Élection présidentielle mongole de 2017

Élection présidentielle mongole de 2017
(1er tour)
(2d tour)
Type d’élection Présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 1 988 891
Votants au 1er tour 1 339 125
68,27 %  +1,8
Votes blancs et nuls au 1er tour 19 663 (1,37 %)
Votants au 2d tour 1 207 787
60,67 %
Votes blancs et nuls au 2d tour 99 494 (8,23 %)
Khaltmaagiin Battulga 2016.jpg Khaltmaagiyn Battulga – PD
Voix au 1er tour 517 478
38,11 %
 −12,1
Voix au 2e tour 611 226
50,61 %
Miyeegombyn Enkhbold July 2016.jpg Miyeegombyn Enkhbold – PPM
Voix au 1er tour 411 748
30,32 %
 −11,7
Voix au 2e tour 497 067
41,16 %
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Sainkhüügiin Ganbaatar – PRPM
Voix au 1er tour 409 899
30,19 %
 +23,7
Carte du 2d tour
Carte
Président de l'État de Mongolie
Sortant Élu
Tsakhiagiyn Elbegdorj
(PD)
Khaltmaagiyn Battulga
(PD)

L'élection présidentielle mongole de 2017 se déroule les [1] et [2].

Pour la première fois dans le pays, un deuxième tour est nécessaire pour départager les deux candidats arrivés en tête, aucun n'ayant remporté la majorité au premier tour. Khaltmaagiyn Battulga du Parti démocrate l'emporte au second tour sur Miyeegombyn Enkhbold avec 50,61 % des suffrages[3]. L'élection passe très près d'être annulée selon la loi électorale mongole qui prend en compte les votes blancs et nuls, Battulga n'obtenant la majorité qu'avec moins de 8000 voix.

Système électoral

Le président est directement élu par les citoyens de Mongolie au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour un mandat renouvelable une seule fois. Les partis politiques représentés au parlement, le Grand Khoural d'État, soumettent des candidats lors de chaque élection. Cependant, avant son investiture, le président élu doit démissionner de tout parti politique : il représente l'unité du peuple. Le président peut être destitué par le parlement s'il est reconnu coupable par la majorité des deux tiers de ses membres d'abuser de ses pouvoirs ou d'avoir violé son serment.

Les élections presidentielles mongoles ont la particularité de tenir réellement compte des votes blancs, en tant que votes valides entrant en compte dans le décompte des voix et de leur pourcentage (articles 97.9 et 99.2 de la loi électorale mongole). Or, un candidat devant réunir la majorité absolue des suffrages (50% +1 voix) pour être élu, il est possible qu' aucun candidat n'atteigne le seuil requis, même au second tour. Un tel résultat conduit alors à la tenue de nouvelles élections (article 8.6.2) pour laquelle l'ensemble des partis doivent présenter des nouveaux candidats.[4],[5].

Entre deux tours

Les résultats du premier tour révèlent une nette cassure entre le vote rural, que se partagent le PPM et le PRPM, et la capitale Ulaan Bator, largement acquise au PD[4].

Pour la première fois lors d'une élection présidentielle mongole, un second tour est nécessaire. Cette situation inédite met en lumière le manque de précisions de la loi électorale, pourtant jugée globalement adéquate par l'OSCE. L'absence de règles explicites sur la campagne entre les deux tours, interprétées comme une interdiction par la Commission Générale des Election (CGE), rend particulièrement confuse la situation. Les candidats se tournent alors vers une campagne de porte à porte. Le candidat du PPM profite selon les observateurs de sa fonction de président du parlement, jouant sur le flou entre ses deux positions[4].

L'entre deux tours est marqué par des appels au vote blanc soutenus officiellement par le MPRP afin qu'aucun des deux candidats ne reccueille de majorité absolu, invalidant ainsi l'élection et forçant à un nouveau scrutin. La CGE qualifie alors ces appels au vote blanc de campagne électorale, par conséquent légalement interdite[4].

Contestation

Arrivée en troisième place en manquant le second tour de 1 849 voix, Sainkhuugiin Ganbaatar refuse de reconnaitre les résultats, affirmant que des fraudes ont eu lieux et que plus de 35 000 bulletins ont été ajoutés au total. Son parti, le PRPM exige un recompte des voix dans la circonscription de Bayan-Ölgii[6]. Le recompte a lieu en presence d'observateurs et valide les résultats initiaux[4].

Résultats

Résultats de la présidentielle mongole de 2017
Candidats Parti Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Khaltmaagiyn Battulga PD 517 478 38,11 611 226 50,61
Miyeegombyn Enkhbold PPM 411 748 30,32 497 067 41,16
Sainkhüügiin Ganbaatar PRPM 409 899 30,19
Vote blanc 18 663 1,37 99 494 8,23
Total 1 339 125 100 1 207 787 100
Inscrits/Participation 1 988 891 68,27 1 990 797 60,67
Source : (mn) 1er tour et 2d tour (« www.gec.gov.mn »)

Répartition des voix au second tour

Khaltmaagiyn Battulga dépasse la majorité absolu de 7332 voix, ce qui lui permet de remporter de justesse l'élection et d'éviter un nouveau scrutin.


Khaltmaagiyn
Battulga
(50.61 %)
Vote
blanc
(8.23 %)
Miyeegombyn
Enkhbold
(41.16 %)
Majorité absolue

Notes et références

  1. (en) « Mongolia - Election for President », sur ElectionGuide, International Foundation for Electoral Systems (consulté le 21 avril 2017)
  2. (en) Kh. Aminaa, « PRESIDENTIAL ELECTION: SECOND BALLOT ON JULY 9 », www.montsame.mn,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Terrence Edwards, « Former martial arts star Battulga wins Mongolian presidential election », Reuters,
  4. a, b, c, d et e STATEMENT OF PRELIMINARY FINDINGS AND CONCLUSIONS (en)
  5. Mongolia: Electoral Law for State Great Hural and Presidential elections (2012) (en)
  6. Началось. Ганбаатар: Мы не признаем сообщения ЦИК. ВИДЕО

Voir aussi