Élection présidentielle américaine de 2016

Précédent 2012 Drapeau des États-Unis 2020 Suivant
Élection présidentielle américaine de 2016
Participation
55,3 %
Donald Trump official portrait (cropped).jpg Donald Trump – Parti républicain
Colistier : Mike Pence
Voix 62 985 106
45,94 %
Grands électeurs 304
Hillary Clinton by Gage Skidmore 2.jpg Hillary Clinton – Parti démocrate
Colistier : Tim Kaine
Voix 65 853 625
48,03 %
Grands électeurs 227
Le collège électoral en 2016
Carte
Président
Sortant Élu
Barack Obama
(démocrate)
Donald Trump
(républicain)

L'élection présidentielle américaine de 2016, cinquante-huitième élection présidentielle américaine depuis 1788, a lieu le et conduit à la désignation du républicain Donald Trump comme quarante-cinquième président des États-Unis.

Le candidat républicain l'emporte sur la candidate démocrate, Hillary Clinton, en obtenant 306 grands électeurs contre 232. Il est devancé de 2,1 points de pourcentage par sa rivale, ce qui fait de lui le cinquième candidat remportant une élection présidentielle aux États-Unis sans avoir obtenu la majorité des suffrages populaires. Son élection est confirmée le , lors du vote du collège électoral (304 contre 227).

Dans le même temps, les démocrates échouent à prendre le contrôle du Congrès, ne regagnant que six sièges de représentants et deux sièges de sénateurs (sur les 34 en jeu, dont 24 détenus par les républicains), tout en obtenant aussi plus de voix[1],[2].

Organisation du scrutin

Conditions d'éligibilité

Les conditions d'éligibilité au poste de président des États-Unis sont définies par le cinquième alinéa de la section de l'article II de la Constitution.

Ne peuvent se présenter que les citoyens américains de naissance[note 1] âgés d'au moins 35 ans. Il faut en outre qu'ils aient résidé pendant au moins quatorze ans aux États-Unis.

À l'origine, il n'était pas prévu de limite au renouvellement du mandat du président. C'est le XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis, adopté par le Congrès en 1947 et ratifié en 1951, qui instaure de manière officielle une limitation à deux mandats, à la suite de la quatrième élection de Franklin Delano Roosevelt en 1944.

Barack Obama ayant déjà accompli deux mandats — il a été élu en 2008 et en 2012 —, il ne peut donc pas se présenter à cette élection. Les anciens présidents George W. Bush et Bill Clinton sont également dans ce cas, contrairement à George H. W. Bush et Jimmy Carter qui, n'ayant été élus qu'une fois chacun, peuvent théoriquement être candidats.

Conditions d'élection

Carte électorale, relative aux élections de 2012, 2016 et 2020, fondée sur le recensement du peuple américain en 2010 et résultats de l'élection présidentielle américaine de 2012.

L'élection présidentielle de 2016 a lieu, comme celle qui a eu lieu en 2012 et comme il est prévu pour l'élection devant se tenir en 2020, sur la base d'une répartition formelle fondée sur le recensement de 2010.

L'élection présidentielle américaine est une élection au suffrage universel indirect. Les citoyens électeurs américains élisent 538 grands électeurs qui vont à leur tour voter pour un candidat précis. Ces grands électeurs sont répartis à travers les différents États des États-Unis selon une clé de recensement démographique. Dans chaque État, la majorité simple suffit pour remporter la totalité des grands électeurs, à l'exception du Maine et du Nebraska, où chaque grand électeur est désigné dans le cadre d'un district congressionnel. Pour l'emporter, un candidat doit remporter la majorité des 538 grands électeurs, donc au moins 270.

Partie du bulletin de vote au Wisconsin consacrée au choix du binôme présidentiel.

Modalités de vote

Développement du vote par correspondance

Pour s'adapter à la tradition d'organiser la présidentielle un mardi, jour de travail, 33 États ont décidé de faciliter la vie aux salariés, en particulier les ouvriers qui ne peuvent pas quitter leur poste[3] pour se mettre dans de longues files d'attente devant les bureaux de vote des grandes villes, en début et fin de journée. Ces files sont d'autant plus longues que le nombre de votants à la présidentielle américaine a augmenté de 49,4 % une dizaine d'années, passant de 86,6 millions en 1996 à 129,4 millions en 2008. Ces 33 États ont décidé que les électeurs n'ont plus à se justifier ni fournir la preuve d'un motif (absence, voyage) pour voter par correspondance. Les électeurs des grandes villes prennent conscience du gain de temps procuré par le vote par correspondance lors des primaires des deux partis, qui voient des files d'attente apparaître car le nombre d'électeurs est des deux côtés près de deux fois supérieur à ce qu'il était avant 2008.

La progression du vote par correspondance explique la longueur du dépouillement en 2012 et plus encore en 2016, les opérations se poursuivant un mois après l'élection. Dans le Wisconsin, gagné avec seulement 22.000 voix d'avance, les résultats au 6 décembre n'incluaient pas encore les votes par correspondance, dont le dépouillement est centralisé au niveau de l'État, de la plus grande ville de l'État, Milwaukee[4] peuplée de plus de 600000 habitants.

En 2008, 30 % des Américains avaient fait leur choix en avance, soit dans des bureaux de vote, soit par la poste, la méthode la plus répandue. En 2012, la proportion avait été évaluée à 35 %, selon Michael McDonald, expert du vote anticipé et professeur à l'université George Mason[5], contre 10,5 % en 1996 (trois fois plus). En 1992, seuls 7 % des Américains votaient par anticipation. Cette proportion pourrait avoir encore augmenté en 2016[6], selon une étude du Pew Research Center.

En pratique, le vote par correspondance a surtout progressé chez les démocrates, les républicains préférant le vote par procuration[3].

Contestation du vote par correspondance

Les délais de vote par anticipation sont raccourcis dans certains États, comme dans l'Ohio, où la majorité républicaine a supprimé la « Golden Week », semaine durant laquelle les électeurs pouvaient à la fois s'enregistrer et voter. Les démocrates ont attaqué la décision devant les tribunaux, arguant que cette procédure bénéficiait surtout aux minorités, mais la Cour suprême des États-Unis n'a pas tranché en leur sens[7].

Réduction des horaires de vote

L'élection présidentielle américaine de 2016 est la première à se tenir depuis que la Cour suprême des États-Unis a fait invalider en 2013 un pan essentiel de la loi électorale de 1965, qui obligeait les anciens États ségrégationnistes à recueillir le feu vert de l'État fédéral avant de modifier leurs règles du jeu électoral. L'une des conséquences est qu'une quinzaine d'États républicains ont durci les conditions de vote, avec l'espoir de réduire le vote des jeunes, des salariés et des minorités -les plus susceptibles de voter démocrate, selon plusieurs organisations non-gouvernementales.

Certains États ont réduit les horaires des bureaux de vote, interdit le vote anticipé ou requis des pièces d'identité que certains électeurs n'ont pas. La Caroline du Nord a par exemple été épinglée pour avoir supprimé la possibilité de voter tôt dans de nombreux bureaux[8]. En Caroline du Nord, la nouvelle loi électorale a été bloquée en juillet 2016 par la Justice, après qu'il a été expliqué devant un tribunal que le vote le dimanche (deux jours avant) était supprimé dans les comtés où «la part de population noire et démocrate est disproportionnée»[8].

Réduction du nombre de bureaux de vote

Selon l'expert en droit électoral Ari Berman, les fermetures de bureaux de vote ont été particulièrement nombreuses au Texas (403 fermetures entre 2012 et 2016), en Louisiane (103), et dans l'Alabama (66) ou en Caroline du Nord (27)[8].

L'Arizona a fait fermer 70% des bureaux de vote dans le comté de Maricopa, le plus peuplé d'Arizona, qui abrite 3,6 millions d'habitants de Phoenix la seule ville démocrate de la région[9]. En quatre ans, les bureaux de vote du comté de Maricopa sont passés de 200 à 60[8]. Conséquence, les électeurs de cette ville ont dû effectuer près de cinq heures de queue pour voter aux Primaires présidentielles du Parti démocrate américain de 2016, qui se sont tenues au mois de mars 2016, selon Kristen Clarke, qui dirige un groupement d'avocats basé à Washington défendant le droit de vote pour tous (Lawyers' Committee for Civil Rights Under Law).

Vote électronique

Le vote électronique est notamment utilisé en Pennsylvanie qui a mis en place le vote électronique sans copie papier, c'est-à-dire sans possibilité de vérifier le résultat en cas de contestation[10].

D'autres États comme la Californie, le Nevada, le Colorado et la Floride utilisent des machines à voter AVC Edge permettant d'altérer les élections en utilisant une carte mémoire[11]. Sur les machines Sequoia AVC Edge Mk1, de la société Dominion Voting Systems, une technique d'altération des résultats consiste à insérer dans la machine une carte PCMCIA permettant de changer le décompte total des votes, afin d'en changer les résultats[12]. Afin de permettre la prise de conscience de cette problématique, l'information a été diffusée quatre jours avant les élections. Toutefois, le nombre d’États qui utilisent ce système de vote électronique est limité[13],[14].

Par ailleurs, l'utilisation du vote électronique peut faire craindre la possibilité théorique que des États étrangers puissent modifier les résultats par Internet[12].

Le Parti vert a obtenu la possibilité de recompter les voix de certains bureaux de vote, pour un coût de 1,1 million d'euros en raison d'anomalies statistiques qui posent des questions[15].

Pour l’équipe de campagne d'Hillary Clinton, Marc Erik Elias estime que sans preuves suffisantes de piratage ou de tentatives venant de l’extérieur pour modifier la technologie servant à voter, son équipe n'a pas choisi de contester le résultat de vote[15], au contraire de certains militants.

Dates

L'élection des grands électeurs se déroule le mardi , appelé Election Day. Le président élu est officiellement désigné lors du vote du collège électoral réunissant les grands électeurs, le , il entrera en fonction le , appelé Inauguration Day.

Contexte

Lors des primaires démocrates et républicaines, les candidats Bernie Sanders et Donald Trump se présentant comme « anti-système » font sensation.

L'élection revêt un caractère inédit à plus d'un titre. Malgré une embellie économique aux États-Unis et la relative popularité du président sortant, la campagne pour la présidentielle se passe dans un climat extrêmement peu serein sur fond, notamment, de précarité pour les classes populaires, de tensions raciales et de guerre contre le terrorisme. À l'occasion des primaires démocrates et républicaines, ce climat profite aux candidats « anti-système » dans les deux camps : Bernie Sanders au Parti démocrate et Donald Trump au Parti républicain, même s'ils sont en profond désaccord sur la grande majorité des sujets[16]. Mais, de ces deux candidats anti-système, seul Trump remportera la nomination, Sanders devant s'incliner, après une course serrée et riche en péripéties, devant Hillary Clinton. La primaire démocrate est marquée comme celle de 2008 par une très forte participation, plus de 30,02 millions d'électeurs, très au-dessus des primaires comparables, pour lesquelles un président ne se représente pas. La primaire n'avait réuni que 14,55 millions d'électeurs en 1992, puis 13,91 millions d'électeurs en 2000 et 13,1 millions d'électeurs en 2004. Le record historique de 2008, la participation de 35,42 millions d'électeurs, n'est pas loin d'être égalé et signifie qu'une personne sur deux ayant voté démocrate au scrutin final l'avait déjà fait à la primaire démocrate.

Bien qu'un peu moins élevée, la participation à la primaire du Parti républicain est historiquement importante, avec environ 28,89 millions d'électeurs, une progression de 67,8% par rapport aux 17,22 millions d'électeurs des Primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2012 et un chiffre qui représente près du double des 14,88 millions d'électeurs des Primaires présidentielles du Parti républicain américain de 2008.

Hillary Clinton, concurrencée par Sanders, finit par remporter la nomination du Parti démocrate.

C'est la première fois qu'une femme est investie candidate par l'un des deux grands partis historiques américains (Clinton étant, de surcroît, une ancienne première dame des États-Unis et considérée comme la personne la plus qualifiée à avoir jamais prétendu à la fonction présidentielle)[17],[18]. Le profil de son principal adversaire, Donald Trump, est également atypique : riche homme d'affaires et présentateur d'une émission de téléréalité, celui-ci n'a jamais occupé de fonction publique, politique ou militaire. Autre fait marquant : si les deux candidats agrègent des publics très différents l'un de l'autre (alors que Clinton ramène à elle l'électorat féminin ou celui des minorités ethniques, Donald Trump doit en grande partie sa popularité aux électeurs de sexe masculin, blancs et sans diplôme universitaire — catégorie représentant près de la moitié des votants[19]), ils doivent conjointement faire face à un taux de popularité anormalement bas, aussi bien dans l'opinion générale qu'au sein de leur propre famille politique[20],[21],[22]. Par ailleurs, ils sont les deux candidats les plus âgés à entrer en campagne après Ronald Reagan, âgé de 73 ans en 1984[23].

Cette défiance se fait jour dès les primaires. Hillary Clinton, avant d'être investie, est fortement concurrencée par la candidature de Bernie Sanders, portée par de jeunes militants soucieux de faire pencher l'appareil du parti démocrate vers sa gauche et qui voient en Clinton une figure de l'etablishement[24]. Pourtant décrite par Barack Obama comme la candidate la plus qualifiée pour le poste qu'aient jamais connue les États-Unis[25], l'image de Clinton reste ternie par diverses affaires comme celle de l'affaire des e-mails compromis ou celle de l'attaque de Benghazi lorsqu'elle était secrétaire d'État[26].

Donald Trump remporte largement les primaires républicaines.

De son côté, Donald Trump, dont la candidature aux primaires n'est d'abord pas prise au sérieux par les observateurs politiques[27], élimine successivement tous les favoris du parti républicain[28]. Mais par ses déclarations souvent jugées originales, provocatrices, voire racistes[29],[30] et sexistes[31], le milliardaire voit plusieurs grandes figures conservatrices lui tourner le dos[32],[33] ou le soutenir a minima après son investiture[34]. Son langage violent, parfois grossier et extrêmement agressif lui vaut l'animosité d'un grand nombre de personnalités qu'il a personnellement attaquées ; ainsi son principal rival, le sénateur Ted Cruz, refuse dans un premier temps de le soutenir officiellement, Trump ayant insulté son épouse et son père[35], avant de revenir sur sa décision deux mois plus tard[36]. De même, les anciens présidents George H. W. Bush et George W. Bush, ainsi que le candidat battu aux primaires Jeb Bush, n'approuvent pas la candidature de l'homme d'affaires[37], tout comme les deux précédents candidats républicains John McCain[38] et Mitt Romney[39], le premier ayant notamment vu son statut de héros de guerre remis en question par Trump[40] tandis que le second a tenté à de multiples reprises de convaincre les électeurs de ne pas voter pour le milliardaire qu'il estime grossier et dangereux[41]. La divulgation, début octobre 2016, d'un enregistrement dans lequel Donald Trump profère des propos obscènes à l'égard des femmes marque également une rupture significative entre le candidat et une partie du Parti républicain[42],[43], à tel point que Paul Ryan, l'un de ses principaux dirigeants, annonce délaisser la campagne de Donald Trump pour plutôt se concentrer sur la réélection des représentants républicains, considérant comme actée la défaite du candidat de son camp[44].

Pour le politologue Dominique Moïsi, le duel entre Hillary Clinton et Donald Trump représente le premier « face-à-face entre une démocrate interventionniste et un républicain isolationniste » depuis l'élection présidentielle de 1940 et la victoire de Franklin Delano Roosevelt sur le républicain Wendell Willkie[45].

Candidats

Les candidats suivants ont obtenu l'investiture de leur parti politique lors des conventions qui ont eu lieu en mai, juillet et août.

Candidat Fonction la plus récente Parti politique État d'élection Colistier Logo
Hillary Clinton
Hillary Clinton
67e secrétaire d'État des États-Unis
(2009-2013)
Logo du Parti démocrate
Démocrate
Drapeau de l'État de New York
New York
Tim Kaine
Logo d'Hillary Clinton
Donald Trump
Donald Trump
Président de The Trump Organization
(depuis 1971)
Logo du Parti républicain
Républicain
Drapeau de l'État de New York
New York
Mike Pence
Logo de Donald Trump
Gary Johnson
Gary Johnson
29e gouverneur du Nouveau-Mexique
(1995-2003)

Libertarien
Drapeau du Nouveau-Mexique
Nouveau-Mexique
William Weld
Logo de Gary Johnson
Jill Stein
Jill Stein
Conseillère municipale de Lexington
(2005-2011)
Logo du Parti vert
Écologiste
Drapeau du Massachusetts
Massachusetts
Ajamu Baraka
Logo de Jill Stein

Parti démocrate

Au terme de sa seconde présidence, Barack Obama ne peut plus briguer un nouveau mandat, conformément au XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis.

Candidats désignés

Hillary Rodham Clinton annonce sa candidature le 12 avril 2015. Elle obtient une majorité de délégués lors des primaires et est officiellement désignée comme candidate du Parti démocrate le 27 juillet 2016, lors de la convention nationale du parti à Philadelphie, aux côtés de Tim Kaine, candidat à la vice-présidence.

Democratic Party (United States)
Ticket du parti Démocrate de 2016
Hillary Clinton Tim Kaine
Président Vice-président
Hillary Clinton by Gage Skidmore 2.jpg
Tim Kaine crop.jpg
67e
Secrétaire d'État des États-Unis
(2009–2013)
Sénateur des États-Unis
pour la Virginie
(2013–)
Clinton-Kaine blue.png
[46],[47],[48]

Autres candidats

Candidats lors des primaires démocrates :

Parti républicain

Candidats désignés

Donald Trump, magnat de l'immobilier et PDG de The Trump Organization, qui n'avait jamais jusque-là détenu de mandat électif, entre dans la course le 16 juin 2015[49]. Il obtient une majorité de délégués lors des primaires et il est officiellement désigné comme candidat du Parti républicain le 19 juillet 2016, lors de la convention nationale du parti à la Quicken Loans Arena à Cleveland, Ohio, aux côtés de Mike Pence, candidat à la vice-présidence[50].

Republican Party (United States)
Ticket Républicain de 2016
Donald Trump Mike Pence
Président Vice-président
Donald Trump official portrait (cropped).jpg
Mike Pence official portrait (cropped).jpg
PDG de
The Trump Organization
(1971–)
50e
Gouverneur de l'Indiana

(2013–)
Trump-Pence 2016.svg
[51],[52],[53]

Autres candidats

Candidats aux primaires républicaines :

Parti libertarien

Gary Johnson est le candidat du Parti libertarien.

Autres candidats

Parti vert

Jill Stein est la candidate du Parti vert.

Le ticket présidentiel vert a accès au scrutin dans 45 États et dans le district de Colombia, tandis que dans trois États (Indiana, Caroline du Nord, Géorgie) les électeurs peuvent écrire le nom des candidats. Dans le Dakota du Sud, le Nevada et l'Oklahoma, les électeurs n'ont pas la possibilité de voter pour les candidats écologistes[63].

Parti constitutionnaliste

Le Parti de la Constitution désigne en avril 2016 Darrell Castle et Scott Bradley respectivement candidat à la présidence et candidat à la vice-présidence. Darrell Castle était le candidat à la vice-présidence du parti en 2008[64].

Evan McMullin

Evan McMullin, ancien agent de la CIA et ancien conseiller du Parti républicain à la Chambre des représentants des États-Unis, se porte candidat en août 2016 en tant qu'indépendant[65]. Sa candidature est soutenue par les réseaux du candidat républicain à l'élection présidentielle de 2012, Mitt Romney[66]. Il fait principalement campagne en Utah, État qu'il est — selon quelques sondages — capable de remporter[67].

Autres candidats

Autre candidats mineurs[68]
Candidats Parti Accès au scrutin Write-in
Présidence Vice-présidence États Délégués États Délégués
Rocky De La Fuente Michael Steinberg Indépendant
Parti américain delta
Parti de la réforme des États-Unis d'Amérique
20 147 14 319
Gloria La Riva Eugene Puryear Parti pour le socialisme et la libération
Parti paix et liberté
Parti de l'union de la liberté
9 112 9 203
Alyson Kennedy Osborne Hart Parti socialiste des travailleurs 7 70 7 123
Monica Moorehead Lamont Lilly Parti du monde des travailleurs 3 30 17 229
James Hedges Bill Bayes Parti de la prohibition 3 21 12 110
Mimi Soltysik Angela Walker Parti socialiste des États-Unis
Parti de la loi naturelle
2 25 14 189
Mike Smith Daniel White Indépendant 2 20 20 186
Richard Duncan Ricky Johnson Indépendant 1 18 17 158
Laurence Kotlikoff Edward E. Leamer Indépendant 2 17 28 323
Tom Hoefling Steve Schulin Parti de l'Amérique 2 17 24 297
Chris Keniston Deacon Taylor Parti des vétérans d'Amérique 2 17 14 258
Dan Vacek Mark Elworth, Jr. Parti de la marijuana légale maintenant 2 16 7 77
Lynn Kahn Kathleen Monahan Indépendant 2 12 13 139
Mike Maturen Juan Muñoz Parti américain de la solidarité 1 9 20 266
Joseph Allen Maldonado Douglas K. Indépendant 1 9 18 180
Ryan Alan Scott Bruce Kendall Indépendant 1 9 10 108
Frank Atwood Blake Huber Parti du vote d'approbation 1 9 8 76
Kyle Kenle Kopitke Narthan R. Sorenson Parti indépendant américain 1 9 8 76
Rod Silva Richard Silva Parti américain de la nutrition 1 9 8 76
Bradford Lyttle Hannah Walsh Parti pacifiste des États-Unis 1 9 8 76
Peter Skewes Parti américain de Caroline du Sud 1 9 8 76
Jerry White Niles Niemuth Parti de l'égalité socialiste 1 8 12 101
Princess Khadijah Jacob-Fambro Milton Fambro Indépendant 1 8 8 75
Rocky Giordani Farley Anderson Parti indépendant américain 1 6 8 73
Scott Copeland J.R. Meyers Parti de la Constitution d'Idaho 1 4 8 71

Candidatures retirées

Michael Bloomberg

Michael Bloomberg

Michael Bloomberg, maire de New York de 2002 à 2014, directeur général et fondateur de Bloomberg LP depuis 1981[69],[70],[71],[72] renonce à se présenter en indépendant et soutient Hillary Clinton.

Campagne

Sondages

Elizabeth Warren en campagne avec Hillary Clinton à Manchester (New Hampshire), en octobre 2016.
Mike Pence et Jeff Sessions à Phoenix (Arizona), en août 2016.

La grande majorité des sondages prévoit une victoire d'Hillary Clinton sur Donald Trump, même s'ils ne lui donnent qu'une avance modeste, qui devient même « très serrée » en toute fin de campagne :

  • de 1,7 point en faveur de Clinton pour les six derniers sondages avant l'élection[73], selon Mona Chalabi, éditrice américaine de The Guardian, soit l'écart constaté en faveur de la candidate démocrate, une dizaine de jours après le scrutin, une fois pris en compte une grande partie des votes par correspondance. Parmi ces six derniers sondages, deux donnaient Trump gagnant ;
  • de 2,2 points, le 2 novembre, pour la moyenne des sondages une semaine avant l'élection[74], calculée par le site Real Clear Politics ;
  • de 2,7 points, le 7 novembre, pour la moyenne de tous les sondages avant l'élection[75].

Malgré l'indécision d’une frange de plus en plus importante du corps électoral jusqu’au jour même de l’élection, les sondeurs ont livré aux médias des probabilités statistiques de victoire de l'un ou l'autre des deux candidats qui ont fluctué très fortement, pouvant passer de 50 % (chance égale pour l'un et l'autre) à 80 % voire 90 %, ou 95 % en quelques semaines. Ils sont aussi passés à côté des victoires très serrées obtenues de justesse par Trump dans certains États-clé.

Les sondeurs ont aussi oublié que cette élection était difficile à prévoir en raison du climat très tendu et de l'impopularité de chacun des deux candidats, qui a atteint des niveaux records dans l'histoire politique américaine, avec une côte de -16 pour Hillary Clinton, celle de Donald Trump étant même à -24[76]. Un article de CNBC[77] a évoqué la difficulté des sondeurs face au « vote caché » pour Trump, les personnes sondées ne disant pas toujours qu'elles allaient voter ensuite pour lui. Selon cet article, il y a eu assez de sondages par le nombre, mais ils ont eu globalement du mal à prendre en compte le climat très dur de la campagne, avec des personnes allant jusqu'à comparer Trump à Hitler, dans les écoles, les bureaux des entreprises ou sur les réseaux sociaux, ce qui pouvait rendre plus simple à ses futurs électeurs, dans certains situations tendues, de ne pas se déclarer. Le sondage USC Dornsife-Los Angeles Times, commandé par le grand quotidien de la côte ouest, fut l'un des rares à donner le républicain en tête, et avec une large avance de 3,2 points sur la démocrate (46,8 % contre 43,6 % des voix)[78], car il a pris en compte la notion de « désirabilité sociale », qui consiste à vouloir se présenter sous un jour favorable à ses interlocuteurs, selon Arie Kapteyn, professeur d’économie à l’University of Southern California (Los Angeles), l’un des trois experts à avoir participé à l'élaboration du sondage[79].

