui rejette le processus électoral, dénonce des irrégularités[61] et réclame l'organisation d'un nouveau scrutin[62]. Le taux de participation est de 46,1 % selon les résultats officiels[63]. Une source du CNE a pour sa part affirmé qu'à la clôture des bureaux de vote, le taux de participation était de 32,3 %[64]. Dans les deux cas, il s'agit du plus faible taux de participation de l'histoire du pays pour une élection présidentielle[65].

L'Union européenne, dénonçant « des obstacles majeurs à la participation des partis politiques de l'opposition et de leurs dirigeants », ainsi que « de nombreuses irrégularités signalées le jour du scrutin, y compris l'achat de votes », prévoit de nouvelles sanctions[66]. Le 21 mai, le président américain Donald Trump impose de nouvelles sanctions économiques au pays[67].

Le 24 mai 2018, Maduro prête serment pour un deuxième mandat devant l'Assemblée nationale constituante[68]. Son mandat doit débuter le 10 janvier 2019[68]. Pour l'analyste Luis Vicente León, « le président avance la prestation de serment car il ne veut pas laisser de vide d'ici janvier. Il a besoin de se donner une légitimité dans ce processus, même s'il s'agit de la légitimité chaviste »[68].

Le , Maduro ordonne la libération de 40 détenus, parmi lesquels Daniel Ceballos, ex-maire de San Cristobal, qui ne peut néanmoins plus utiliser les réseaux sociaux pour communiquer et a interdiction de quitter le pays[69]. 40 autres sont libérés dans la foulée[70]. Pour Luís Salamanca, « Maduro sait que sa réélection le place dans une situation quasiment sans retour dans le rôle d'un dirigeant autoritaire. Il cherche à combattre cette image et à apparaître comme bienveillant »[69].

Le 13 juin 2018, le Tribunal suprême de justice rejette un recours de Falcón contre les résultats de l'élection[71].

Analyse

Selon Alain Musset, directeur de recherches à l'École des hautes études en sciences sociales, le faible taux de participation, qui fait que l'objectif de légitimer Maduro est « raté », montre « à quel point la base du chavisme est rétrécie. C'est le résultat du désastre économique et de la manière de gouverner par la force. S'il n'y a plus de manifestations aujourd'hui au Venezuela, ce n'est pas parce que les gens en ont moins marre, mais parce que la répression perpétrée par l'armée et par des milices armées est extrêmement violente »[58]. Cependant, selon lui, ceci ne profite pas à l'opposition puisque celle-ci « n'est pas forcément très populaire : elle est l'héritière de l’ancienne classe dirigeante qui s’est goinfrée des richesses du Venezuela »[58].

