Économie de l'Uruguay

Uruguay
Indicateurs économiques
Monnaie Peso uruguayen
Année fiscale Année calendaire
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 47,8 billion (2010)
Croissance du PIB 8,5 % (2010)
PIB par habitant en PPA 13 600 $ (2010)
PIB par secteur agriculture : 9,3 % (2010)
industrie : 22,8 % (2010)
services : 67,9 % (2010)
Inflation (IPC) 6,8 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté 13,7 % (2009)
Population active 1,637 million (2010)
Population active par secteur agriculture : 9 % (2007)
industrie : 15 % (2007)
services : 76 % (2007)
Taux de chômage 7,4 % (2010)
Finances publiques
Dette publique 52,7 % du PIB (2010)
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/uy.html

L'économie de l'Uruguay est axée sur l'exportation de produits agricoles et agro-alimentaires, ainsi que sur le secteur des services. Environ 50 % des exportations du secteur agricole sont destinés au Brésil et à l'Argentine qui appartiennent au Mercosur.

La population

Lors de la décennie passée, 24 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté, 16 % était au chômage alors que dans le même temps, 1,56 million de personnes travaillaient (14 % dans l'agriculture, 16 % dans l'industrie et 70 % dans les services) [réf. nécessaire].

Toutefois, entre 2005 et 2008, sous le gouvernement Tabaré Vázquez (Front large, gauche), le salaire minimum est passé de 1 350 pesos à 4 150 pesos (70 à 200 dollars)[1], tandis que la pauvreté est passée de 30,9 % de la population à 21,7 % de la population[1]. Par ailleurs, le chômage a atteint fin 2009 un record historique en étant à moins de 7 %[2].

Pour autant, les classes moyennes ont comme celles des pays développés, accès à la radio (plus de 200 stations), au téléphone (1 million de fixes et 700 000 portables), à la télévision (23 chaînes) et à internet (400 000 utilisateurs).

Le PIB par habitant est de 7 289 dollars (estimation 2008) [réf. nécessaire].

Secteurs d'activités

Agriculture

L'agriculture représente en 2005 7,1 % du PIB. Si 63 % des exploitations (agriculture et pêche) sont familiales, celles-ci ne produisent que 17 % des produits agraires et halieutiques[3]. Les produits agroalimentaires constituent l'essentiel des exportations uruguayennes hors du Mercosur[4]. Le secteur agricole uruguayen est principalement constitué :

  • De l'élevage, essentiellement ovin et bovin. Les exportations se font sous forme de viande, de laine (le pays est l'un des premiers producteurs au monde) et de peaux.
  • De la pêche, les prises annuelles sont de l'ordre de 130 000 tonnes de poisson.
  • De la culture de la canne à sucre, de la betterave à sucre, du blé, du riz (8e exportateur mondial en 2009[5]), des tomates, du sorgho, du maïs, et du soja. Cultivé en monoculture, ce dernier a connu une forte expansion, passant de 15 000 hectares en 2000 à 450 000 hectares en 2007[6]. Voir aussi viticulture en Uruguay.
  • Le secteur forestier qui représente environ 4,09 millions de m³ de bois [réf. nécessaire]; on estimait pour 2010 que les exportations du secteur attendraient 720 millions de dollars avec 850 000 hectares de plantations forestières (contre 26 000 en 1988 pour une valeur d'exportation de 13 millions de dollars)[7]. Le secteur, qui s'est rendu célèbre par la « guerre du papier » avec l'Argentine sous le gouvernement Vázquez (2005-2010), doit en outre employer 19 000 personnes[7]. Les groupes de papier Stora Enso (finlandais) et Arauco (chilien) ont annoncé, en mai 2009, qu'ils achèteraient la firme espagnole Enso[8], ce qui ferait de cette coentreprise[9] la plus grande propriétaire terrienne d'Uruguay[10], avec 130 000 hectares de terres, soit près de la moitié du total des propriétés terriennes de Stora Enso[11]. Le consortium entre les deux firmes, Montes del Plata, n'installera cependant pas son usine à Fray Bentos, qui doit déjà accueillir l'usine de papier de Botnia (sujet de la « guerre du papier » avec l'Argentine) comme prévu[12].
  • La viticulture en Uruguay représente une surface de 10 000 hectares[13]

L'industrie

L'industrie en sa globalité représente 27,7 % du PIB (2005) et peut être divisée en deux branches.