Pronostics des médias et de certains intellectuels

Malgré des sondages « très serrés » et divergents, en particulier un peu plus d'un mois avant le scrutin, lors du 1er débat Trump-Clinton[80], la grande majorité des médias a, pendant la campagne électorale, estimé la victoire de Donald Trump impossible[81],[82],[83],[84]. D'une manière générale, les sondages se sont beaucoup moins trompés que les « experts »[85].

  • La chaîne de télévision Euronews explique ainsi que la victoire d'Hillary Clinton est « mathématique », car « une majorité solide et constante des votants assure qu’elle votera pour Hillary Clinton. »[86].
  • Le magazine Slate affirme que « Donald Trump ne va pas être président », car pour cela il « devrait gagner des parts sans précédent des électeurs qui le détestent : les Noirs, les Latinos et les femmes »[87].
  • Dans Le Journal du dimanche, un éditorial de François Clemenceau donne 5 raisons principales « qui annoncent la défaite de Donald Trump », jugé ignorant de « la sociologie et la géographie électorale »[88]. Quelques jours avant l'élection, le quotidien signale cependant des « inflexions dans les sondages », car « l'avance de Hillary Clinton s'est évaporée » en Floride, État clé pour la conquête du pouvoir[89].
  • L'hebdomadaire américain de gauche, The Nation, juge que « Donald Trump ne peut pas gagner », car même sans considérer « l'incompétence de sa campagne », « les chiffres ne sont pas de son côté »[90].
  • Un sondage de l'institut de sondage Ipsos, pour le compte de l'agence de presse Reuters estime à 95 % les probabilités de victoire de Hillary Clinton[91].
  • Olivier Ravanello, spécialiste international de la chaîne d’information du groupe Canal+, explique sur i-Télé cartes à l'appui que c'est « mission impossible » pour le candidat Trump[81]
  • Le 30 octobre 2016, Le Monde affirme encore dans le titre de son article que « Trump ne peut pas gagner, mais Clinton peut perdre », précisant qu'« à aucun moment, depuis un an et demi, les Américains ne lui [Trump] ont d’ailleurs reconnu le tempérament et l’expérience qu’ils jugent nécessaires pour occuper le Bureau ovale de la Maison Blanche. » Le quotidien n'exclut néanmoins pas une défaite éventuelle d'Hillary Clinton, plus par rejet de sa personne que par adhésion à celle de Trump[92].

Cette certitude est partagée par certains intellectuels :

  • Bernard-Henri Lévy qui « parie » sur la défaite de Trump[93],[94].
  • Pierre Guerlain, professeur de civilisation américaine, écrit dans le Le Huffington Post que « le narcisse abject », « le bouffon » ne sera pas élu[95].
  • Soufian Alsabbagh, écrivain spécialiste de la droite américaine, explique dans un premier temps que Trump ne peut remporter la primaire[88] et ensuite que la stratégie de Trump montre qu'il ne veut pas gagner[96].
  • Fin juillet 2015, Vincent Michelot, universitaire français spécialiste de l'histoire politique des États-Unis, affirme que Donald Trump « n’a aucune envie de devenir président des États-Unis » et que sa candidature « n’a aucune chance d’aboutir. Ce n’est que de la pub pour son empire immobilier et pour ses émissions télé, pub qu’il fait sur le dos du processus démocratique américain »[97]. Alors que Donald Trump est sur le point de remporter les primaires républicaines, en mai 2016, Vincent Michelot estime que ses chances d'être élu président sont « quasi nulles » et conditionnées à la survenue d'un événement exceptionnel[98]. Une fois Donald Trump élu, il concède « une faillite collective dans l'analyse de l'évolution de l'électoral américain » et « reconna[ît] avoir [lui]-même échoué à en mesurer l'ampleur »[99].
  • Alain Minc annonce le 25 octobre 2016 dans L'Express que « Mme Clinton sera élue - Dieu merci - en faisant de la politique classique »[85].

D'autres médias, qui ont des bureaux ou correspondants implantés sur le sol américain, soulignent au contraire que l'élection de Trump, non prévue par les sondages, est cependant possible, tout comme celle de Clinton :

  • L'Agence France-Presse, qui emploie plusieurs dizaines de journalistes sur le sol américain, titre le 7 novembre sur l'écart « très serré »[75] entre les deux candidats selon la moyenne des sondage. L'agence avait souligné cinq jours plus tôt que Donald Trump monte en fin de campagne, L'Obs consacrant un article entier le 2 novembre 2016 à un sondage qui le donne vainqueur[74]. L'article soulignait de plus que la moyenne des sondages calculée par le site Real Clear Politics indiquait un net resserrement de l'écart, ne plaçant plus Hillary Clinton « qu'à 2,2 points devant le magnat de l'immobilier (45,3% contre 43,1%) ». L'article prend néanmoins soin de préciser se basant sur les calculs d'autres médias qu'« Hillary Clinton, grande favorite jusqu'à la semaine dernière, reste la probable prochaine présidente des États-Unis : elle conserve 88% de chances de gagner selon le modèle du New York Times, et 71,2% selon celui du site FiveThirtyEight. »[74].
  • The Guardian, quotidien anglais fort de 18 journalistes aux États-Unis[100], avertit ses lecteurs que deux sondages donnent Trump nettement devant Hillary Clinton[101], et signale que la moyenne des six derniers sondages ne réserve à la démocrate que 1,7 point d'avance[101]. Néanmoins, dès l'été 2015, The Guardian a largement ouvert ses colonnes aux opinions d'éditorialistes extérieurs soulignant que les électeurs républicains ne désigneront pas Donald Trump lors de la primaire. En juin 2016, un éditorialiste extérieur, politologue, formule par exemple l'opinion que « Trump ne gagnera pas », car « les États-Unis pourraient être au bord d'une renaissance libérale »[102].

Critique des médias

Après l'élection de Donald Trump comme président, plusieurs explications, divergentes, sont avancées, pour comprendre les erreurs de prévision des médias:

  • Pour le Syndicat national des journalistes, 1er syndicat de France2, "nombre de journalistes aux talents reconnus, aux contacts solides et aux sources essentielles sont victimes des interdits d’une petite coterie qui a véritablement confisqué ce JT, au service exclusif de ses incontestables certitudes. Par exemple : il n’y aura pas de Brexit, et Donald Trump ne sera pas élu"[106].
  • Numerama se demande si la presse « aveuglée par des outils et des anecdotes technologiques » n'a pas perdu son esprit critique[107]. Phil Elliott, du magazine américain Time, rejoint cette analyse. Selon lui, les journalistes se sont laissés tromper par les sondages. Il constate que cette erreur générale de pronostic remet en cause la « manière de travailler » des journalistes, car « les gens n'ont pas confiance en nous »[108].
  • Dominique Reynié soutient que, faute d'observer la société américaine, les médias se sont aveuglés ajoutant n'avoir « jamais vu une élection américaine avec un tel parti pris médiatique »[109]. . Brice Couturier voit dans l'élection de Trump en dépit du fait que tous les journaux « qui comptent » avaient soutenu Clinton une confirmation que le monde des médias « est déconnecté des aspirations de la majorité de la population. »[110]
  • Pour Ingrid Riocreux, spécialiste de rhétorique et stylistique, le discours médiatique durant la campagne électorale s'est inscrit « dans une logique de prédiction qui repose sur la croyance en un sens de l’histoire », la victoire de Trump devenant « donc moralement impensable et historiquement impossible ». Les médias seraient ainsi sortis de leur rôle de commentateurs et d'observateurs pour se placer dans des postures d'adhésion ou de rejet[111]. Soutenant dans une grande majorité Hillary Clinton, les journalistes ont projeté leurs propres convictions sur celles des électeurs[84].
  • Pour Frédéric Autran de Libération, la raison de cet « échec des médias » tient dans le fait que les journalistes « vivraient dans leur bulle, une sorte d’entre-soi privilégié et progressiste » entraînant une « déconnexion massive » entre journalistes et citoyens lambda. Il cite Steve Deace, animateur d’un talk-show conservateur, selon qui il existerait « un manque colossal de diversité idéologique et culturelle dans nos rédactions »[84].
  • USA Today doit constater que les médias ont encore une fois mal interprété le pouls complexe de l'Amérique. Pour le journal en ligne, « le raté le mardi soir était beaucoup plus qu'un échec dans le scrutin. Ce fut un échec pour saisir la colère bouillante d'une grande partie de l'électorat américain qui se sent laissé en arrière... »[112]. Le Huffington Post estime pour cette raison que le public « a toutes les raisons de demander des comptes à ses médias » et la presse doit revenir à davantage d'« humilité »[113].
  • Certains organes de presse américains font leur mea culpa et avouent s'être trompés et n'avoir pas compris le peuple. Paul Krugman, Prix Nobel d'économie en 2008, souligne l'ignorance de l'Amérique dite « des élites » pour l'Amérique dite « profonde » et, Margaret Sullivan , l'éditorialiste du Washington Post, explique par exemple que « Les médias prennent toujours Trump à la lettre mais ils ne le prennent pas au sérieux (...) », alors que « beaucoup d'électeurs font le chemin inverse », c'est-à-dire, analyse Paul Louis du journal Le Figaro, que lorsque Donald Trump « parle de construire un mur à la frontière mexicaine, les journalistes cherchent à en savoir davantage sur ce projet (coût, déroulement, etc.) alors que, de leur côté, les électeurs comprennent qu'aucun mur ne sera réellement construit, mais que l'accent sera mis sur la politique migratoire. »[114].

Éditoriaux, réflexion et déontologie des médias

De nombreux grands quotidiens américains ont pour tradition d'annoncer[réf. nécessaire] dans un éditorial quel candidat leur semble le meilleur[115], par souci d'honnêteté, tout en revendiquant impartialité et rigueur dans la couverture factuelle de l'actualité[réf. nécessaire], comme le fait la direction du New York Times (qui a conseillé de voter pour Clinton), dans une lettre à ses lecteurs, en réponse aux critiques de Donald Trump et aux courriers de réclamation de lecteurs mécontents[84]. Le milliardaire reproche au quotidien sa « couverture très médiocre et très imprécise », et même « malhonnête » de la campagne présidentielle[116]. Dans cette lettre, l'éditeur et le directeur exécutif du quotidien rappellent que l'élection fut « erratique et imprévisible », puis demandent « est-ce que The New York Times et les autres titres de presse, n'ont pas été conduits à sous-estimer [le] soutien [de Donald Trump] parmi les électeurs américains ? ». Au paragraphe suivant, ils répondent qu'ils réitèrent, en « réfléchissant aux mois de reportages et de sondages qui ont précédé », leur souci d'assurer la mission fondamentale du journalisme, rapporter « honnêtement ce qui se passe en[réf. nécessaire] Amérique et dans le monde, sans crainte ni faveur »[117].

Plus généralement, 76,05 % des quotidiens, hebdomadaires et magazines américains ont apporté leur soutien à la candidate démocrate[118]. Parmi eux, plus de 80 journaux qui appellent traditionnellement à voter pour le candidat investi par le Parti républicain, se sont opposés à lui en 2016, en soulignant le caractère exceptionnel de cette position : jamais ou presque, en 148 ans d'existence pour The San Diego Union-Tribune, en 126 ans pour The Arizona Republic, en près d'un siècle pour The Cincinnati Enquirer[115]. En dépit du soutien du New York Post de Rupert Murdoch et The National Enquirer durant la primaire républicaine, un « torrent » d'articles dans toute la presse américaine s'est abattu contre le candidat Trump[119].

Rôle d'internet

Les internautes pro-Trump des sites Reddit et 4chan sont persuadés que c’est eux qui ont fait gagné Donald Trump. Un 4channer résume la chose en déclarant « nous avons réussi à faire élire un mème comme président »[120].

Une étude du Pew Research Center indique en mai 2016 que parmi 67 % d’adultes américains disant utiliser Facebook, les deux tiers l’utilisent comme source d’information, soit 44 % desdits adultes américains[121]. Facebook est ainsi tenu par quelques médias pour responsable de l'élection de Donald Trump pour avoir exposé les internautes à des informations uniquement conformes à leurs opinions, voire à des fausses informations sans contrepoids comme la Pizzagate, ce qui pousse le fondateur Mark Zuckerberg à apporter un démenti[122]. En désaccord avec cette analyse, Rue89 affirme qu'elle n'est qu'« une façon facile de ne pas voir en face la réalité du vote Trump »[123].

En décembre 2016, Barack Obama accuse des cyberactivistes russes d'avoir influencé la campagne[124].

Débats

La presse américaine relève la qualité médiocre et l'ambiance délétère du second débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, marqué par les attaques personnelles[125].

Dates Lieu Modérateur(s) Participants
26 septembre 2016 Université Hofstra, Hempstead (New York) Lester Holt Hillary Clinton
Donald Trump
4 octobre 2016 Université Longwood, Farmville (Virginie) Elaine Quijano  Tim Kaine
Mike Pence
9 octobre 2016 Université Washington, Saint-Louis (Missouri) Anderson Cooper
Martha Raddatz 
Hillary Clinton
Donald Trump
19 octobre 2016[note 2] Université du Nevada, Las Vegas (Nevada) Chris Wallace Hillary Clinton
Donald Trump
25 octobre 2016 Université du Colorado, Boulder (Colorado) Edward Asner
Christina Tobin
Darrell Castle
Rocky De La Fuente
Gloria La Riva

Résultats

Résultats à l'échelle nationale[126]
Candidat (présidence / vice-présidence) Parti Vote populaire Grands électeurs
Voix  % Sièges  %
Donald Trump / Mike Pence Parti républicain 62 985 106 45,94 304 56,5
Hillary Clinton / Tim Kaine Parti démocrate 65 853 625 48,03 227 42,2
Gary Johnson / William Weld Parti libertarien 4 489 233 3,27
Jill Stein / Ajamu Baraka Parti vert 1 457 222 1,06
Evan McMullin / Mindy Finn Indépendant 729 824 0,53
Darrell Castle / Scott Bradley Parti de la Constitution 203 039 0,15
Autres[note 3] 250 716 0,18 7 1,3
Total 137 098 601 100,00 538 100,0

Vote des grands électeurs

Une session conjointe du Congrès réunissant la Chambre des représentants et le Sénat présidée par le vice-président Joe Biden se déroule le 6 janvier 2017 pour permettre de compter et de certifier les votes des grands électeurs[127].

Vote des grands électeurs pour le président des États-Unis[127]
Candidat Parti Voix
Donald Trump Parti républicain 304
Hillary Clinton Parti démocrate 227
Colin Powell Parti républicain 3
John Kasich Parti républicain 1
Ron Paul Parti républicain 1
Bernie Sanders Indépendant 1
Faith Spotted Eagle  Sans parti 1
Vote des grands électeurs pour le vice-président des États-Unis[127]
Candidat Parti Voix
Mike Pence Parti républicain 305
Tim Kaine Parti démocrate 227
Elizabeth Warren Parti démocrate 2
Maria Cantwell Parti démocrate 1
Susan Collins Parti républicain 1
Carly Fiorina Parti républicain 1
Winona LaDuke Indépendant 1

Résultats par État


Taux de participation d'environ 59,2 %[128].

Résultats provisoires par État[129],[130]
État Grands
électeurs
Vainqueur Clinton Trump Johnson Stein McMullin Castle Autres Total Votants
Voix  % Voix  % Voix  % Voix  % Voix  % Voix  % Voix %
Alabama 9 Trump 729 547 34,36 1 318 255 62,09 44 467 2,09 9 391 0,44 21 712 1,02 2 123 372 2 137 482
Alaska 3 Trump 116 454 36,55 163 387 51,28 18 725 5,88 5 735 1,80 3 866 1,21 10 441 3,28 318 608 321 274
Arizona 11 Trump 1 161 167 45,13 1 252 401 48,67 106 327 4,13 34 345 1,33 17 499 0,68 1 058 0,04 418 0,02 2 573 165 2 661 497
Arkansas 6 Trump 380 494 33,65 684 872 60,57 29 829 2,64 9 473 0,84 13 255 1,17 4 613 0,41 8 099 0,72 1 130 635 1 137 772
Californie 55 Clinton 8 753 788 61,73 4 483 810 31,62 478 499 3,37 278 657 1,96 39 586 0,28 147 244 1,04 14 181 594 14 610 509
Caroline du Nord 15 Trump 2 189 316 46,17 2 362 631 49,83 130 126 2,74 12 105 0,26 47 386 1,00 4 741 564 4 769 640
Caroline du Sud 9 Trump 855 373 40,67 1 155 389 54,94 49 204 2,34 13 034 0,62 21 016 1,00 5 765 0,27 3 246 0,15 2 103 027
Colorado 9 Clinton 1 338 870 48,16 1 202 484 43,25 144 121 5,18 38 437 1,38 28 917 1,04 11 699 0,42 15 692 0,56 2 780 220 2 859 216
Connecticut 7 Clinton 897 572 54,57 673 215 40,93 48 676 2,96 22 841 1,39 2 108 0,13 147 0,01 361 0,02 1 644 920 1 675 934
Dakota du Nord 3 Trump 93 758 27,23 216 794 62,96 21 434 6,22 3 780 1,10 1 833 0,53 6 761 1,96 344 360
Dakota du Sud 3 Trump 117 458 31,74 227 721 61,53 20 850 5,63 4 064 1,10 370 093
Delaware 3 Clinton 265 603 53,35 185 127 41,92 14 757 3,34 6 103 1,38 441 590
District of ColumbiaDistrict de Columbia 3 Clinton 282 830 90,86 12 723 4,09 4 906 1,58 4 258 1,37 6 551 2,10 311 268 372 575
Floride 29 Trump 4 504 975 47,82 4 617 886 49,02 207 043 2,20 64 399 0,68 16 475 0,17 9 261 0,10 9 420 039
Géorgie 16 Trump 1 877 963 45,89 2 089 104 51,05 125 306 3,06 4 092 373 4 165 405
Hawaï 4 Clinton 266 891 62,22 128 847 30,04 159 454 3,72 12 737 2,97 4 508 1,05 428 937 437 664
Idaho 4 Trump 189 765 27,49 409 055 59,26 28 331 4,10 8 496 1,23 46 476 6,73 4 403 0,64 3 729 0,54 690 255 710 877
Illinois 20 Clinton 3 090 729 55,83 2 146 015 38,76 209 596 3,79 76 802 1,39 11 655 0,21 1 138 0,02 489 0,01 5 536 424
Indiana 11 Trump 1 033 126 37,77 1 557 286 56,94 133 996 4,90 7 841 0,29 1 937 0,07 775 0,03 2 734 958
Iowa 6 Trump 653 669 41,74 800 983 51,15 59 187 3,78 11 479 0,73 12 366 0,79 5 335 0,34 23 013 1,47 1 566 031
Kansas 6 Trump 427 005 36,05 671 018 56,65 55 406 4,68 23 506 1,98 6 520 0,55 646 0,05 300 0,03 1 184 401
Kentucky 8 Trump 628 854 32,68 1 202 971 62,52 53 752 2,79 13 913 0,72 22 780 1,18 438 0,02 1 441 0,07 1 924 149 1 949 254
Louisiane 8 Trump 780 154 38,45 1 178 638 58,09 37 978 1,87 14 031 0,69 8 547 0,42 3 129 0,15 6 555 0,32 2 029 032
Maine 4[note 4] Clinton (3)
Trump (1)
357 335 47,83 335 593 44,87 38 101 5,09 14 251 1,92 1 887 0,25 332 0,04 22 0,00 747 926
Maryland 10 Clinton 1 677 928 60,33 943 169 33,91 79 605 2,86 35 945 1,29 9 630 0,35 566 0,02 34 603 1,24 2 781 446
Massachusetts 11 Clinton 1 995 196 60,00 1 090 893 32,81 138 018 4,15 47 661 1,43 2 719 0,08 50 559 1,52 3 325 046
Michigan 16 Trump 2 268 839 47,28 2 279 543 47,50 172 136 3,59 51 463 1,07 8 177 0,17 16 139 0,34 2 948 0,06 4 799 245
Minnesota 10 Clinton 1 367 716 46,44 1 322 951 44,92 112 972 3,84 36 985 1,26 53 076 1,80 9 456 0,32 41 657 1,41 2 944 813
Mississippi 6 Trump 485 131 40,06 700 714 57,86 14 435 1,19 3 731 0,31 3 987 0,33 3 090 0,26 1 211 088
Missouri 10 Trump 1 071 068 38,14 1 594 511 56,77 97 359 3,47 25 419 0,91 7 071 0,25 13 092 0,47 82 0,00 2 808 602
Montana 3 Trump 177 709 35,75 279 240 56,17 28 036 5,64 7 970 1,60 2 297 0,46 1 570 0,32 324 0,07 497 146 516 901
Nebraska 5[note 5] Trump 284 494 33,70 495 961 58,75 38 946 4,61 8 775 1,04 16 051 1,90 844 227 860 573
Nevada 6 Clinton 539 260 47,92 512 058 45,50 37 384 3,32 5 268 0,47 31 415 2,79 1 125 385
New Hampshire 4 Clinton 348 526 46,83 345 790 46,47 30 694 4,12 6 465 0,87 12 706 1,71 744 181
New Jersey 14 Clinton 2 148 278 55,45 1 601 933 41,35 72 477 1,87 37 772 0,98 6 161 0,16 7 425 0,19 3 874 046 3 957 303
New York 29 Clinton 4 547 418 58,98 2 814 346 36,50 176 291 2,29 107 756 1,40 10 367 0,13 893 0,01 53 255 0,69 7 710 126 7 786 864
Nouveau-Mexique 5 Clinton 385 234 48,26 319 666 40,04 74 541 9,34 9 879 1,24 5 825 0,73 1 514 0,19 1 659 0,21 798 318 804 043
Ohio 18 Trump 2 394 164 43,24 2 841 005 51,31 174 498 3,15 46 271 0,84 12 574 0,23 1 887 0,03 66 504 1,20 5 536 903 5 607 641
Oklahoma 7 Trump 420 375 28,93 949 136 65,32 83 481 5,75 1 452 992
Oregon 7 Clinton 1 002 106 50,07 782 404 39,09 94 231 4,71 50 002 2,50 72 594 3,63 2 001 336
Pennsylvanie 20 Trump 2 926 441 47,85 2 970 733 48,58 146 715 2,40 49 941 0,82 21 572 0,35 6 115 402
Rhode Island 4 Clinton 252 525 54,41 180 543 38,90 14 746 3,18 6 220 1,34 10 110 2,18 464 144
Tennessee 11 Trump 870 695 34,72 1 522 925 60,72 70 397 2,81 15 993 0,64 11 991 0,48 1 584 0,06 14 442 0,58 2 508 027
Texas 38 Trump 3 877 868 43,24 4 685 047 52,23 283 492 3,16 71 558 0,80 42 366 0,47 4 261 0,05 4 634 0,05 8 969 226 9 834 718
Utah 6 Trump 310 676 27,46 515 231 45,54 39 608 3,50 9 438 0,83 243 690 21,54 8 032 0,71 4 755 0,42 1 131 430
Vermont 3 Clinton 178 573 56,68 95 369 30,27 10 078 3,20 6 758 2,14 631 0,20 63 0,02 23 595 7,49 315 067
Virginie 13 Clinton 1 981 473 49,75 1 769 443 44,43 118 274 2,97 27 638 0,69 54 054 1,36 31 870 0,80 3 982 752
Virginie-Occidentale 5 Trump 188 794 26,48 489 371 68,63 23 004 3,23 8 075 1,13 3 807 0,53 713 051
Washington 12 Clinton 1 742 718 52,62 1 221 747 36,89 160 879 4,86 58 417 1,76 17 623 0,53 110 246 3,33 3 311 630 3 363 400
Wisconsin 10 Trump 1 382 536 46,45 1 405 284 47,22 106 674 3,58 31 072 1,04 11 855 0,40 12 162 0,41 26 567 0,89 2 976 150
Wyoming 3 Trump 55 973 21,88 174 419 68,17 13 287 5,20 2 515 0,98 2 042 0,80 7 613 2,98 255 849
Total 538 65 844 610 48,20 62 979 636 46,10 4 488 829 3,29 1 449 333 1,06 708 895 0,51 203 066 0,15 942 200 0,69 136 616 569

Analyses

Donald Trump en meeting à Phoenix (Arizona) en août 2016.

