Église Saint-Éloi de Paris

Église Saint-Éloi
Image illustrative de l'article Église Saint-Éloi de Paris
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction 1966
Fin des travaux 1968
Style dominant moderne
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Arrondissement 12e arrondissement
Coordonnées 48° 50′ 40,8″ nord, 2° 23′ 19,4″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Éloi

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Église Saint-Éloi

L'église Saint-Éloi est une église de culte catholique située place Maurice-de-Fontenay dans le 12e arrondissement de Paris.

Histoire

La première église rue de Reuilly, dans le 12e arrondissement de Paris, remonte à 1856. À cette époque, le quartier connaît une croissance démographique importante. De style roman, ce petit édifice fragile ne tiendra que vingt ans : détruit par la foudre en 1876, il sera très vite remplacé.

Quatre ans après, une église provisoire lui succède sur le terrain occupé aujourd'hui par la poste de Reuilly. Elle reste en état près de quatre-vingt-dix années. Son toit en bois ne laissait pas présager une telle longévité. Puis, le , Mgr Marty consacre l'actuelle église[1]. Les travaux auront duré deux ans et l'architecture surprenante et moderne alimente les bavardages pendant de longues années.

L'église actuelle

L'église Saint-Éloi est l'œuvre de l'architecte Marc Leboucher qui implante l'édifice place Maurice-de-Fontenay, offrant aux paroissiens une entrée en retrait de la rue de Reuilly. Il édifie une église en charpente métallique recouverte à l'intérieur comme à l'extérieur de feuilles d'aluminium. Une tour de métal supporte les cloches.

À l'intérieur, le décor est sobre, les statues inexistantes (sauf un gigantesque saint Éloi qui trône près de l'autel).

Tout d'abord, cet édifice est étrangement lumineux sans qu'on perçoive la source de lumière qui vient inonder l'immense auditorium. L'éclairage est subtilement réalisé par une suite de plaques de verres armées intercalées en quinconce avec les plaques métalliques. Toute la lumière est dirigée vers l'autel surélevé de cinq marches.

Que ce soit l'autel, l'ambon, les porte-cierges ou le christ, tout est en acier et confère à l'ensemble une grande sobriété.

Sous l'entrée, quelques marches permettent de grimper afin de rejoindre l'orgue. Un balcon autorise les visiteurs à assister aux offices ou aux nombreux concerts en embrassant une vue exceptionnelle sur l'assemblée.

À gauche de l'entrée principale, une chapelle mariale accueille les petites célébrations et les personnes désirant s'isoler de la foule.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes