Élection présidentielle égyptienne de 2018

Élection présidentielle égyptienne de 2018
-
Corps électoral et résultats
Population 96 601 146
Votants 24 254 152
41,05 %  −6,5
Votes exprimés 22 182 167
Votes blancs et nuls 1 762 231
Abdel Fattah el-Sisi September 2017.jpg Abdel Fattah al-Sissi – Indépendant
Voix 21 835 387
97,08 %
 +0,2
Moussa Mostafa Moussa.jpg Moussa Mostafa Moussa – Parti el-Ghad
Voix 656 534
2,92 %
Président de la République arabe d'Égypte
Sortant Élu
Abdel Fattah al-Sissi
Indépendant
Abdel Fattah al-Sissi
Indépendant

L'élection présidentielle égyptienne de 2018 est organisée du 26 au [1] afin d'élire le président de la République arabe d'Égypte à l'expiration du premier mandat du maréchal al-Sissi.

Les candidats d'opposition renoncent à se présenter, sous pression, ou bien voient leur candidature rejetée par la commission électorale. Celle-ci n'approuve que deux candidatures : celle du président sortant, et celle d'un de ses proches. Le premier est réélu sans surprise avec 97,08 % des voix.

Date

En novembre 2017, Abdel Fattah al-Sissi annonce que l'élection aura lieu entre mars et avril 2018[2]. Le 8 janvier 2018, la commission électorale décide que le premier tour de l'élection présidentielle aura lieu du 26 au 28 mars 2018, et que ses résultats seront annoncés le 2 avril[3], selon le calendrier suivant.

Calendrier

Dates Étapes
20 au 29 janvier Dépôt des candidatures
24 février Début de la campagne électorale[4]
16 au 18 mars Vote anticipé des expatriés
26 au 28 mars Premier tour de scrutin
29 mars Résultats provisoires
2 avril Résultats définitifs

Mode de scrutin

Le président de la République arabe d'Égypte est élu au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Candidatures

La date limite de dépôt de candidatures était le 29 janvier[5]. Les deux candidats retenus sont Abdel Fattah al-Sissi et Moussa Mostafa Moussa[6].

Validées

Le président sortant, Abdel Fattah al-Sissi, dont le mandat se termine à cette date, est éligible pour un deuxième et dernier mandat[7]. Le , il annonce officiellement sa candidature[8]. Il dépose officiellement celle-ci le 24 janvier[9].

Le , Moussa Mostafa Moussa, président du Parti el-Ghad, partisan de Sissi ayant notamment participé à sa campagne électorale, annonce sa candidature[10].

Retirées ou rejetées

En novembre 2017, le colonel Ahmed Konsowa, annonce sa candidature[11]. Arrêté le 2 décembre et détenu dans une prison militaire, il est condamné à six ans de prison par une cour martiale pour avoir présenté sa candidature sans avoir demandé l'autorisation à l'armée[11].

Le , l'ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle de 2012, Ahmed Chafik, annonce sa candidature[12] et affirme avoir été empêché de quitter les Émirats[13]. De retour en Égypte le 2 décembre après avoir été expulsé par les Émirats arabes unis, il y renonce subitement le 5 décembre[14]. Le , il réitère de nouveau sur Twitter cette décision[15]. Selon le New York Times, il aurait retiré sa candidature suite à des pressions relatives à la réouverture d'anciennes affaires de corruption à son encontre[16].

Le , l'ancien député Mohamed Anouar el-Sadate, neveu de l'ex-président Anouar el-Sadate, renonce à se présenter, considérant que les élections ne soient pas libres[17].

Le , la candidature de Sami Hafez Annan est annoncée par son parti[18]. Il officialise celle-ci le 19 janvier[19]. Hicham Geneina[20], ancien président de l'autorité de contrôle des comptes publics limogé par le président Abdel Fattah al-Sissi en 2016 après la publication d'un rapport sur la corruption[21], et l'universitaire Hazem Hosni, font partie de son équipe de campagne[22]. Le 23 janvier, il est arrêté par la justice militaire, accusé d'avoir falsifié des documents relatifs à sa retraite de l'armée[23]. Le soir même, la commission électorale décide de retirer son nom de la liste de candidats à parrainer[24].

