Élection présidentielle maldivienne de 2018

Élection présidentielle maldivienne de 2018
Corps électoral et résultats
Inscrits 262 135
Votants 233 877
89,22 %  −2,2
Votes exprimés 230 748
Votes blancs et nuls 3 129
Ibrahim Mohamed Solih - Maldives (cropped).jpg Ibrahim Mohamed Solih – PDM
Colistier : Faisal Naseem 
Voix 134 705
58,38 %
Abdulla Yameen Abdul Gayoom in January 2014.jpg Abdulla Yameen – PPM-Y
Colistier : Mohamed Shaheem
Voix 96 052
41,62 %
 −9,8
Président de la République des Maldives
Sortant Élu
Abdulla Yameen
PPM-Y
Ibrahim Mohamed Solih
PDM

L'élection présidentielle maldivienne de 2018 est organisée pour élire le président de la République des Maldives. Le scrutin a lieu le 23 septembre 2018. Le gouvernement du président Abdulla Yameen est accusé d'autoritarisme et de multiples violations des droits de l'homme. Les médias indépendants sont réprimés, et la présidence de la commission électorale confiée à un membre du parti au pouvoir.

À la surprise générale le candidat d'opposition Ibrahim Mohamed Solih (Parti démocrate : centriste, laïc) remporte cependant l'élection avec 58,3 % des voix face au président sortant Abdulla Yameen (Parti progressiste : droite islamiste, autoritaire), qui reconnaît sa défaite le lendemain.

Contexte

Politique

Le pays connaît en 2008 ses premières élections démocratiques, remportées par Mohamed Nasheed, chef de file du mouvement pour la démocratie et longtemps persécuté sous la dictature qui précède. Contesté par les islamistes, il est évincé par la police et par l'armée en 2012[1]. Candidat de l'opposition, il remporte le premier tour de l'élection présidentielle de 2013, mais les résultats sont annulés par la Cour suprême , et le scrutin est reporté. Il est finalement battu par Abdulla Yameen[2], qui met peu à peu en place un régime autoritaire[3].

Le , le vice-président Jameel Ahmed est destitué par le Parlement pour « haute trahison »[4]. Tandis qu'il fuit vers le Royaume-Uni, Ahmed Adeeb Abdul Ghafoor est nommé à sa place[5].

Le 28 septembre 2015, une explosion éclate à bord d'un yacht qui le ramène à Malé, alors qu'il revenait du hajj[6]. Le 24 octobre, Abdul Ghafoor est arrêté[7], puis destitué[8].

Le 2 février 2018, considérant les condamnations de plusieurs prisonniers, dont Mohamed Nasheed et Ahmed Adeeb Abdul Ghafoor, comme étant « politiquement motivées », la Cour suprême décide de casser les jugements[9]. Le 5 février, Abdulla Yameen refuse d'appliquer la décision, malgré la demande de l'ONU[10] et fait remarquer que selon lui, la Cour suprême « n'est pas au-dessus des lois »[11]. Il fait assiéger les bureaux de la Cour suprême, qu'il accuse de vouloir le destituer[12], suspend le parlement, au sein duquel il vient de perdre la majorité après une autre décision de la Cour suprême ordonnant la réintégration des députés récemment passés dans l'opposition, limoge le chef de la police, fait arrêter son demi-frère, l'ancien président Maumoon Abdul Gayoom, qui avait rejoint l'opposition en 2017[13], et décrète l'état d'urgence[14]. Dans la soirée, il fait également arrêter deux juges de la Cour suprême, dont son président Abdulla Saeed, et Ali Hameed[15]. Il justifie cela par une « conspiration » et un « coup d'État »[16]. Nasheed appelle alors l'Inde et les États-Unis, à intervenir[17]. Finalement, les trois juges de la Cour suprême restés en liberté décident d'annuler la décision[18]. L'ONU dénonce alors une « attaque contre la démocratie »[19].

Social

Yameen en 2014.

Alors que les Maldives étaient traditionnellement un pays d'islam modéré, l'arrivée au pouvoir d'Abdulla Yameen, soutenu par les islamistes, change la donne. Influencé par des religieux wahhabites formés en Arabie saoudite et au Pakistan, le prosélytisme islamiste gagne du terrain, notamment dans les milieux carcéraux. De nombreux cheikhs radicaux occupent ainsi de plus en plus l'espace public (universités, télévision — leurs sermons étant retransmis une fois par mois sur les chaînes nationales —, etc.). Plusieurs ONG dénoncent une augmentation des mariages précoces dans les îles reculées ainsi que le refus grandissant de vacciner les enfants. Le docteur Mohamed Iyaz, un influent conseiller du gouvernement en jurisprudence coranique, fait d'ailleurs l'apologie de l'excision, en tant qu'« obligation religieuse ». En 2014, une centaine de Maldiviennes ont été fouettées en public pour « actes de fornication ». En 2015, on enregistre entre 50 et 200 départs de Maldiviens vers les territoires de l'État islamique. Si le gouvernement a officiellement condamné le djihad vers la Syrie, des activistes et des opposants critiquent son inaction sur le sujet, certains craignant même l'instauration d'un califat aux Maldives[20].