D'une part, la production de minerais qui est relativement modeste, il s'agit de l'exploitation de carrières de sable et d'argile ainsi que de granite, de marbre et d'or.

D'autre part, la laine et l'agroalimentaire, avec notamment la viande et la production laitière.

Enfin, le raffinage de pétrole et la fabrication de ciment par l'entreprise publique ANCAP (créée en 1931), la production de vêtements, d'acier, d'aluminium, d'équipements électriques et de produits chimiques sont des secteurs mineurs mais réels dans l'économie du pays.

Énergie

Grâce à un bouquet électrique diversifié, composé de barrages hydroélectriques, d'éoliennes, de centrales solaires et de centrales à biomasse, en 2015, 95% de l'électricité consommée dans le pays est produite à partir d'énergies renouvelables[14].

Les services

Les services les plus importants du pays sont le tourisme et le secteur des banques et des assurances (dont l'importance est l'une des raisons du surnom de l'Uruguay, la « Suisse de l'Amérique »). Celui-là représente en 2005 65,2 % du PIB [réf. nécessaire].

L'Uruguay a été retiré en avril 2009 de la liste noire de l'OCDE concernant les paradis fiscaux, entrant ainsi dans la « liste grise » des pays s'étant engagés à transposer les normes du Modèle de Convention fiscale de l'OCDE de 2005[15],[16],[17]. L'année suivante, le gouvernement Mujica (Front large) a annoncé en mai 2010 le dépôt d'un projet de loi devant limiter le secret bancaire et ainsi l'évasion fiscale. Selon la Banque centrale de l'Uruguay, près de 18 % des dépôts appartiendraient à des non-résidents, soit 2 500 millions de dollars, appartenant pour la plupart à des Argentins[18].

Entreprises

Commerce extérieur

Le commerce joue un rôle très important dans l'économie du pays. En effet, l'Uruguay est membre du Mercosur donc ses principaux partenaires commerciaux sont le Brésil (21 % des exportations et 21 % des importations), l'Argentine (7 %/26 %). Puis suivent l'Allemagne et les États-Unis (11 %/7 %) ainsi que depuis peu la Chine.

La viande, le poisson, le riz ainsi que le textile sont les principaux produits d'exportation.

L'Uruguay importe des produits alimentaires, des produits chimiques et pharmaceutiques, des matériaux de construction, des matières plastiques et des résines synthétiques, ainsi que des équipements de transport qui lui font défaut.

Importation/Exportation
En 2002 Importations Exportations
Total Marchandises (milliards US$) dont : 1,9 1,9
Matières premières agricoles 4,30 % 12,80 %
Produits alimentaires 14,50 % 49,10 %
Hydrocarbures 15,20 % 0,80 %
Produits manufacturés
(produits chimiques, machines...)
65 % 36,70 %
Minerais et métaux 1 % 0,50 %
Autres 0 % 0,10 %
     Importation/Exportation
En 2002 Importations Exportations
Total des services (milliards US$) dont : 0,6 0,8
Transport 41,7 % 34,6 %
Tourisme 28,7 % 46,7 %
Autres
(assurances, services financiers...)
29,6 % 18,7 %

Source : Banque Mondiale

L'État

Le principal objectif de la politique uruguayenne continue d'être la tentative de la réduction de l'inflation qui a explosé de 4,4 % en 2001 à 19,4 % en 2003. En 2005, elle est revenue à 4,9 %

Pourtant, ces dix dernières années l'économie de l'Uruguay a connu la plus forte croissance du Mercosur (environ 4 % [réf. nécessaire]), et en 2005, la croissance fut même de 6,1 % [réf. nécessaire]. À la suite de la crise économique de 2008-2009, elle est cependant redescendue à 2 % en 2009[2]. Dans le domaine commercial, il a été un des premiers pays d'Amérique latine à s'orienter vers la mondialisation, en effet son coefficient d'ouverture est de 43 % [réf. nécessaire]. C'est aussi le principal centre financier de la région en raison de sa politique de liberté totale envers les capitaux.