En mai 2017, déjà candidat en 2012, Khaled Ali annonce qu'il pourrait se porter candidat[25]. Il est arrêté peu après, accusé d'avoir fait un bras d'honneur devant une cour de justice du Caire[25]. Il retire sa candidature le [26]. Il justifie sa décision par l'arrestation de ses militants et par le fait que les délais pour recueillir les parrainages soient trop courts[27], par le fait que la commission électorale ne lui avait pas communiqué le nombre de parrainages donc il disposait[28] et par le fait que le scrutin n'était pas « libre et juste »[29].

Le député et président du club de football Zamalek, Mortada Mansour, a également exprimé son intérêt pour une candidature[30]. Il y renonce le [31].

Le , El-Sayyid el-Badawi, chef du parti Néo-Wafd, accomplit les démarches administratives en vue de se présenter[32], avant que son parti ne rejette sa candidature le lendemain[33], préférant soutenir celle de Sissi[34].

Boycott

Le , dans une lettre ouverte, Mohamed Anouar el-Sadate, Abdel Moneim Aboul Foutouh, candidat à la présidentielle de 2012, Hicham Geneina et Hazem Hosni, qui dirigeaient la campagne de Sami Hafez Annan avant son arrestation, ainsi que le scientifique Essam Heggi, appellent à boycotter le scrutin en évoquant un « climat de peur » et « un calendrier électoral ne donnant pas aux candidats une réelle chance de se présenter »[35].

Le 31 janvier, c'est au tour d'Hamdine Sabahi, candidat en 2012 et 2014, d'appeler au boycott du scrutin, estimant qu'il s'agit d'une « mascarade », « qu’il n'y a aucune garantie pour un scrutin libre », puis accuse Sissi d'avoir « conduit le pays dans une impasse en raison de son arrogance et de sa volonté de réprimer toute opinion contraire »[36].

Le 13 février, Hicham Geneina est arrêté et déféré devant le parquet militaire[37]. Le 14 février, Abdel Moneim Aboul Foutouh est lui aussi arrêté[38].

Analyse

Pour le journaliste Hicham Kassem, « Les gens se moquent de cette élection, ils ne la prennent pas au sérieux. Je ne vois pas pourquoi les gens feraient la queue pour voter pour un candidat unique, Sissi. Quand les électeurs ont voté pour lui en 2014, c’était en quelque sorte un contrat social, ils disaient: "oui, nous voulons avancer et nous voulons faire d'Abdel Fattah al-Sissi notre président." Et quatre ans plus tard, on ne leur laisse aucun choix, c’est une rupture du contrat qui avait été passé à l'époque. »[39]. Pour une autre analyste, « Après le coup d'État de 2013, le sens du vote a changé. On ne se rend plus aux urnes pour choisir un programme politique, on se rend aux urnes pour manifester son adhésion ou pas, c’est une sorte de vote plébiscite. Ce n’est plus un vote dans le sens d'un choix politique comme on l'a connu dans la petite période post-révolution. »[39].

Résultats

Abstention

En l'absence d'une véritable opposition, le taux de participation devient l'enjeu véritable de la présidentielle aux yeux des autorités, qui voient en un taux trop faible un risque de perte de légitimité. Lors du scrutin précèdent de 2014, déjà, celui-ci ne s'était élevé qu'à 37 % des électeurs, obligeant les autorités à allonger la durée du vote d'une journée, atteignant péniblement les 47,5 % de votants.

