Élection présidentielle chilienne de 2017

Précédent 2013 Drapeau du Chili
Élection présidentielle chilienne de 2017

L' élection présidentielle chilienne de 2017 se déroule le .

Contexte

Les élections parlementaires ainsi que des élections régionales sont organisées le même jour.

La présidente socialiste Michelle Bachelet fait face à une mobilisation étudiante pour la gratuité de l'université[1] qui est selon l'OCDE la plus chère au monde par rapport au niveau de vie. Toutes les universités (même publiques) sont en effet payantes depuis la dictature de Pinochet[2].

Elle a néanmoins eu quelques succès dans le domaine économique avec un taux de chômage en deçà de 7 % et une prévision de croissance d'environ 2,5 % selon l'OCDE.[1]

Ces élections sont aussi marqués l'immigration massive venant d'Haïti. On dénombreraiT 60 000 immigrants haïtiens au Chili, ce nombre ayant augmenté suite aux catastrophes naturelles à répétition ayant eu lieu à Haïti. Une coopération s'est mise en place entre les deux pays notamment dans les domaines de la santé, de l'éducation, du logement ou encore de la sécurité avec la présence de soldats chiliens dans le nord de l'île[3].

Candidats

La présidente actuelle ne peut pas se représenter[1].Des primaires à droite et à gauche et au centre vont avoir lieu pour désigner les candidats de camps.

Au début du mois de mai 2017, les médias présentent deux principaux candidats :

  • Sebastian Piñera, ancien président entre 2010 et 2014 et âgé de 64 ans[4]. Il est par ailleurs milliardaire. Il est suspecté de corruption[1]. Il est le grand favori des primaires de la droite de juin[réf. nécessaire].
  • Alejandro Guillier, candidat de centre gauche. Il est le seul candidat aux primaires de la gauche et du centre, après le retrait par Ricardo Lagos de sa candidature et à la suite de la décision de Carolina Goic de se présenter en dehors de la primaire. Il est ancien présentateur télé [5] et est depuis 2013 sénateur[6]. Il est par ailleurs soutenu par le Parti Communiste (qui faisait partie de la majorité de Bachelet)[7].
  • Carolina Goic, candidate démocrate chrétienne (parti membre de la majorité de Bachelet)[8].

Des sondages (de l'institut Tresquintos) datant de la dernière semaine d'avril donne le conservateur Pinera à 41 % suivi de Guillier. La candidate démocrate-chrétienne Goic serait à 3 % d'intentions de vote[8].

Système électoral

Le président de la République du Chili est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours

Résultats


Notes et références

  1. a, b, c et d « Fin de mandat difficile pour Bachelet au Chili », lesechos.fr,‎ (lire en ligne).
  2. « Au Chili, étudiants et professeurs militent pour une éducation gratuite », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  3. « «Les Haïtiens sont très appréciés au Chili», selon l'ambassadeur Patricio Utreras », Le Nouvelliste, (lire en ligne)
  4. « Chili: impopulaire, l'ex-président Lagos retire sa candidature à la présidentielle », RTBF Info,‎ (lire en ligne).
  5. « Alejandro Guillier bouscule le paysage politique chilien », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  6. « Au Chili, l'un des candidats à l'élection présidentielle a quelques points communs avec Donald Trump », France Inter,‎ -20-mars-2017 (lire en ligne)
  7. (es) « Partido comunista proclama a Alejandro Guillier como su candidato presidencial », 24horas.cl,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Zone Bourse, « Chili-Scission de la coalition de gvt avant l'élection de novembre », Zone Bourse,‎ (lire en ligne).

Articles connexes