Notes et références

  1. Tele 13, « Maduro pide prepararse para elecciones presidenciales de 2018 », sur http://www.t13.cl/ (consulté le 31 mars 2017)
  2. http://www.lefigaro.fr/international/2018/05/21/01003-20180521ARTFIG00008-venezuela-maduro-declare-vainqueur-de-la-presidentielle.php
  3. « Nicolas Maduro remporte l'élection présidentielle de justesse - France 24 », sur France 24 (consulté le 31 mars 2017)
  4. « Venezuela : large victoire de l’opposition aux élections législatives », sur Le Monde, (consulté le 31 mars 2017)
  5. Zone International - ICI.Radio-Canada.ca, « Venezuela : le président Maduro exclut le référendum révocatoire pour 2016 », sur Radio-Canada.ca
  6. « Venezuela : une pétition réclame la destitution du président Maduro », sur euronews (consulté le 31 mars 2017)
  7. « Venezuela : première étape franchie pour un vote de révocation du président Maduro », sur Le Monde, (consulté le 31 mars 2017)
  8. « Venezuela : le référendum anti-Maduro n'aura pas lieu en 2016, l'opposition proteste - France 24 », sur France 24 (consulté le 31 mars 2017)
  9. « L'opposition dénonce un «coup d'Etat» du régime de Maduro », sur 20minutes.fr (consulté le 31 mars 2017)
  10. « Venezuela : le Parlement vote en faveur d’une procédure contre le président Maduro », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  11. « Grève générale au Venezuela : la population fait pression sur le gouvernement », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  12. « Tentative de relance du dialogue pouvoir-opposition », tdg.ch/,‎ (lire en ligne)
  13. « L'opposition au Venezuela en appelle à l'armée », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  14. « Venezuela: la Cour suprême s'octroie les pouvoirs législatifs », sur Le Parisien, (consulté le 30 mars 2017)
  15. « Venezuela : le président du Parlement accuse Maduro de "coup d'Etat" », sur Le Parisien, (consulté le 30 mars 2017)
  16. « Venezuela: un haut responsable du pouvoir dénonce une "rupture de l'ordre constitutionnel" », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 1er avril 2017)
  17. ome, « Venezuela : la communauté internationale dénonce le «coup d'État» de Maduro », sur Le Figaro (consulté le 1er avril 2017)
  18. « Venezuela. La Cour suprême annule les pouvoirs élargis du président Maduro », sur Ouest-France.fr (consulté le 1er avril 2017)
  19. « Venezuela: l'assemblée constituante de Maduro renforce la crise », sur Bourse Direct (consulté le 4 mai 2017)
  20. ome, « Le Brésil dénonce un coup d'État au Vénézuela », sur Le Figaro (consulté le 4 mai 2017)
  21. « Municipales au Venezuela : carton plein pour le président Maduro », sur Le Figaro (consulté le 11 décembre 2017)
  22. « Venezuela: élection présidentielle anticipée avant fin avril », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  23. Home, « Venezuela: la présidentielle avancée pour faire réélire Maduro », sur Le Figaro (consulté le 24 janvier 2018)
  24. « Au Venezuela, Maduro a trop hâte d'être réélu », sur Libération.fr (consulté le 24 janvier 2018)
  25. « Les Etats-Unis "rejettent" l'élection anticipée au Venezuela », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 24 janvier 2018)
  26. Le Point, magazine, « Venezuela : l'opposition dos au mur après l'exclusion de sa coalition de la présidentielle », sur Le Point (consulté le 26 janvier 2018)
  27. Sputnik, « ¿Por qué el Tribunal Supremo venezolano invalidó a la coalición opositora MUD? », sur sputnik (consulté le 22 mai 2018)
  28. Le Point, magazine, « Macron dénonce la « dérive » du Venezuela, qui réplique violemment », sur Le Point (consulté le 28 janvier 2018)
  29. « Une date pour l’élection présidentielle du Venezuela », sur Le Monde.fr (consulté le 13 février 2018)
  30. « Un nouveau calendrier électoral exigé au Venezuela par le groupe de Lima », sur Le Monde, (consulté le 15 février 2018)
  31. a et b « Venezuela: l'opposition boycottera la présidentielle du 22 avril - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 25 février 2018)
  32. a, b, c et d Le Point, magazine, « Venezuela: Henri Falcon, le candidat qui sème le flou », sur Le Point (consulté le 1er mars 2018)
  33. a, b, c, d et e Le Point, magazine, « Venezuela : l'élection présidentielle aura lieu le 20 mai », sur Le Point (consulté le 1er mars 2018)
  34. « Venezuela : l'élection présidentielle repoussée au 20 mai », sur Europe 1 (consulté le 1er mars 2018)
  35. a, b et c « Venezuela : le président Maduro est candidat à sa réélection », sur Le Monde, (consulté le 3 février 2018)