En 2018, le vote s'étend d'emblée sur trois jours, tandis que les médias publics égyptiens incitent fortement à aller voter et que le gouvernement fait pression en ce sens. Comme il est d'usage dans de nombreux pays dépourvus de véritable fichier électoral, les électeurs égyptiens participant à des élections trempent leurs pouce dans de l'encre pour éviter que des citoyens ne fraudent en votant plusieurs fois dans différents bureaux de vote. De fait, cette marque visible extérieurement devient un risque pour les abstentionnistes les plus sensibles aux pressions exercée par plusieurs entreprises du domaine privé et par le gouvernement. Des agents de la fonction publique se voient ainsi directement intimer l'ordre d'aller participer au scrutin. Un fonctionnaire du ministère de l'Éducation raconte : « Ils m’ont appelé ce matin de l’école. Ils m’ont dit qu’il y avait au bureau de vote une liste d’employés du ministère de l’Éducation. Ils m’ont dit que je devais signer cette liste et qu’elle remonterait dans la hiérarchie, que ceux qui ne la signeraient pas auraient des ennuis comme des promotions bloquées, qu’ils seraient dans le collimateur. Pour ceux qui y vont, il n’y a pas de problème, donc je devais y aller ». L’Autorité nationale des élections va même jusqu'à brandir la menace d’une amende de 500 livres (environ 22 euros) pour les abstentionnistes. Malgré ces mesures, plus de la moitié de la population en âge de voter décide de s'abstenir[40],[41].

Résultats officiels

Résultats de la présidentielle égyptienne de 2018[42],[43]
Candidats Partis Voix %
Abdel Fattah al-Sissi Indépendant 21 835 387 97,08
Moussa Mostafa Moussa Parti el-Ghad 656 534 2,92
Votes valides 22 182 167 93,67
Votes blancs et nuls 1 762 231 6,33
Total 24 254 152 100
Abstention 34 823 986 58,95
Nombre d'inscrits / participation 59 078 138 41,05

