Élection présidentielle népalaise de 2018

Élection présidentielle népalaise de 2018
Sortant Élu
Bidya Devi Bhandari Bidya Devi Bhandari

Une élection présidentielle se tient au Népal le au scrutin indirect, le président de la République étant élu par un collège d'électeurs. L'élection de son vice-président a lieu six jours plus tard[1],[2]. Ce scrutin marque la fin d'une décennie de transition post-révolutionnaire. La présidente sortante Bidya Devi Bhandari, membre du Parti communiste marxiste-léniniste unifié et grande favorite du scrutin, est réélue au premier tour[3].

Contexte

Depuis la révolution ayant mené à l'abolition de la monarchie le et à la fin de la rébellion maoïste, le pays poursuit une longue transition politique qui aboutit dix ans plus tard à l’avènement de la première république fédérale népalaise.

Assemblées constituantes

Pour cela, une première assemblée constituante est élue en 2008. Trois partis dominent alors l'assemblée, le Parti communiste maoïste (PCM, extrême gauche), le Congrès népalais (CN, centre gauche) et le Parti communiste marxiste-léniniste unifié (PCM-LU, centre gauche, malgré son nom), tandis qu'une myriade de petits partis représentant notamment des minorités ethniques se partagent le reste des sièges. Le premier président de la République de l'histoire du Népal, Ram Baran Yadav, est alors élu par la Constituante au scrutin indirect le 19 juillet 2008 pour assurer la transition.

Incapables de s'accorder sur une constitution, les partis finissent par constater l'échec de la première Constituante, et une seconde est à son tour élue en 2013. Les rapports de force y sont alors modifiés, avec l'arrivée en tête du Congrès népalais, mais le blocage institutionnel persiste faute d'une majorité nette, d'intérêts électoraux divergents et de désaccords quant à la nature de l'État et des futures institutions. Secoués par l'importance de la crise humanitaire liée aux tremblements de terre de 2015, les membres de la seconde Constituante s'accordent finalement sur une nouvelle constitution qui est promulguée le . Celle-ci instaure un État démocratique républicain, fédéral, laïque, d'orientation socialiste et doté d'un régime parlementaire[4]. Dans la foulée, la Constituante élit le 28 octobre suivant un nouveau chef de l'État, la candidate du Parti communiste marxiste-léniniste unifié, Bidya Devi Bhandari, qui devient la première femme présidente de la République et se voit chargée d'assurer la transition jusqu'à la mise en place définitive des institutions.

Mise en place des institutions

Conformément à la constitution nouvellement en vigueur, les différents échelons administratifs ainsi qu'un Parlement bicaméral sont mis en place tout au long de l'année 2017 jusqu'à début 2018. Des municipales ont lieu en plusieurs fois de mai a septembre 2017, puis des provinciales en deux temps les 26 novembre et 7 décembre 2017, le pays étant désormais composés de sept provinces dont les noms et capitales sont alors encore à définir. Simultanément aux provinciales se tiennent les élections des 275 députés de la Chambre des représentants, chambre basse du parlement et organe central au sein du système parlementaire népalais. Formant une Coalition de gauche, le PCM-LU et le PCM remportent la majorité absolu avec respectivement 121 et 53 sièges. Leurs dirigeants s'accordent sur la formalisation de leur alliance via la fusion prochaine des deux parti en un seul Parti communiste.

Le , la chambre haute, dite Assemblée nationale, est élue au scrutin indirect par un collège d'élus municipaux et provinciaux. Le scrutin est également remporté par la coalition de gauche, qui transforme ainsi les victoires obtenues au niveau local et provincial l'année précédente.

Khadga Prasad Oli (PCM-LU) devient Premier ministre le [5]. Il fixe immédiatement au la tenue de l'élection du nouveau président de la République, par la suite repoussée au 13, et au celle du vice-président, repoussée au 20; ces scrutins devant ainsi achever la décennie de transition post révolutionnaire[1].

Mode de scrutin

Selon la Constitution népalaise de 2015, le président de la République est élu au scrutin majoritaire et indirect à deux tours par un collège électoral composé des membres des deux chambres du parlement fédéral et de ceux des 7 assemblées provinciales. La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une seule fois de manière consécutive. Son rôle est essentiellement représentatif. Un vice-président, élu dans la semaine suivant l'élection du président[6], assure ses fonctions en son absence.

Le collège électoral est composé de 884 grands électeurs, les chambres basse et haute du parlement ainsi que les 7 assemblées provinciales étant respectivement dotées de 275, 59 et 550 membres. Une loi électorale fixe le poids de chacun de leur vote lors des présidentielles[6]. Celui ci est de 79 pour les voix de chacun des membres du parlement fédéral, et de 48 pour ceux des parlements provinciaux[7].