Analyses

Selon Olivier Guillard, chercheur associé à l'IRIS, « même si le vote se déroule sans fraude majeure, Yameen s'est exonéré des recommandations de transparence réclamées par la communauté internationale et a verrouillé le système de telle sorte que rien ne pourra contrarier son maintien au pouvoir »[21].

Pour Nayma Qayum, enseignante à l'université de Manhattanville , le taux de participation est « aussi l'enjeu de cette élection. Le fait est que, ces dernières années, les Maldives ont connu un net recul de la démocratie. D'où l'importance du taux de participation, qui est en général élevé bien que ce soit une population peu nombreuse »[21].

Par ailleurs, le président sortant Abdulla Yameen a également noué des relations avec l'Arabie saoudite, l'Inde et la Chine, cette dernière convoitant les atolls des Maldives[21]. Enfin, l'opposition est accusée d'être proche de l'Occident et de l'Inde[21].

Candidats

Solih en 2018.

Deux candidats participent au scrutin, organisé le 23 septembre 2018[22]. Il s'agit d'Ibrahim Mohamed Solih et Abdulla Yameen[23].

L'ancien président Mohamed Nasheed annonce sa candidature à l'élection[9], à la tête d'une coalition hétéroclite d'opposition[24]. Le 29 juin, il renonce à se présenter à l'élection après le refus de la commission électorale de valider sa candidature[25]. Ibrahim Mohamed Solih est choisi à sa place. Membre du Parti démocrate tout comme Nasheed, il reçoit ainsi le soutien de la faction pro-Gayoom du PPM, du Parti républicain  et du Parti de la justice [26].

Le président sortant Abdulla Yameen est également candidat à sa réélection. Il se déclare être le candidat de l'islam face aux « infidèles »[27]. Il prône aussi un discours nationaliste[21].

Mode de scrutin

Le président des Maldives est élu au suffrage universel, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Campagne électorale et irrégularités

Durant la campagne, les médias n'ont pas couvert la campagne électorale d'Ibrahim Mohamed Solih, de crainte de représailles[28]. Pour sa part, le chef d'une ONG maldivienne estime que « soit nous rétablissons la démocratie, soit nous basculons pour de bon dans la dictature »[29]. Par ailleurs, l'opposition a accusé les autorités d'avoir mis en place un nouveau système de vote, qui les empêcherait de compter le nombre de votants, tandis que la commission électorale n'a pas rendu publique la liste de votants[30]. Enfin, le président de la commission électorale est un ancien président du parti au pouvoir, tandis que l'opposition et Human Rights Watch[31] accusent le pouvoir de nommer comme présidents des bureaux de votes, des membres du parti[32].

Ibrahim Solih en campagne à Malé. On aperçoit le drapeau du logo du Parti démocrate : la balance sur fond jaune.

En amont de l'élection, le droit de manifester est sévèrement restreint, et les lois interdisant toute critique du gouvernement contraignent les médias à l'auto-censure. Une loi de 2016 interdit toute publication qui contredirait l'islam ou qui serait contraire aux « normes sociales » ; cette même loi permet aux autorités de contraindre les journalistes à révéler leurs sources. Des journalistes ou blogueurs perçus comme critiques envers le gouvernement sont menacés, arrêtés ou agressés[33].

L'Union européenne a refusé d'envoyer une mission d'observation[34]. Pour sa part, le Réseau asiatique pour des élections libres (ANFREL), autorisé officiellement à surveiller le scrutin mais dont les membres n'ont pas eu de visa pour se rendre dans le pays, estime que le scrutin ne sera pas « libre et équitable » et ajoute qu'« il apparaît que les autorités des Maldives n'accordent de visas qu'aux observateurs qu'ils perçoivent comme amis, tout en utilisant le nom de l'ANFREL et d'autres pour tenter d'obtenir une légitimité internationale »[35].

Le 22 septembre, l'ancien président Mohamed Nasheed appelle à ne pas reconnaître les résultats du scrutin[36]. Le même jour, veille du scrutin, la police perquisitionne le bureau de campagne d'Ibrahim Mohamed Solih pour « prévenir des actions illégales »[37], mais repart les mains vides[27],[38].

Le jour du scrutin, le vote est prolongé de trois heures, face à la participation massive et aux bugs informatiques[39].