Notes et références

  1. Égypte : l’élection présidentielle se tiendra du 26 au 28 mars prochain Agence Ecofin
  2. « En Égypte, le président Sissi écarte un troisième mandat en 2022 », sur parismatch.com (consulté le 30 novembre 2017)
  3. « Élection présidentielle du 26 au 28 mars en Egypte », sur boursorama.com, (consulté le 8 janvier 2018)
  4. « Égypte : la campagne pour l’élection présidentielle s’ouvre ce samedi - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 27 février 2018)
  5. « Égypte : le président Sissi annonce sa candidature pour un nouveau mandat », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Egypt's National Elections Authority publishes initial list of presidential candidates » (consulté le 31 janvier 2018)
  7. « Will Sisi run for second term? », sur Al-Monitor (consulté le 26 mars 2017)
  8. « Le président égyptien Sissi candidat à sa propre succession », sur LExpress.fr (consulté le 19 janvier 2018)
  9. « Présidentielle en Egypte : Sissi dépose officiellement sa candidature », sur Europe 1 (consulté le 24 janvier 2018)
  10. « Egypte: un candidat pro-Sissi se présente à la présidentielle », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 29 janvier 2018)
  11. a et b « Élection présidentielle en Égypte : al-Sissi dans les pas de Moubarak ? », sur Le Point Afrique (consulté le 23 janvier 2018)
  12. « Egypte: Chafik annonce sa candidature », sur BBC Afrique (consulté le 30 novembre 2017)
  13. « Egypte: Chafik annonce sa candidature », sur BBC Afrique (consulté le 6 décembre 2017)
  14. « De retour en Egypte, le candidat qui défiait Sissi renonce soudainement à l’élection présidentielle », sur Le Monde, (consulté le 6 décembre 2017)
  15. « Égypte : l'ex-Premier ministre Ahmed Chafik renonce à se présenter à l'élection présidentielle », sur france24.com, (consulté le 7 janvier 2018)
  16. « Élection présidentielle en Égypte : al-Sissi dans les pas de Moubarak ? », sur Le Point Afrique (consulté le 23 janvier 2018)
  17. « Égypte : le neveu de l'ancien président Sadate renonce à l'élection présidentielle », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 19 janvier 2018)
  18. « Former military chief of staff Sami Anan to run in Egyptian presidential election: Party » (consulté le 19 janvier 2018)
  19. Reuters Editorial, « Ex-military chief of staff to run in Egyptian presidential election », sur U.S. (consulté le 20 janvier 2018)
  20. La-Croix.com, « En Égypte, le maréchal Al Sissi entend garder le pouvoir », sur La Croix (consulté le 22 janvier 2018)
  21. Javier Cacho Gómez, « Égypte : un ancien chef d'état major candidat à la présidentielle », sur Forbes Afrique magazine (consulté le 22 janvier 2018)
  22. « Egypt's former army chief of staff Anan announces 2018 presidential elections bid » (consulté le 22 janvier 2018)
  23. Home, « Égypte : un ex-général arrêté pour s'être déclaré candidat à la présidentielle », sur Le Figaro (consulté le 23 janvier 2018)
  24. « Egypt's election authority excludes Anan from voters' database » (consulté le 23 janvier 2018)
  25. a et b (en) Ahmed Aboulenein, « Egypt detains ex-presidential candidate, latest in arrest series », Reuters,
  26. « Présidentielle en Égypte : un autre candidat jette l'éponge face à Sissi », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 24 janvier 2018)
  27. AFP, « Présidentielle en Egypte: un autre candidat jette l’éponge face à Sissi », sur Libération, (consulté le 24 janvier 2018)
  28. « Présidentielle en Égypte : un autre candidat jette l'éponge face à Sissi », sur LExpress.fr (consulté le 28 janvier 2018)
  29. « Anne-Claire Bonneville : « al-Sissi agite le spectre d'une deuxième Libye pour légitimer son pouvoir » », sur Le Point Afrique (consulté le 28 janvier 2018)
  30. Le Point, magazine, « Égypte : le président Sissi candidat à un second mandat », sur Le Point (consulté le 19 janvier 2018)
  31. ask@egyptdailynews.com, « MP Mortada Mansour will not stand for 2018 presidential election » (consulté le 27 janvier 2018)
  32. Ramadan Al Sherbini, Correspondent, « Al Wafd chief set to stand for Egypt president », sur GulfNews (consulté le 27 janvier 2018)
  33. Ramadan Al Sherbini, Correspondent, « Al Wafd blocks leader's bid to run for president », sur GulfNews (consulté le 27 janvier 2018)
  34. « Al-Sissi toujours seul candidat à la présidentielle égyptienne après deux désistements - France 24 », sur France 24 (consulté le 27 janvier 2018)
  35. « Égypte: des personnalités appellent au boycott de la présidentielle », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 28 janvier 2018)
  36. « Égypte: l’opposition à Sissi appelle au boycott du scrutin présidentiel », sur geopolis.francetvinfo.fr (consulté le 1er février 2018).
  37. « Égypte: un conseiller d'un ex-prétendant à la présidentielle arrêté », sur LExpress.fr (consulté le 15 février 2018)
  38. « Egypte : la police arrête l’ancien candidat à la présidentielle Abdel Moneim Aboul Foutouh », sur Le Monde.fr (consulté le 15 février 2018)
  39. a et b Martin Roux, « Choisir entre Sissi et un candidat pro-Sissi: les Égyptiens iront-ils voter? », sur Slate.fr, (consulté le 5 février 2018).
  40. Présidentielle en Égypte: des pressions pour inciter les électeurs à voter RFI
  41. En Égypte, les électeurs ont boudé une présidentielle jouée d’avance Le Monde
  42. « Egypte: le président Abdel Fatah al-Sissi réélu pour un second mandat avec 97,08% des voix (officiel) - RFI », sur RFI (consulté le 2 avril 2018)
  43. HEC

Voir aussi