  36. a et b « Venezuela: sonnée, l'opposition hésite à participer à la présidentielle », sur TV5MONDE (consulté le 13 février 2018)
  37. a, b, c et d Le Point, magazine, « Venezuela: Maduro officiellement candidat, sans adversaire de poids », sur Le Point (consulté le 27 février 2018)
  38. « El escándalo de la brasileña Odebrecht sepulta varios sueños en Venezuela », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  39. « Venezuela : Maduro arrête unilatéralement la date des élections », sur lesechos.fr (consulté le 13 février 2018)
  40. La-Croix.com, « Au Venezuela, la réélection annoncée de Nicolas Maduro », sur La Croix (consulté le 19 mai 2018)
  41. (en) « Country profile: Venezuela », sur electionguide.org.
  42. « Venezuela : le président Maduro va briguer un nouveau mandat en 2018 », sur Europe 1 (consulté le 30 novembre 2017)
  43. « A la Une: date fixée pour la présidentielle au Venezuela - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 13 février 2018)
  44. « Venezuela: Maduro officiellement candidat à la présidentielle », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 27 février 2018)
  45. a, b et c La-Croix.com, « Venezuela, la candidature à la présidentielle d’Henri Falcon perturbe l’opposition », sur La Croix (consulté le 27 février 2018)
  46. Le Point, magazine, « Venezuela: un pasteur rêve de détrôner Maduro à la présidentielle », sur Le Point (consulté le 25 février 2018)
  47. https://www.challenges.fr/monde/venezuela-lorenzo-mendoza-pas-candidat-a-la-presidentielle_567808
  48. a et b « Au Venezuela, Nicolas Maduro sans opposition à la présidentielle », sur Courrier international (consulté le 25 février 2018)
  49. « Venezuela: une présidentielle sans opposition, trois scénarios », sur euronews (consulté le 27 février 2018)
  50. « Venezuela : l'opposition manifestera samedi contre la présidentielle », sur TV5MONDE (consulté le 14 mars 2018)
  51. VOA Afrique, « L'opposant Falcon dénonce une agression contre un député au Venezuela », sur VOA (consulté le 5 avril 2018)
  52. a et b Le Point, magazine, « Au Venezuela, l'indifférence, principal ennemi de l'adversaire de Maduro », sur Le Point (consulté le 4 mai 2018)
  53. https://fr.news.yahoo.com/venezuela-lopposition-accuse-maduro-vouloir-acheter-les-électeurs-145049477.html?guccounter=1
  54. « Venezuela: morose fin de campagne électorale pour la présidentielle de dimanche - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 23 mai 2018)
  55. « Au Venezuela, Nicolas Maduro proclamé vainqueur d’une présidentielle contestée », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mai 2018)
  56. « Présidentielle au Venezuela: les tentes rouges de la discorde », sur TV5MONDE (consulté le 23 mai 2018)
  57. Venezuela : déroute annoncée pour l'opposition lors des municipales Le Figaro, 10 décembre 2017
  58. a, b et c https://www.ouest-france.fr/monde/venezuela/venezuela-le-regime-de-nicolas-maduro-condamne-s-effondrer-5774701
  59. Jade Toussay Au Venezuela, Nicolás Maduro a déjà gagné l'élection, mais ça ne risque pas d'arranger ses affaires (au contraire) HuffingtonPost, 20 mai 2018
  60. CNE
  61. « Venezuela: Nicolas Maduro réélu, Henri Falcón réclame un nouveau scrutin - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 30 mai 2018)
  62. « Venezuela: Nicolas Maduro réélu, Henri Falcón réclame un nouveau scrutin - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le 23 mai 2018)
  63. « Venezuela's Maduro on course for re-election amid low turnout », sur The Independent (consulté le 30 mai 2018)
  64. Thomson Reuters Foundation, « Venezuela vote turnout was 32 pct by 6 pm - election board source », sur news.trust.org (consulté le 24 mai 2018)
  65. « Venezuela : Nicolas Maduro largement réélu président après un scrutin boycotté par l'opposition », sur Franceinfo (consulté le 23 mai 2018)
  66. « Venezuela : l'UE dénonce un vote entaché d'irrégularités et envisage des sanctions », sur Europe 1 (consulté le 23 mai 2018)
  67. J.Cl. avec AFP, « Venezuela : Trump décide de nouvelles sanctions économiques », sur Le Parisien, (consulté le 23 mai 2018)
  68. a, b et c « Venezuela: Nicolas Maduro prête déjà serment pour un second mandat », sur LExpress.fr (consulté le 25 mai 2018)
  69. a et b Le Point, magazine, « Venezuela: Maduro, sous pression internationale, libère 40 détenus », sur Le Point (consulté le 2 juin 2018)
  70. « Venezuela : 80 opposants libérés par Nicolas Maduro », sur Le Monde.fr (consulté le 6 juin 2018)
  71. « Venezuela: la Cour suprême rejette un recours contre la réélection de Maduro », sur Le Figaro (consulté le 14 juin 2018)