Donald Trump est élu président avec une majorité de grands électeurs. Il n'a cependant obtenu qu'une minorité du vote populaire national, avec près de 2,9 millions de voix (2,1 % des suffrages exprimés) de moins qu'Hillary Clinton[131]. Ce succès est rendu possible par le gain, avec une marge étroite, de trois États importants qui avaient voté démocrate depuis 2000 :

  • la Pennsylvanie (12,7 millions d'habitants), pris avec 44 292 voix d'avance ;
  • le Wisconsin (5,7 millions d'habitants), pris avec 22 748 voix d'avance[132] ;
  • le Michigan (9,9 millions d'habitants), pris avec 10 704 voix d'avance[133].

Trump a aussi repris la Floride, l'Ohio et l'Iowa, gagnés par Barack Obama en 2008 et 2012. Après un mois de dépouillement des votes par courriel ou par la poste, Hillary Clinton est proche des 65,9 millions de voix obtenues par Barack Obama en 2012[134], ses progressions les plus fortes étant dans les États du Sud-Ouest.

Les électeurs pouvaient voter à l'avance : par courriel, par la poste, et dans des machines disponibles avant le jour du scrutin. Pour les deux premiers types de vote, les plus répandus, le dépouillement est plus long. Environ 42 millions avaient choisi une de ces trois modalités de vote à la veille du scrutin[135],[136]. Les votes par mail, par la poste, ou anticipés représentaient 32 % des votes en 2012 contre 10,5 % en 1996 (trois fois plus) et leur proportion pourrait avoir encore augmenté en 2016[6], selon une étude du Pew Research Center. Un site internet satirique a ironisé sur les votes par la poste, en faisant croire, à tort, qu'une partie d'entre eux ont été envoyés par erreur, par La Poste, en Afghanistan, après avoir été confondus avec des stocks de munitions[137].

C'est la cinquième fois depuis 1824 qu'un président est élu sans avoir obtenu la majorité du vote populaire, et la première fois que l'écart est aussi important. En 2000, George W. Bush avait obtenu 543 816 voix de moins qu'Al Gore. Les trois autres cas ont eu lieu au XIXe siècle.

L'ampleur de l'écart de 2016 a relancé les débats sur le système électoral présidentiel américain, qui a lieu au suffrage indirect depuis 1788[note 6],[131],[138]. Les détracteurs du collège électoral des États-Unis, comme Douglas McAdam, professeur de sociologie à l'université de Stanford, estiment qu'il « affaiblit le principe d'égalité politique ». « Cela pose la question : à quel point notre système est-il démocratique ? », a demandé Robert Schapiro, professeur de sciences politiques à l'université Columbia de New York, pour qui la règle du « une personne = une voix » est un pilier de la démocratie[139]. Donald Trump avait lui-même dénoncé plusieurs fois pendant la campagne électorale un système « truqué ». Il avait tweeté en 2012, que le collège électoral des États-Unis est « un désastre pour la démocratie »[140], et menacé de ne pas reconnaître les résultats de l'élection[139]. Après l'élection, il a rappelé qu'un scrutin au suffrage universel direct n'aurait pas obligatoirement abouti à une victoire d'Hillary Clinton et se serait même peut-être conclu par une victoire plus large pour lui, car les candidats auraient conduit une campagne électorale totalement différente[141], en investissant plus dans les États très peuplés[142]. Environ 90 % des efforts de campagne de deux candidats se sont en effet concentrés sur une douzaine d'États[140].

Les « petits candidats » cumulent plus de cinq millions de voix. Le candidat libertarien Gary Johnson recueille le meilleur résultat de son parti à une élection présidentielle. C'est la première fois depuis 1996 et la candidature de Ross Perot que des candidats se présentant sans le soutien du Parti démocrate et du Parti républicain obtiennent autant de voix.

Les résultats semblent donner raison au cinéaste Michael Moore qui, en septembre 2016, avait publié une tribune intitulée « 5 reasons why Trump will win »[143] où il expliquait que les sondages en Floride étaient bien moins pertinents que l'étude des résultats des primaires dans la Rust Belt composée de 4 États (Ohio, Wisconsin, Michigan, Pennsylvanie) frappés par la désindustrialisation, traditionnellement démocrates mais ayant élu un gouverneur républicain depuis 2010[144].

L'électorat féminin, qui était annoncé très largement acquis à Hillary Clinton[145], a voté de manière contrastée : si 94 % des femmes noires ont voté pour Clinton, 53 % des femmes blanches ont voté pour Trump[144]. Toutes races confondues, 54 % des femmes ont voté Clinton[146], quasiment le même score que celui réalisé par Barack Obama en 2012 (53 %).

Les Latinos ont voté majoritairement pour Hillary Clinton avec 66 % contre seulement 28 % pour Trump[147]. Ce vote massif explique non seulement les résultats de la Californie qui depuis 2014, compte plus de Latino-Américains que de Blancs non hispaniques[148], mais une partie essentielle du différentiel de voix entre la candidate démocrate et le candidat républicain (le différentiel de la seule Californie étant de plus de 4 millions de voix pour Hillary Clinton)[149].

Dans l'État du Michigan, traditionnellement démocrate mais remporté par Donald Trump, il est noté que les scores pour les élus démocrates sont plus importants que ceux pour Hillary Clinton dans plusieurs comtés, témoignant d'une défiance particulière pour cette dernière[150] Pour Lauric Henneton, l'échec du Parti démocrate, en dehors de l'échec personnel d'Hillary Clinton, a tenu à son incapacité à s'adresser « à un électorat blanc qui ne soit pas urbain et surdiplômé »[144]. Une analyse partagée par Brice Couturier, pour qui Hillary Clinton a été victime de son appel aux minorités provoquant, « par contre-coup, un réflexe de « victimisation » au sein de la classe ouvrière blanche. » Abandonnant la « politique post-raciale » qu'avait voulue engager Obama, elle s'est mise à dos les classes moyennes blanches[110]. Ainsi, Trump a gagné en accumulant de grosses marges dans les comtés qui sont, en moyenne, plus âgés, plus blancs et moins instruits que le reste des États-Unis, en particulier dans les zones rurales, qui ont tendance à être plus blanches et ont moins de résidents diplômés[151]. Pour le professeur d'économie à l'université de Stanford Michael J. Boskin, la « grande victoire » de Donald Trump est largement due « à la condescendance d'Hillary Clinton  », en particulier à l'égard des partisans de son adversaire qu'elle qualifie de « déplorables », et « à son incapacité à voir les catégories sociales bousculées par des changements économiques brutaux »[152].

En somme, l'élection serait bien plus une défaite d'Hillary Clinton qu'une victoire de Donald Trump. Environ 57 % des électeurs admissibles ont voté en 2016, contre 58,6 % en 2012 et 61,6 % en 2008, chiffre qui était la meilleure participation en 40 ans[153]. Dans le Michigan, où Clinton a perdu d'environ 11 000 voix, certains analystes estiment que 90 000 démocrates ont laissé la première ligne du bulletin de vote vide[154]. Le taux de participation final (y compris les bulletins à l'étranger) pourrait finalement atteindre environ 58 %, sans pour autant changer les résultats du collège électoral[155].

Recomptages du mois de décembre

Le 24 novembre 2016, la candidate écologiste Jill Stein dénonce des irrégularités dans trois États où les résultats sont extrêmement serrés et y demande le recomptage des voix[156] :

La réclamation de Jill Stein invoque notamment des « anomalies statistiques soulevant des inquiétudes » ainsi que les vulnérabilités connues de certaines machines à voter utilisées lors du scrutin[159]. L’ex-candidate verte affirme avoir levé 4,8 millions de dollars, sur les 7 millions nécessaires pour financer un nouveau décompte dans ces trois États-clés, ce qui est insuffisant. Elle a renoncé le 3 décembre concernant le plus peuplé des trois, la Pennsylvanie. Le 26 novembre, la Commission électorale du Wisconsin déclare qu'un deuxième comptage complet des votes y sera effectué[160], et qu'il devra prendre fin le 13 décembre, avant la réunion du 19 décembre du collège électoral des grands électeurs. La candidate écologiste met en avant des rapports d’experts affirmant que dans les circonscriptions du Wisconsin utilisant des machines à voter, l’écart entre les prévisions et les résultats est plus important que dans celles utilisant des bulletins papier. En outre, les « circonscriptions électroniques » ont enregistré 7 % de moins de voix en faveur de Hillary Clinton que les autres[161].

En réaction aux demandes de Jill Stein, Donald Trump réagit vivement en jugeant « ridicule » l'initiative de Jill Stein, et en qualifiant d'« arnaque » le recompte obtenu dans le Wisconsin. Dans un communiqué, il déclare que « c’est une arnaque de la part du Green Party », et que « les résultats de cette élection devraient être respectés au lieu d’être contestés. ». Trump dénonce également « de graves fraudes » en Virginie, dans le New Hampshire et en Californie, et demande pourquoi les médias n'en parlent pas, sans pour autant apporter le moindre élément à l'appui de ces accusations[162]. Il affirme par ailleurs sur Twitter que des millions de personnes ont voté « illégalement » au point de lui faire perdre le vote populaire[163]. Deux groupes pro-Trump, « Great America PAC » et « Stop Hillary » intentent des recours en justice pour faire cesser les recomptages mais sans y parvenir[164].

  • Dans le Wisconsin, après dix jours de recomptes, les autorités annoncent que les recomptes confirment la victoire de Trump, qui a devancé son adversaire démocrate de 22 748 voix, soit 131 de plus que ce qui avait été initialement comptabilisé[157],[158].
  • Dans le Michigan, après que Stein eût payé la caution de 973 250 $, le recomptage manuel commence le 5 décembre dans six comtés à l'instigation d'un juge fédéral, parmi lesquels le comté de Wayne, le plus peuplé du Michigan, avec 1,97 million d'habitants, où Hillary Clinton a obtenu 67 % des voix lors du premier comptage[165]. Le 6 décembre, la cour d'appel de l'État juge que Stein ne pouvait pas se considérer lésée par le résultat de cette élection, n'ayant fait que moins de 1% des voix, et n'avait donc pas qualité à demander un recomptage. Le juge fédéral, qui avait initialement ordonné le recomptage, ordonne alors l'arrêt de celui-ci. La Chambre des représentants de l'État, contrôlée par les républicains, vote le 6 décembre une loi selon laquelle le coût du recomptage facturé à Jill Stein passerait de un à cinq millions de dollars[166]. Enfin, le 9 décembre, la cour d'appel de l'État rejette le recours formulé par Stein, permettant au Michigan de valider son premier résultat[167]. Avant d'être arrêtés, les opérations de recomptage avaient donné un gain net de 102 voix en faveur de Clinton[168],[169].
  • En Pennsylvanie, Stein dépose en justice une requête visant à recompter le vote, sept jours après la date limite pour une telle demande, mais retire finalement sa demande faute de pouvoir déposer la caution ordonnée par le juge. Le parti vert dépose alors une nouvelle requête au niveau fédéral le 5 décembre. Un décompte sur la moitié des électeurs fait apparaître le 5 décembre une diminution de l'avance de Trump, revenue à 47 000 voix, en raison d'une meilleure prise en compte des votes par correspondance, mais ce décompte n'est pas encore obligatoire, Jill Stein ayant abandonné son recours devant les juridictions de l'État et attendant encore le résultat de celui intenté à l'échelon fédéral[165]. Le nouveau décompte fait état d'un écart de seulement 0,71 % mais les lois de l'État ne prévoient qu'un écart inférieur à 0,5 % pour déclencher automatiquement un recomptage obligatoire à l'échelle de l'ensemble de l'État. La requête fédérale est finalement rejetée le 12 décembre, permettant à l'État de certifier ses résultats originaux[170],[171],[172],[173].
  • Dans le Nevada, le candidat Rocky De La Fuente demanda un recompte partiel sur cinq comtés. D'après la législation de cet État, si ce recompte partiel conduit à un écart de plus de 1% sur l'un des perdants, il déclenche un recomptage général. Dans le cas de Rocky De La Fuente, qui n'avait reçu que 202 votes sur l'ensemble du Névada, un écart de trois bulletins aurait donc suffi à imposer un recomptage général. Le recomptage partiel de 93 840 bulletins s'est achevé le 8 décembre, sans modifier le premier résultat. Clinton perd 9 votes et Trump 6[174],[173].
  • En Floride, trois électeurs déposèrent un recours en justice pour demander un recomptage de l'ensemble des bulletins, déclarant que le recomptage devait être payé par Trump, le gouverneur Rick Scott, et les 29 grands électeurs de Floride. Cependant, les règles de procédure judiciaire demandent que tous les défendants formulent un mémoire en réponse avant que la procédure puisse être engagée, ce qui n'a pratiquement aucune chance d'être réalisé avant l'échéance du 19 décembre, où la Floride doit exprimer son vote[175],[176].