Résultats

Les premiers résultats donnent Solih en tête du scrutin[40]. Celui-ci revendique alors sa victoire, confirmée par l'ONG Transparency Maldives, qui a été la seule à pouvoir observer le scrutin[41]. « Les résultats des bureaux de vote, compilés par les chaînes de télévision privées » et la chaîne publique PSM News, donnent Ibrahim Mohamed Solih vainqueur avec environ 58 % des voix. La commission électorale[42],[43] confirme par la suite les résultats durant la nuit du 23 au 24 septembre[44].

Abulla Yameen reconnaît publiquement sa défaite le 24 septembre[43].

Solih est déclaré vainqueur le 29 septembre par le président de la commission électorale, qui ajoute que l'institution a fait l'objet de menaces pour que l'annonce des résultats soit reportée[45].

Résultats de l'élection présidentielle maldivienne de 2018[46]
Candidats
et colistier
Partis Votes %
Ibrahim Mohamed Solih
Faisal Naseem
Parti démocrate maldivien (PDM) 134 705 58,38
Abdulla Yameen
Mohamed Shaheem
Parti progressiste des Maldives (Y) (PPM-Y) 96 052 41,62
Votes valides 230 757 98,66
Votes blancs et nuls 3 132 1,34
Total 233 889 100
Abstention 28 246 10,78
Inscrits / participation 262 135 89,22
I.M.
Solih
(58,38 %)
Abdulla
Yameen
(41,62 %)
Majorité absolue

Analyses

Pour Gulbin Sultana, de l'Institute for Defense Studies and Analyses  de New Delhi, « Le ralliement de Maumoon Abdul Gayoom a été décisif, il a entraîné avec lui sa faction au sein du parti au pouvoir, le Parti progressiste des Maldives. Solih était populaire, mais tout le monde craignait que les élections seraient truquées. Or, l'opposition a su faire beaucoup de tapage sur les réseaux sociaux, ce qui a mis sous pression la Commission électorale »[47].

Selon Olivier Guillard, chercheur associé à l'IRIS, le « vainqueur de la présidentielle est un candidat par défaut. Tous les grands ténors du PDM étant emprisonnés ou en exil à l’étranger, il fallait une tête de liste pour le scrutin et Ibrahim Mohamed Solih a eu le courage de rester et de se présenter »[48].

Selon Dhruva Jaishankar, chercheur associé à la Brookings India, « les électeurs basés à l’étranger peuvent aussi voter, cela explique la forte mobilisation pour Ibrahim Mohamed Solih. De plus, il est la figure de l'opposition dans un pays où la grogne anti-gouvernementale se faisait de plus en plus sentir. On assiste à une transition politique encourageante dans la région. L'élection aux Maldives est un premier pas vers la démocratie et le respect des droits de l’homme dans le pays »[49].