Les candidats, âgés d'au moins quarante-cinq ans et citoyens népalais de naissance, doivent recevoir le soutien de cinq membres du collège électoral pour proposer leur candidature, et recevoir pour celle-ci le soutien de cinq autres membres avant d'être officiellement reconnu candidat[8].

Candidats

La Commission électorale népalaise fixe au 7 mars la date limite des candidatures, ainsi qu'un plafond de 400 000 roupies pour les dépenses de campagne de chaque candidat[9].

La présidente sortante Bidya Devi Bhandari, membre du Parti communiste marxiste-léniniste unifié, annonce courant mars vouloir solliciter un second mandat. Un autre cadre du parti, Jhalnath Khanal, se porte néanmoins candidat, dans un contexte de tensions quant à la répartition des postes au sein de la future fusion du parti avec le Parti communiste maoiste. Le parti se réunit en congrès le 6 mars pour décider entre leurs candidatures[10]. Grace au soutien du Premier ministre KP Oli, et malgré des dissensions internes, Bidya Devi Bhandari reçoit l'investiture et dépose officiellement sa candidature le lendemain[11],[12],[13]. Kumari Laxmi Rai dépose sa candidature en tant que candidate du Congrès népalais. L'alliance de gauche détenant une majorité des deux tiers au parlement, ainsi que la majorité absolue dans six des sept provinces népalaises, la victoire de Bidya Devi Bhandari est considérée comme acquise[14].

Résultats

Résultats de la présidentielle[15],[16]
Candidat Parti Votes Total
des voix
%
Fédéraux Provinciaux
Bidya Devi Bhandari PCM-LU 245 415 39 275 75,85
Kumari Laxmi Rai CN 78 116 11 730 24,15
Votes blancs 3 5 477
Absents 5 13 1019
Total 331 549 52 501 100
Non inscrits[N 1] 3 1 285

Suites

Bhandari prête serment deux jours plus tard devant le président du conseil de justice, Gopal Parajuli. La légalité de sa prise de serment est cependant immédiatement remise en cause, Parajuli ayant été révoqué le jour même de ses fonctions par le conseil, mais sans avoir encore reçu la lettre officielle de la décision au moment de l'assermentation. Les chaines de télévision népalaises prévenues dans l'après-midi faisaient ainsi défiler l'information de son départ alors même que la prestation de serment était retransmise en direct[17].

Bhandari reçoit les félicitations du président indien Ram Nath Kovind le jour même[18].

Vice-président

Le 19 mars, la commission électorale népalaise annonce la réélection du vice-président sortant Nanda Kishor Pun, du même parti que la présidente[19]. La date, initialement prévue pour le 23 mars, avait été avancée du fait de l'absence de candidature concurrente, rendant un vote inutile[20].

Notes et références

Notes

  1. Les trois membres nommés de la chambre haute n'ayant pas encore prêtés serment, et un membre d'une assemblée provinciale retenu pour une affaire judiciaire

Références

  1. a et b (en) Nepal to choose new President on March 5 The Hindu
  2. (en) Prez candidate not fixed yet My Republica
  3. Second mandat pour la présidente du Népal, première femme à ce poste lexpress
  4. (en) Constitution du Népal, article 4
  5. (en) Oli appointed as 38th PM of Nepal MyRepublica
  6. a et b (en) pdf Constitution du Népal, articles 61 à 67
  7. (en) Candidacy nominations for new prez today Myrepublica
  8. (en) Nomination for Prez starts, Bhandari likely to be reelected MyRepublica
  9. (en) EC sets Rs 400,000 limit as expenditure for a presidential candidate Myrepublica
  10. (en) UML meet to decide on Prez candidate Myrepublica
  11. Oli’s carrot-and-stick prevails as UML picks Bhandari again MyRepublica
  12. (en) Evaluate by third eye, not by external judgment: Prez Bhandari Myrepublica
  13. (en) Prez Bhandari files her nomination for another tenure Myrepublica
  14. (en) Kumari Laxmi Rai files candidacy for Prez from NC Myrepublica
  15. Bhandari re-elected president Myrepublica
  16. 18 federal, provincial parliament members absent from presidential election Myrepublica
  17. (en) Prez sworn-in for second term My Republica
  18. (en) Indian Prez congratulates Bhandari My Republica
  19. (en) Pun re-elected vice president My Republica
  20. (en) Vice President Pun poised to get reelected todayMy Republica

Articles connexes