Économie du Bangladesh

Bangladesh
Indicateurs économiques
Monnaie taka (Tk)
Année fiscale 1er juillet – 30 juin
Organisations internationales ASACR
Statistiques
Produit intérieur brut en PPA 228,4 milliards de $ (2008)
Rang pour le PIB en PPA 51e[1] (2004)
Croissance du PIB 5,6 % (2009)
PIB par habitant en PPA 1 500 $ (2009)
PIB par secteur agriculture : 19 % (2007)
industrie : 28,7 % (2007)
services : 53,7 % (2007)
Inflation (IPC) 3,5 % (juillet 2009)
Pop. sous le seuil de pauvreté 36 % (2009)
Population active 70,86 millions (2008)
Population active par secteur agriculture : 45 % (2008)
industrie : 30 % (2008)
services : 25 % (2008)
Taux de chômage 2,4 % (2008)
Commerce extérieur
Exportations 18,36 milliards $ (2009)
Biens exportés habillement, produits congelés, jute
Principaux clients États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni
Importations 20,205 milliards $ (2009)
Biens importés biens d'équipement, biens de consommation, produits pétroliers
Principaux fournisseurs Chine, Inde, Union européenne
Finances publiques
Dette publique 18,778 milliards $ (31,8 % du PIB) (2003)
Recettes publiques 14,1 milliards $ (2009)
Dépenses publiques 25,8 milliards $ (2009)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/bg.html

L'économie du Bangladesh est caractéristique des pays en développement et plus spécifiquement des pays les moins avancés. Son produit intérieur brut par habitant de 2008 est de seulement 1 500 $ en PPA, soit bien moins que celui de l'Inde ou du Pakistan, même si le Bangladesh affiche une croissance assez solide autour de 6 % (5,9 % en 2008/2009). Si la moitié du PIB provient du secteur des services, près des 2/3 des Bangladais travaillent encore dans le secteur agricole, la main-d'œuvre étant abondante et bon marché, mais peu qualifiée. Les principales cultures du pays sont le riz, le jute, les fruits et des légumes et plus partiellement le blé. Les principales sources de devises, ont les exportations de vêtements et de textiles (75,8 % en 2007-2008, 80 % en 2012 soit 29 milliards de dollars par an réalisé par 5 000 entreprises, ce qui en fait le deuxième exportateur mondial de vêtements derrière la Chine[2]), ainsi que les transferts monétaires des expatriés bangladais travaillant notamment au Moyen-Orient (9,7 milliards USD en 2008-2009, en hausse de 22,4 % par rapport à 2007-2008).

Le Bangladesh possède d'importantes ressources charbonnières et gazières.

Industrie textile

De nombreuses multinationales occidentales font appel à de la mains d’œuvre au Bangladesh, celle-ci étant l'une des moins chères au monde : 30 euros par mois contre 150 ou 200 en Chine[3]. Quatre jours suffisent au PDG de l'une des cinq premières marques mondiales du secteur du textile pour gagner ce qu'une ouvrière de la confection bangladaise gagnera au cours de sa vie[4].

En avril 2013, au moins 1 135 ouvriers du textile meurent dans l'effondrement de leur usine[5]. D'autres accidents mortels dû à l'insalubrité des usines ont touché le Bangladesh : en 2005 une usine s'effondre et provoque la mort de 64 personnes. En 2006, une suite d’incendies tuent 85 personnes et en blessent 207 autres. En 2010, une trentaine de personnes meurent asphyxiées et brûlées dans deux graves incendies[3]. En 2006, des dizaines de milliers d’ouvriers se mobilisent dans un des plus important mouvement de grève du pays, qui touche la quasi-totalité des 4 000 usines. L’association des fabricants et des exportateurs de vêtements du Bangladesh (BGMEA) fait appel aux forces de police qui procèdent à une répression. Trois ouvriers sont tués, des centaines d’autres sont blessés par balles, ou emprisonnés. En 2010, après un nouveau mouvement de grève, près de 1 000 personnes sont blessées parmi les travailleurs en raison de la répression[3].

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Références

  1. Banque mondiale, World Development Indicators, 2004.
  2. « Textile : le Bangladesh s'inquiète de la multiplication des accidents », sur lefigaro.fr,
  3. a, b et c Nolwenn Weiler, « Au Bangladesh, une ouvrière du textile meurt tous les deux jours », Basta !,‎ (lire en ligne)
  4. « L'incroyable explosion de la richesse des milliardaires révélée par Oxfam », Challenges,‎ (lire en ligne)
  5. « Rana Plaza : un an après, Auchan visé par une plainte », L'Obs,‎ (lire en ligne)