Notes et références

  1. Agence France-Presse, « Maldives: le président veut "l'unité", son prédécesseur évoque un complot », sur leparisien.fr, .
  2. « Maldives: Abdulla Yameen remporte l'élection présidentielle », RFI,‎ (lire en ligne).
  3. (en) Mark Lynas, « The Maldives cannot represent climate leadership with an autocrat at the helm », sur the Guardian, (consulté le 24 septembre 2018).
  4. (en) « Maldives government sacks vice president for 'treason' », sur the Guardian, (consulté le 11 novembre 2015).
  5. « Qui en veut vraiment au président des Maldives ? », sur Libération, .
  6. « Le président des Maldives a échappé à un attentat », sur Métro (consulté le 10 novembre 2015).
  7. « Le vice-président des Maldives arrêté pour tentative d’assassinat du président », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  8. (en) « Maldives crisis: Vice-President Ahmed Adeeb removed from power », sur BBC News, (consulté le 11 novembre 2015).
  9. a et b « Maldives: l'opposant en exil Nasheed se présentera à la présidentielle », sur LExpress.fr (consulté le 3 février 2018).
  10. « ONU Info - Maldives : l'ONU appelle les autorités à respecter la décision de la Cour suprême », sur Centre d'actualités de l'ONU (consulté le 5 février 2018).
  11. Le Point, magazine, « Le président des Maldives décrète l'état d'urgence, un ex-président arrêté », sur Le Point (consulté le 5 février 2018).
  12. « La Cour suprême des Maldives accusée de vouloir évincer le président », sur RTBF Info (consulté le 5 février 2018).
  13. (en) Suhasini Haidar, « Maldivian arch-rivals Mohammad Nasheed and Maumoon Abdul Gayoom join forces. », sur The Hindu (consulté le 6 février 2018).
  14. « Maldives: état d'urgence déclaré pour 15 jours », sur Le Figaro (consulté le 5 février 2018).
  15. « Maldives : l'arrestation du président de la Cour suprême enfonce le pays dans la crise politique - France 24 », sur France 24 (consulté le 6 février 2018).
  16. « Maldives: le président dénonce une «conspiration» des juges », sur Le Figaro (consulté le 6 février 2018).
  17. Le Point, magazine, « Les Maldives s'enfoncent dans le chaos politique », sur Le Point (consulté le 6 février 2018).
  18. « Maldives: une crise très politique », sur RFI, RadioFranceInternationale, (consulté le 6 février 2018).
  19. « L'ONU parle pour les Maldives d'«attaque contre la démocratie» », sur Le Figaro (consulté le 7 février 2018).
  20. Manon Quérouil-Bruneel, « Maldives, l'enfer du décor », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 12 juin 2015, p. 38-48 (lire en ligne).
  21. a, b, c, d et e Le JDD, « Les Maldives : leurs plages et leur autocrate islamiste », sur lejdd.fr (consulté le 23 septembre 2018).
  22. « Maldives: présidentielle le 23 septembre, Yameen grand favori », sur La Croix, (consulté le 9 juin 2018).
  23. (en) « - The Washington Post », sur Washington Post (consulté le 23 septembre 2018).
  24. « Pourquoi est-il déconseillé de se rendre dans la capitale des Maldives ? », sur Libération.fr, Libération, (consulté le 6 février 2018).
  25. « Maldives: l'ancien président Nasheed renonce à se présenter à la présidentielle », sur RFI (consulté le 7 juillet 2018).
  26. (en) « The Maldives: The rise and fall of a Muslim democracy », sur Kashmir Images Newspaper (consulté le 22 septembre 2018).
  27. a et b (en) « Maldives police raid opposition headquarters on eve of election », sur Al Jazeera, .
  28. « Présidentielle aux Maldives: sous la plage, la répression », sur Libération.fr (consulté le 21 septembre 2018).
  29. « Yameen entend renforcer sa mainmise sur les Maldives », sur Le Figaro (consulté le 21 septembre 2018).
  30. (en) Mohamed Junayd, « Tropical Maldives heads to polls amid criticism over fairness of vote », sur U.S. (consulté le 21 septembre 2018).
  31. « Election présidentielle cruciale pour l'archipel des Maldives - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI (consulté le 23 septembre 2018).
  32. « Aux Maldives, une élection sur fond de djihadisme », sur tdg.ch/ (consulté le 22 septembre 2018).
  33. (en) « "An All-Out Assault on Democracy”: Crushing Dissent in the Maldives" », sur Human Rights Watch, .
  34. (en) Reuters Editorial, « Who will come out on top in Maldives election - and are the polls... », sur U.S. (consulté le 21 septembre 2018).
  35. Le Point, magazine, « Maldives: la présidentielle ne sera pas "libre et équitable", avertissent des observateurs », sur Le Point (consulté le 22 septembre 2018).
  36. (en) « Maldives strongman eyes new term as monitors cry foul », sur France 24 (consulté le 23 septembre 2018).
  37. « Ouverture des bureaux de vote pour la présidentielle aux Maldives », sur Le Point (consulté le 23 septembre 2018).
  38. (en) « Dirty tricks and drama as voting under way in Maldives presidential election », sur The Maldives Independent, .
  39. « Maldives/présidentielle: le candidat de l'opposition remporte la victoire », sur TV5MONDE (consulté le 24 septembre 2018).
  40. (en) « Opposition candidate takes early lead in Maldives election », sur Gulf-Times, (consulté le 23 septembre 2018).
  41. « Le candidat de l'opposition se dit vainqueur de la présidentielle aux Maldives », sur zonebourse.com, (consulté le 23 septembre 2018).
  42. « Maldives/présidentielle: le candidat de l'opposition revendique la victoire », sur Agence France-Presse, .
  43. a et b (en) « Live blog: Victory for Ibu », sur The Maldives Independent, .
  44. « Maldives : le leader de l’opposition remporte l’élection présidentielle », sur Le Monde.fr, (consulté le 24 septembre 2018).
  45. Le Point, magazine, « Présidentielles aux Maldives: confirmation de l'élection de l'opposant Ibrahim Solih », sur Le Point (consulté le 29 septembre 2018).
  46. (dv) « Riyaasee Inthikhaab 2018 ge rasmee natheejaa Elections Commission in iulaanu kohfi », sur Twitter.com, (consulté le 29 septembre 2018).
  47. « Le candidat pro-démocratie remporte les élections aux Maldives », sur Le Monde.fr, (consulté le 25 septembre 2018).
  48. « Ibrahim Mohamed Solih, le second choix devenu président des Maldives », sur La Croix, (consulté le 25 septembre 2018).
  49. « Aux Maldives, la victoire d’un opposant marque « un premier pas vers la démocratie » », sur La Croix, (consulté le 25 septembre 2018).

Voir aussi