Pétitions aux grands électeurs

Une pétition, lancée sur le site Change.org demande au collège des grands électeurs, qui se réunira le 19 décembre, de choisir non pas Donald Trump mais Hillary Clinton, compte tenu de l'ampleur de l'écart de voix en sa faveur. Le 13 novembre, quatre jours après l'élection, près de 4 millions de personnes l'avait signée[177]. Pour être élue, Hillary Clinton aurait besoin que 37 grands électeurs du parti républicain (11 % des 306 qui ont été élus) votent pour elle. La constitution des États-Unis ne fixe aucune obligation de vote aux grands électeurs. Cependant, la loi de 29 des 51 États américains prévoit une amende, en général de quelques centaines de dollars, pour ceux qui n'auraient pas voté pour le candidat désigné par leur parti, ce qui s'est produit pour 157 grands électeurs dans l'histoire[178], mais dans des circonstances exceptionnelles.

In fine, deux électeurs du Parti républicain au Texas font défaut en votant pour quelqu'un d'autre que Trump (un pour Ron Paul, un pour John Kasich). Cinq électeurs du Parti démocrate font défaut en votant pour quelqu'un d'autre que Clinton : un de Hawaï vote pour Bernie Sanders, trois de l'État de Washington votent pour Colin Powell, un de l'État de Washington vote pour Faith Spotted Eagle[179]. De plus, trois grands électeurs démocrates avaient décidé de ne pas voter pour Clinton ; deux avaient été remplacés, le dernier s'était finalement ravisé.

Il y a donc eu plus de défections du côté démocrate que du côté républicain, contrairement à ce qui était souhaité par l'appel initial.

Participation

En 2008, le nombre total de votants s'était élevé à 131,2 millions, établissant un nouveau record absolu de participation, en nombre de voix, après le précédent record établi en 2004 (122,3 millions). En pourcentage, la participation de 2008 avait été estimée entre 61,7 %[180] et 63 % des électeurs potentiels, soit la plus forte participation relative depuis 1968, voire depuis 1960 dans le cas de la seconde estimation. En 2012, ce record n'avait pas été égalé, la participation revenant à 129,064 millions de voix, ce qui restait cependant la deuxième meilleure performance de l'histoire en nombre de voix.

En 2016, le record de 2008 a été battu, en nombre de votants, selon les décomptes effectués un mois après le scrutin, avec 134,64 millions de suffrages exprimés (totalisation The Cook Political Report le 27 novembre[182]), le dépouillement des bulletins de vote par correspondance, particulièrement nombreux dans les grandes agglomérations, n'étant pas encore terminé, au-delà des délais qui avaient été prévus, les estimations évaluant à 42 millions le nombre d'Américains ayant voté avant le jour du scrutin[183].

Réactions

Réactions locales

La candidate démocrate Hillary Clinton reconnait sa défaite et concède que le nouveau président « mérite un esprit ouvert et la possibilité de se réaliser ». Selon elle, cette élection montre la division profonde qui règne au sein de la société américaine. À son tour, l'ancien président Barack Obama souhaite que Donald Trump réussisse dans son nouveau poste et l'invite à la Maison-Blanche afin de préparer correctement la transition présidentielle[184].

Après l'annonce des résultats, des milliers d'Américains sont sortis dans les rues pour manifester contre la victoire de Donald Trump[185]. De nombreuses personnalités du monde du cinéma américain ont exprimé la même crainte vis-à-vis de cette victoire[186]. Pour apaiser les tensions, le nouveau président et d'autres personnalités politiques ont répondu par des appels à l'unité[187].

En réaction à l'élection de Donald Trump, l'organisation YesCalifornia implantée en Californie, État qui a voté en faveur d'Hillary Clinton à plus de 60 % des suffrages exprimés, lance une campagne appelée Yes California Independence Campaign qui vise à organiser en 2019 un référendum permettant de voter pour ou contre l'indépendance de la Californie[188],[189]. Le hashtag Calexit se répand sur Twitter dès le 9 novembre 2016 ; la protection de l'environnement, le contrôle des armes à feu et les droits des minorités, au cœur de la politique californienne et du programme du gouverneur Jerry Brown, placent en effet le Golden State dans une position progressiste par rapport au reste de l'Union conservatrice.

Réactions des gouvernements

Afrique

  • Drapeau de l'Égypte Égypte : le président Abdel Fattah al-Sissi est le premier dirigeant d'un pays arabe à féliciter Donald Trump d'avoir été élu président des États-Unis, espérant un « nouveau souffle » dans les relations entre les deux pays[190].

Amérique

Asie

  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : le président Xi Jinping a félicité Donald Trump en garantissant que le pays « œuvrerait avec le futur président américain à un développement solide et stable des relations diplomatiques bilatérales »[194].
  • Drapeau d’Israël Israël : le Premier ministre Benyamin Netanyahou félicite le nouveau président, rappelant du reste que Donald Trump est un « véritable ami de l'État d'Israël »[195].
  • Drapeau du Japon Japon : le Premier ministre Shinzō Abe a adressé ses « sincères félicitations » au nouveau président et a qualifié les États-Unis d'« alliés inébranlables »[196] du Japon.
  • Drapeau des Philippines Philippines : le président Rodrigo Duterte a déclaré ses « chaleureuses félicitations » et a exprimé son souhait de « travailler avec la prochaine administration pour renforcer des relations bilatérales fondées sur le respect mutuel, l'intérêt mutuel et l'engagement partagé en faveur des idéaux démocratiques et de l'État de droit »[197]. Une nouvelle perspective s'ouvre suite à des relations entachées après les discussions sino-philippines[198].
  • Drapeau de la Russie Russie : le président Vladimir Poutine a « exprimé l'espoir que [soit mené] un travail mutuel pour sortir les relations entre la Russie et les États-Unis de leur situation critique ». Il a par ailleurs adressé ses félicitations à Donald Trump[199].
  • Drapeau de la Turquie Turquie : le président Recep Tayyip Erdoğan estime qu'une « nouvelle ère » commence aux États-Unis et souhaite qu'elle sera « bénéfique tant au niveau de la démocratie que des libertés pour les Américains et pour l’ensemble du monde et de notre région ». De son côté, le Premier ministre Binali Yıldırım félicite le nouveau président et espère qu'il fera tout son possible pour extrader le prédicateur musulman Fethullah Gülen, accusé d'être derrière la tentative de coup d'État de 2016 en Turquie, afin d'améliorer les relations entre les deux pays. Le ministre de la Justice Bekir Bozdağ souligne que la Turquie continuera à travailler avec les Américains et que le changement de président ne provoquera pas « une transformation profonde dans les relations, à part peut-être de petites différences »[200].

Europe

  • Drapeau de la France France : le président François Hollande félicite Donald Trump pour son élection « comme il est naturel entre deux chefs d’États démocratiques » et, au nom du gouvernement français, considère que cette élection ouvre « une période d'incertitude pour le monde »[201] mais il souhaite le plus rapidement entretenir « les liens qui nous unissent aux États-Unis » par le biais de « la nouvelle administration américaine ». En tant que président d'un État diplomatique, François Hollande demande à engager un « échange sans plus tarder » avec le nouveau président élu[202].
  • Drapeau de la Hongrie Hongrie : le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré sur Facebook : « Félicitations. Quelle bonne nouvelle. La démocratie est encore en vie »[203],[204].
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : le Premier ministre Mark Rutte félicite « chaleureusement » Trump pour son élection et appelle la nouvelle administration américaine à poursuivre la collaboration avec les Pays-Bas pour créer un « monde sûr et prospère »[205].

Réactions de partis politiques ou personnalités

Europe

  • Drapeau de la France France : présidente du Front national, Marine Le Pen déclare sur Twitter avant même la confirmation de la victoire de Donald Trump : « Félicitations au nouveau président des États-Unis Donald Trump et au peuple américain, libre ! »[206]. Elle mène par la suite une conférence de presse où elle déclare notamment que « les citoyens ont su s'affranchir d'une campagne où la peur et la condescendance ont voulu conditionner l'opinion »[207].
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : fondateur et dirigeant du Parti pour la liberté, Geert Wilders déclare : « Malgré l'opposition des établis politiques et des médias, Trump est parvenu à une victoire résonnante. Les gens veulent être des patriotes et il n'y a rien de mal à cela. [...] Mon message est le suivant : regardez, c'est possible. »[208].

Notes et références

Traductions

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « United States presidential election, 2016 » (voir la liste des auteurs).

Notes

  1. La Constitution prévoit également que les citoyens américains au moment de la constitution des États-Unis (1787) étaient considérés comme Américains de naissance (on peut dire qu'on considère ici la « naissance » des États-Unis). Cette disposition est évidemment dorénavant sans objet, ceux ayant vécu à cette époque étant depuis longtemps décédés.
  2. Date du troisième débat entre Clinton et Trump le mercredi 19 octobre à 21 h, heure locale et jeudi 20 octobre à 3 h du matin, heure de Paris.
  3. Lors du vote des Grands Électeurs, 3 d'entre eux ont voté pour Colin Powell, un pour John Kasich, un pour Bernie Sanders, un pour Ron Paul et un pour Faith Spotted Eagle , une militante sioux contre la construction d'oléoducs (Keystone XL et Dakota Access) dans le territoire sioux.
  4. Deux grands électeurs sont désignés à l'échelle de chacun des deux districts congressionnels et deux autres sont désignés à l'échelle de l'État.
  5. Trois grands électeurs sont désignés à l'échelle de chacun des trois districts congressionnels et deux autres sont désignés à l'échelle de l'État.
  6. Suffrage indirect via des grands électeurs élus au suffrage universel, dans chaque État, au scrutin majoritaire plurinominal à un tour, en nombre proportionnel à la population de chaque État (avec un minimum de trois grands électeurs pour les États les moins peuplés). Bien que ne prévoyant pas le winner takes all dans chaque arrondissement, le mode de scrutin municipal de Paris, Lyon et Marseille présente des similitudes avec le mode de scrutin présidentiel américain (notamment la possibilité d'aboutir à l'élection d'un candidat ayant obtenu moins de voix populaires que son adversaire).

Références

  1. (en) Paul Singer, « Democrats won popular vote in the Senate, too », USA Today,‎ 10 novembre 2016. (lire en ligne).
  2. (en) David Cohen, « Undecided races: What's left », Politico,‎ 13 novembre 2016. (lire en ligne).
  3. a et b Edouard de Mareschal, « États-Unis : le jour du scrutin, près de 30 % des Américains auront déjà voté », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  4. Communiqué de la commission électorale du Wisconsin [1]
  5. Luc Vinogradoff, « Aux Etats-Unis, les électeurs votent déjà », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  6. a et b (en) Drew Desilver et Abigail Geiger, « For many Americans, Election Day is already here », Pew Research Center,‎ (lire en ligne).
  7. (en) Adam Liptak, « Supreme Court Won’t Restore ‘Golden Week’ Voting in Ohio », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  8. a, b, c et d (en) Mark Joseph Stern, « Those Insane Early Voting Lines Were a Direct Result of Republican Voter Suppression », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne).
  9. « Ces millions d’Américains, noirs ou jeunes, qui ne peuvent plus voter cette année », lesechos.fr,‎ (lire en ligne).
  10. « Trump sur le résultat de la présidentielle: nous allons voir », sur fr.reuters.com, (consulté le 8 novembre 2016).
  11. « Présidentielle américaine: les urnes électroniques peuvent être piratées… en théorie », BFMTV,‎ (lire en ligne).
  12. a et b « Pirater les machines à voter US n'est pas si difficile », Silicon,‎ (lire en ligne).
  13. « Les machines de vote américaines sont faciles à hacker, mais voilà pourquoi il ne faut pas trop s’inquiéter », sur www.msn.com, (consulté le 8 novembre 2016).
  14. « Présidentielle américaine : truquer le vote sera compliqué... mais pas impossible », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  15. a et b « Recomptage des voix : « une arnaque » pour Donald Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  16. « Trump, Sanders : même combat « anti-système » ? », sur lefigaro.fr, .
  17. (en) Patrick Healy et Jonathan Martin, « Democrats Make Hillary Clinton a Historic Nominee », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  18. Thomas Cantaloube, « Les facettes d’Hillary Clinton (1/4): la mal-aimée », sur Mediapart, (consulté le 11 octobre 2016).
  19. « Donald Trump continue de talonner Hillary Clinton dans les sondages », sur lemonde.fr, 28 juillet 2016.
  20. Gilles Paris, « Clinton-Trump, le combat des mal-aimés », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  21. (en) Amy Chozick et Megan Thee-brenan, « Poll Finds Voters in Both Parties Unhappy With Their Candidates », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  22. (en) Karen Yourish, « Clinton and Trump Have Terrible Approval Ratings. Does It Matter? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  23. Iris Deroeux et Donatien Huet, « Six questions clés pour comprendre le match Trump-Clinton », sur Mediapart, (consulté le 13 septembre 2016).
  24. Gilles Paris, « Hillary Clinton face à la colère et la démobilisation à gauche », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  25. (en) « Obama hails Clinton as 'most qualified nominee ever' », sur ABC News, (consulté le 29 juillet 2016) .
  26. (en) Mark Landler et Amy Chozick, « Unscathed by Report, Hillary Clinton Faces Emails as Final Benghazi Chapter », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  27. (en) Mark Leibovich, « Donald Trump Is Not Going Anywhere », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  28. (en) Nate Cohn, « What I Got Wrong About Donald Trump », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  29. (en) Jennifer Steinhauer, Jonathan Martin et David M. Herszenhorn, « Paul Ryan Calls Donald Trump’s Attack on Judge ‘Racist,’ but Still Backs Him », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  30. (en) Nicholas Kristof, « Is Donald Trump a Racist? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  31. « Donald Trump étrillé par son propre camp après la révélation de nouveaux propos sexistes », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  32. « Le Parti républicain face au "tout sauf Trump" », sur lepoint.fr, (consulté le 29 juillet 2016).
  33. « « Tout sauf Trump » : un célèbre éditorialiste républicain tourne le dos à Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  34. « Primaires américaines : Paul Ryan, haut responsable républicain, votera finalement pour Trump », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  35. « Ted Cruz refuse de soutenir Donald Trump à la convention républicaine », sur lefigaro.fr, .
  36. (en) « Ted Cruz endorses Donald Trump », sur CNN, (consulté le 10 octobre 2016).
  37. « La famille Bush ne soutiendra pas Donald Trump », sur lepoint.fr, .
  38. « A défaut d’unité, Donald Trump promet du spectacle à la convention républicaine de Cleveland », sur lopinion.fr, .
  39. « Mitt Romney ne votera ni Donald Trump ni Hillary Clinton à la présidentielle américaine », sur lemonde.fr, .
  40. « Pour Donald Trump, John McCain "n'est pas un héros de guerre" », sur lepoint.fr, .
  41. « Mitt Romney revient en scène pour couler Donald Trump, favori des primaires », sur tempsreel.nouvelobs.com, .
  42. (en) Michael Barbaro et Patrick Healy, « Donald Trump’s Conduct Was Excused Again and Again. But Not This Time. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  43. Gilles Paris, « Donald Trump lâché par une partie des républicains avant le deuxième débat », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  44. AFP, « Les républicains lâchent Trump », Le Point,‎ (lire en ligne).
  45. Dominique Moïsi, « Pourquoi l'Amérique de Trump rejette la mondialisation », sur lesechos.fr, (consulté le 24 juin 2016).
  46. (en) Chozick, Amy, « Hillary Clinton Announces 2016 Presidential Bid », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  47. (en) Karni, Annie, « Hillary Clinton formally announces 2016 run », Politico, (consulté le 18 avril 2015).
  48. (en) « Hillary Rodham Clinton FEC filing », FEC, (consulté le 13 avril 2015).
  49. Gilles Paris, « Donald Trump, un milliardaire excentrique candidat à l’investiture républicaine », Le Monde, (consulté le 16 juin 2015).
  50. « Donald Trump formellement désigné candidat républicain à la Maison Blanche », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  51. (en) « Donald Trump is running for president », Business Insider, (consulté le 16 juin 2015).
  52. (en) « Donald Trump announces presidential bid », The Washington Post, (consulté le 16 juin 2015).
  53. (en) « Donald Trump FEC filing », FEC.gov, (consulté le 24 juin 2015).
  54. Maxime Bourdeau, « Jeb Bush officiellement candidat à la présidentielle américaine de 2016 », Huffington Post, (consulté le 15 juin 2015).
  55. Le Monde.fr avec AFP, « Etats-Unis : un 17e candidat à la primaire républicaine », lemonde.fr, (consulté le 30 juillet 2015).
  56. Le Monde.fr avec AFP, « Le très conservateur Rick Santorum à nouveau dans la course à la Maison Blanche », Le Monde, (consulté le 28 mai 2015).
  57. (en) Michael Bender, « Rand Paul at a Crossroads », sur Bloomberg.com/politics, (consulté le 25 février 2016).
  58. (en) Mike Allen, « Rand gathering leaves little doubt on '16 », sur Politico, (consulté le 25 février 2016).
  59. (en) Chris Moody, « Libertarian candidate Gary Johnson open to running for president again in 2016 », The Ticket, Yahoo! News, (consulté le 7 novembre 2012).
  60. (en) R. Scott Moxley, « Libertarian Presidential Duo of Gary Johnson & Jim Gray Plot 2016 White House Run », OC Weekly , (consulté le 11 novembre 2012).
  61. (en) « Jesse Ventura For President In 2016? », sur Forbes, .
  62. (en) « Ventura Talks 2016 Presidential Run on ‘The View’ », WCCO-TV , Minneapolis, (consulté le 11 novembre 2012).
  63. (en) « Ballot Access », sur gp.org (consulté le 8 septembre 2016).
  64. (en) « US: Darrell Castle named Constitution Party candidate », sur aljazeera.com, (consulté le 10 octobre 2016).
  65. « Découvrez Evan McMullin, futur 45e président des États-Unis », Slate,‎ (lire en ligne).
  66. (en) « Who’s Funding Evan McMullin’s Successful Independent Conservative Candidacy? », Heat Street,‎ (lire en ligne).
  67. « Comment l'inconnu Evan McMullin pourrait devenir le prochain président américain », 20minutes, 18 octobre 2016.
  68. (en) « 2016 Presidential Election by State », sur www.thegreenpapers.com (consulté le 12 novembre 2016).
  69. (en) « Does Michael Bloomberg Want To Be President, Or The Sheldon Adelson Of The Center? », sur Forbes, .
  70. (en) « Billionaire For Obama: Michael Bloomberg, Net Worth 25 Billion Dollars, Endorses Barack Obama », sur Policy.mic, .
  71. (en) « Michael Bloomberg should be president », sur The Daily Telegraph, .
  72. (en) Jennifer Harper, « Al Gore, Joe Biden? No - next up for consideration as Democratic standard bearer: Michael Bloomberg », The Washington Times, (consulté le 23 août 2015).
  73. (en) Mona Chalabi, « Clinton's 'October surprise' helps Trump in polls – but will it affect election day? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  74. a, b et c « Elections américaines : un sondage donne Trump devant Clinton », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  75. a et b « Derniers sondages très serrés, avantage à Clinton », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 16 novembre 2016).
  76. (en) « Trump Won Despite Being Unpopular, So Can He Govern That Way? », FiveThirtyEight,‎ (lire en ligne).
  77. (en) Jake Novak, « Op-Ed: Why everyone underestimated the 'stealth Trump vote' », sur CNBC, (consulté le 25 novembre 2016).
  78. « Trump président: pourquoi tous les sondages se sont trompés », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  79. Tolly Taylor, « Avant cette nuit, un sondeur donnait Trump gagnant », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  80. Clinton ne devance son rival que de 3 points selon une moyenne calculée par le « New York Times », observe Le Parisien le 26 septembre 2016, lors du 1er débat Trump-Clinton Présidentielle américaine : Clinton et Trump jouent gros ce soir pour leur premier débat, leparisien.fr, 26 septembre 2016
  81. a et b « Répétez après-moi: Donald Trump ne pourra jamais gagner l'élection », Slate.fr,‎ (lire en ligne).
  82. Maxime Ferrer et Adrien Sénécat, « Comment la victoire de Trump a-t-elle pu échapper aux sondages et aux médias ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  83. (en) « Why everyone underestimated the 'stealth Trump vote' », sur cnbc.com, .
  84. a, b, c et d Frédéric Autran, « Trump : pourquoi les médias se sont trompés », sur liberation.fr.
  85. a et b Jean-Baptiste Noé, « Spécialistes, experts. La défaite de la pensée », Conflits, no 12, janv.-mars 2017, p. 75.
  86. « Pourquoi Trump ne peut pas gagner : c'est mathématique », sur euronews, (consulté le 16 novembre 2016).
  87. (en) Jamelle Bouie, « Donald Trump Isn’t Going to Be President », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne).
  88. a et b François Clemenceau, « Etats-Unis : les 5 raisons qui annoncent la défaite de Donald Trump - leJDD.fr », LeJDD.fr,‎ (lire en ligne).
  89. Vivien Vergnaud, « L'affaire des emails peut-elle couler Hillary Clinton ? », LeJDD.fr,‎ (lire en ligne).
  90. (en) « Relax, Donald Trump Can’t Win », The Nation,‎ (ISSN 0027-8378, lire en ligne).
  91. « Une étude estime à 95% les probabilités de victoire de Clinton », sur fr.reuters.com (consulté le 19 novembre 2016).
  92. Gilles Paris, « Trump ne peut pas gagner, mais Clinton peut perdre », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  93. Louis Hausalter, « "Il faut arrêter avec le déni", lance BHL après avoir parié… la défaite de Trump ! », Marianne,‎ (lire en ligne).
  94. « Donald Trump élu : après le Brexit, Bernard-Henri Lévy perd encore son pari », RT,‎ (lire en ligne).
  95. « Trump le narcisse abject ne veut pas gagner et ne sera pas élu », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  96. Catherine Gouëset, « Élections américaines: et si Trump ne voulait pas vraiment gagner? », LExpress.fr,‎ (lire en ligne).
  97. « Donald Trump n’a aucune envie de devenir président des Etats-Unis », sur lejdd.fr, (consulté le 16 novembre 2016).
  98. « AUDIO. Présidentielle US : «Les chances de Trump sont quasi nulles», estime un expert », sur leparisien.fr, (consulté le 16 novembre 2016).
  99. « Donald Trump a cassé le moule de la politique américaine », sur lexpress.fr, (consulté le 16 novembre 2016).
  100. (en) « The Guardian US team », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  101. a et b (en) Mona Chalabi, « Clinton's 'October surprise' helps Trump in polls – but will it affect election day? », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  102. (en) Michael Cohen, « Trump won’t win. In fact, the US could be on the brink of a liberal renaissance », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  103. « Laurence Haïm », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  104. « Présidentielle américaine: Privée d'iTélé, Laurence Haïm impose son style sur Twitter », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne).
  105. « Laurence Haïm : Donald Trump “fait ce qu’il veut et ça marche” », sur Europe1.fr, .
  106. Communiqué du Syndicat national des journalistes de France Télévision [2]
  107. Julien Cadot, « Donald Trump président : la technologie a-t-elle aveuglé la presse américaine ? », Numerama,‎ (lire en ligne).
  108. « Election de Donald Trump : comment la presse a-t-elle pu sous-estimer à ce point le milliardaire ? », Franceinfo,‎ (lire en ligne).
  109. « Dominique Reynié : «L’élection de Trump n’est pas une surprise» », lesechos.fr,‎ (lire en ligne).
  110. a et b Alexandre Devecchio, « Brice Couturier : «Donald Trump a mis une claque au Parti des médias» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  111. « Surprise ! | La voix de nos maîtres », sur blog.causeur.fr, (consulté le 16 novembre 2016).
  112. (en) « News Media Yet Again Misreads America’s Complex Pulse », sur www.usanews-today.com, (consulté le 16 novembre 2016).
  113. « Après l'élection de Trump, la presse doit revenir à plus d'humilité », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  114. « Après la victoire de Donald Trump, l'heure est au mea culpa dans la presse américaine », sur Le Figaro, .
  115. a et b Sophie Amsili, « Cette presse conservatrice américaine qui ne soutient pas Donald Trump », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  116. « De retour sur Twitter, Donald Trump accuse le «New York Times» d'être «malhonnête» | www.directmatin.fr », sur directmatin.fr, (consulté le 17 novembre 2016).
  117. (en) « To Our Readers, From the Publisher and Executive Editor », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  118. Etienne Jacob, « Trump ou Clinton : quel candidat la presse américaine soutient-elle ? », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  119. « L’assaut des médias américains pour stopper Donald Trump », letemps.ch,‎ (lire en ligne).
  120. ‘We actually elected a meme as president’: How 4chan celebrated Trump’s victory Washington Post du 9 novembre 2016
  121. (en) Jeffrey Gottfried et Elisa Shearer, « News Use Across Social Media Platforms 2016 », sur journalism.org, (consulté le 13 novembre 2016).
  122. Charlotte Pudlowski, « Facebook s'interroge sur sa responsabilité dans l'élection de Trump », sur Slate, (consulté le 13 novembre 2016).
  123. Claire Richard et Emilie Brouze, « Non, Facebook n’a pas fait élire Trump », sur Rue89, (consulté le 13 novembre 2016).
  124. Service Actu, « Obama sanctionne la Russie pour avoir influencé l'élection américaine », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  125. Pierre Bouvier et Cécile Bouanchaud, « Election américaine : « Le débat le plus atroce de l’histoire politique », selon la presse », sur lemonde.fr, (consulté le 11 octobre 2016).
  126. David Leip, « Dave Leip's Atlas of U.S. Presidential Elections », sur uselectionatlas.org (consulté le 2 février 2017).
  127. a, b et c (en) Congrès des États-Unis, « The House and Senate met in joint session to count electoral votes », The Daily Digest,‎ (lire en ligne).
  128. Pierre Breteau, « Election américaine : une participation en baisse par rapport aux « années Obama » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  129. (en) « Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », sur nytimes.com (consulté le 21 novembre 2016).
  130. Résultats provisoires publiés par le Secretary of State de chaque État sur Internet, consultés le 21 novembre 2016
  131. a et b Greogry Rozieres, « Clinton perd alors qu'elle recueille plus de voix : les dessous d'un système électoral archaïque », sur Le Huffington Post, (consulté le 12 novembre 2016).
  132. (en) « County by County Report President of the United States Recount » [PDF], sur elections.wi.gov, .
  133. a et b (en) Kathleen Gray, « The numbers are in: Trump wins Michigan by 10,704 », sur Detroit Free Press, (consulté le 25 novembre 2016).
  134. James Oliphant, « Le camp Clinton craint la démobilisation des ses électeurs », sur fr.reuters.com, (consulté le 12 novembre 2016).
  135. (en) Alex Daugherty, « 42 million early votes cast, Latino voters surge », sur Sydney Morning Herald, .
  136. (en) Julia Glum, « Are Absentee Ballots Counted Last? Clinton, Trump Votes Still Being Tallied In Some States », International Business Times,‎ (lire en ligne).
  137. (en) Kim LaCapria, « Ballot Clocks Social media users were confused by a satirical site's claim that delayed military absentee ballots would have swung the election to Hillary Clinton" », sur Snopes.com, .
  138. « Clinton gagne le vote populaire : le débat sur le modèle électoral relancé », sur France 24, .
  139. a et b « La victoire de Trump relance le débat sur le système électoral américain », sur Le Figaro, .
  140. a et b (en) Rashed Mian, « National Popular Vote Movement Closer To Changing Presidential Elections », sur The Long Island Press, .
  141. Clarisse Martin, « Donald Trump assure qu'il aurait pu gagner "encore plus facilement" avec un vote populaire » », sur rtl.fr, .
  142. « Non, Clinton n'aurait pas forcément battu Trump au suffrage universel direct », 20 minutes, 16 novembre 2016.
  143. Voir sur michaelmoore.com.
  144. a, b et c « Minorités, jeunes, femmes, ouvriers : pourquoi la stratégie du Parti démocrate a échoué », entretien avec Lauric Henneton, lefigaro.fr, 11 novembre 2016.
  145. « Hillary Clinton, présidente des femmes ? », Libération, 7 novembre 2016.
  146. « Élection présidentielle américaine : les dix chiffres clés de l'élection », sur europe1.fr, .
  147. (en) « 2016 election results: Exit polls », sur edition.cnn.com (consulté le 17 décembre 2016).
  148. (en) « It's official: Latinos now outnumber whites in California », sur latimes.com, .
  149. (en) « In record numbers, Latinos voted overwhelmingly against Trump. We did the research », sur washingtonpost.com, .
  150. Yves Eudes, « Aux Etats-Unis, le Michigan a misé sur le « bulldozer » Trump », lemonde.fr, (consulté le 30 décembre 2016).
  151. (en) « Where Trump Got His Edge », FiveThirtyEight,‎ (lire en ligne).
  152. Michael J. Boskin, « L'élection de Trump, d'abord due aux erreurs de Clinton », latribune.fr, 19 décembre 2016.
  153. (en) « ivethirtyeight.com », sur ivethirtyeight.com (consulté le 14 novembre 2016).
  154. (en) Jonathan Alter, « Seven Reasons Why Hillary Clinton Lost and Donald Trump Won », sur The Daily Beast, (consulté le 14 novembre 2016).
  155. (en) « No, Voter Turnout Wasn’t Way Down From 2012 », FiveThirtyEight,‎ (lire en ligne).
  156. (en) Jon Swaine, « Jill Stein raises over $3m to request US election recounts in battleground states », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne).
  157. a et b « États-Unis : les recomptes dans le Wisconsin confirment la victoire de Trump », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  158. a et b (en) « Jill Stein's election recount ends as Wisconsin finds 131 more Trump votes », sur The Guardian, .
  159. États-Unis : le Wisconsin va recompter les voix de la présidentielle, Le Monde, 26 novembre 2016.
  160. (en) « Trump election: Wisconsin prepares for vote recount », BBC News,‎ (lire en ligne).
  161. Yves Eudes, « Election américaine : Donald Trump juge « ridicule » la perspective d’un recomptage dans trois Etats », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  162. « Élection américaine : Donald Trump juge « ridicule » la perspective d’un recomptage dans trois États », sur Le Monde, .
  163. « Présidentielle américaine : pour Trump, «des millions» de gens «ont voté illégalement» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  164. (en) « Trump supporters are actively trying to halt a ballot recount in 3 states », The Independent,‎ (lire en ligne).
  165. a et b (en) Rebecca Cook, « Recount latest: Wisconsin, Michigan, Pennsylvania and Nevada », cbsnews.com,‎ (lire en ligne).
  166. (en) « The Latest: Federal Judge Sets Hearing on Michigan Recount », ABC News,‎ (lire en ligne).
  167. (en) « Michigan Supreme Court denies Stein’s recount appeal », The Detroit News,‎ (lire en ligne).
  168. (en) « Michigan Recount - Office: President of the United States », sur Michigan.gov, .
  169. (en) « Michigan Recount Results Day 1: Problems Found in Clinton Strongholds », sur Heavy.com, .
  170. (en) « Recount efforts end: Trump wins in Wisconsin, Pennsylvania », Associated Press News,‎ (lire en ligne).
  171. (en) « Green Party U.S. election recount bid comes to a close », Reuters,‎ (lire en ligne).
  172. (en) « Completed Wisconsin recount widens Donald Trump's lead by 131 votes », Wisconsin State Journal,‎ (lire en ligne).
  173. a et b (en) « Nevada ballot recount changes just 15 Trump, Clinton votes », Fox 5 KVVU-TV,‎ (lire en ligne).
  174. (en) « Partial recount of Nevadans’ presidential ballots confirms Nov. 8 results », Las Vegas Review-Journal,‎ (lire en ligne),.
  175. (en) « Florida Voters Have Launched a Long-Shot Presidential Recount Effort », Time,‎ (lire en ligne).
  176. (en) « Protesters urge for Florida recount of 2016 election », Bay News 9,‎ (lire en ligne).
  177. « États-Unis : près de 4 millions de personnes signent une pétition pour que Clinton soit présidente », sur 20 minutes.fr, .
  178. (en) Associated Press, « Q&A: Electoral College Has Followed State Vote 99% Of Time" », sur CBS.
  179. (en) « A Historic Number of Electors Defected, and Most Were Supposed to Vote for Clinton », sur nytimes.com, .
  180. (en) Michael McDonald, « 2008 Unofficial Voter Turnout », United States Election Project, (consulté le 26 avril 2009).
  181. (en) « 2016 National Popular Vote Tracker », The Cook Political Report (consulté le 29 novembre 2016).
  182. (en) Julia Glum, « Are Absentee Ballots Counted Last? Clinton, Trump Votes Still Being Tallied In Some States », sur ibtimes.com, (consulté le 28 novembre 2016).
  183. « Donald Trump président des Etats-Unis : la réaction de Hillary Clinton », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 10 novembre 2016).
  184. AFP, « Manifestations aux Etats-Unis après la victoire de Trump », sur bfmtv.com, (consulté le 10 novembre 2016).
  185. Alicia Paulet, Alice Develey, « Trump président : vent de désespoir à Hollywood et chez les artistes », sur lefigaro.fr, (consulté le 10 novembre 2016).
  186. AFP, Reuters, « Appels à l’unité, réactions internationales… le jour d’après l’élection américaine », sur lemonde.fr, (consulté le 10 novembre 2016).
  187. (en) Yescalifornia.org
  188. « #Calexit: après l'élection de Trump, des Californiens appellent à faire sécession », BFM TV, .
  189. « Pourquoi l’Egypte est-elle le premier pays arabe à féliciter Trump? », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le 10 novembre 2016).
  190. « Trudeau s’entretient avec Trump et l’invite au Canada à la première occasion », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 9 novembre 2016).
  191. « L'élection de Trump ouvre une « période d'incertitude », croient Couillard, Lisée et Legault », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 9 novembre 2016).
  192. (en) « Mexican President Nieto congratulates Trump », sur Breitbart.com, .
  193. Paul Louis , AFP, AP, Reuters Agences, « Les dirigeants du monde réagissent à la victoire de Donald Trump », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 novembre 2016).
  194. AFP, « Netanyahu félicite Trump, "véritable ami de l'État d'Israël" », sur bfmtv.com, (consulté le 10 novembre 2016).
  195. « Les réactions internationales à l’élection de Donald Trump », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  196. « Des réactions dans le monde qui vont de la surprise à l'inquiétude | La présidentielle américaine 2016 », sur Radio-Canada.ca, (consulté le 10 novembre 2016).
  197. « Philippines. Duterte se « sépare » des Etats-Unis et drague la Chine », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne).
  198. AFP, « Vladimir Poutine salue la victoire de Donald Trump », www.lapresse.ca,‎ (lire en ligne).
  199. « Erdogan / présidentielle américaine : « Une nouvelle ère va commencer avec l’élection de Trump » », sur trt.net.tr, (consulté le 9 novembre 2016).
  200. « Pour Hollande, la victoire de Trump « ouvre une période d’incertitude », sur Le Monde, .
  201. RTL, « François Hollande propose à Donald Trump à engager très vite un échange sans tarder », www.rtl.fr,‎ (lire en ligne).
  202. (en) « Orbán Viktor », sur facebook.com/, (consulté le 13 novembre 2016).
  203. « Réactions internationales à la victoire de Donald Trump, entre inquiétude, liesse et stupéfaction », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  204. (nl) Trump : Rutte benadrukt belang samenwerking, Tweede Kamer verdeeld, NU.nl, 9 novembre 2016.
  205. « Marine Le Pen sur Twitter », sur https://twitter.com/, (consulté le 13 novembre 2016).
  206. « Marine Le Pen sur Twitter », sur https://twitter.com/, (consulté le 13 novembre 2016).
  207. (en) Trump will change politics forever (Wilders), NL Times, 9 novembre 2016.

Annexes

Articles connexes

Liens externes