Pour lutter contre les problèmes économiques et financiers, la Banque Centrale réalise des documents très détaillés tous les trimestres directement accessibles sur son site internet, d'où une transparence plus importante.

Budget

Le PIB du pays est de 43,67 milliards de dollars en 2004 soit une augmentation de 2,5 % par rapport à 2003 [réf. nécessaire]. Les revenus du pays étaient de 2,934 milliards de dollars en 2004 et les dépenses de 3,425 milliards. Ce qui signifie que le déficit public pour l'année 2004 était de 193 millions de dollars.[réf. nécessaire] En avril 2003, le gouvernement prévoyait un déficit de 3 pour cent pour 2003 [réf. nécessaire].

Dette

À la fin de l'année 2010, la dette publique représentait 60 % du PIB[19] et la dette extérieure était de 13,23 milliards de dollars[20].

Monnaie

La monnaie utilisée est le peso uruguayen, son cours est de 24,050 pesos pour 1 dollar américain. La dévaluation de la monnaie au cours de ces dernières années est aussi l'une des causes de la mauvaise période économique actuelle du pays mais le cours du peso commence à remonter.

Nombre de pesos uruguayen pour un dollar américain[21],[22]
Année 1994 1998 2001 2002 09/2002 2003 2004 2005 04/2006 2011
Cours 5,0439 10,4719 13,319 21,257 32 28,209 28,704 24,479 24,050 19,450

Infrastructures

Le pays possède 2 073 km de voies ferrées, 8 983 km de routes, 1 600 km de voies navigables (principalement des fleuves) et 9 ports (dont Colonia, Fray Bentos, Montevideo, Paysandu, Punta del Este), 64 aéroports dont 14 aux pistes goudronnées

Notes et références

  1. a et b Alain Labrousse (2009), Les Tupamaros. Des armes aux urnes, Paris, éd. du Rocher, 446 p., p. 305-320
  2. a et b Uruguay sorteó la crisis y crecerá más de lo esperado, La República, 17 décembre 2009
  3. Novedosa experiencia, La República, 16 décembre 2009
  4. Astori aboga por rápida definición de acuerdo comercial con Unión Europea, La República, 16 décembre 2009
  5. Uruguay, octavo en el mundo como exportador de arroz, La República, 11 janvier 2010
  6. Alain Labrousse (2009), Les Tupamaros. Des armes aux urnes, Paris, éd. du Rocher, 446 p., p. 325
  7. a et b Este año el sector forestal empleará a 19 mil personas, La República, 4 janvier 2010
  8. Stora Enso cierra plantas en Finlandia, El Pais, 24 juillet 2009
  9. Stora Enso and Arauco join forces to create a leadership position in low-cost pulp through the acquisition of the majority of Grupo ENCE's operations in Uruguay for USD 344 million, communiqué de Stora Enso, 18 mai 2009
  10. Stora Enso nousee Uruguayn maaherraksi, Talouselämä, 18 mai 2009
  11. Stora Enso poursuit son développement en Amérique du Sud, Le Papetier de France, 25 mai 2009
  12. Stora Enso se reunió con Mujica, La República, 16 décembre 2009
  13. (es) « La Vitivinicultura Uruguaya » (consulté le 9 décembre 2010)
  14. (en) Jonathan Watts, « Uruguay makes dramatic shift to nearly 95% electricity from clean energy », sur the Guardian, (consulté le 3 décembre 2015).
  15. L'Organisation internationale a rendu public les noms des pays «fiscalement non coopératifs»..., 20 minutes, 2 avril 2009
  16. OECD welcomes Uruguay’s commitment to OECD tax information exchange standards/La OCDE dió la bienvenida a la decisión de la República del Uruguay de adoptar formalmente su estándar para el intercambio de información fiscal., communiqué de l'OCDE, 3 avril 2009
  17. Uruguay on the “grey list” of OECD tax havens, MercoPress, 25 septembre 2009
  18. La apertura uruguaya, Pagina/12, 25 mai 2010
  19. http://www.indexmundi.com/fr/uruguay/dette_publique.html
  20. http://www.indexmundi.com/g/g.aspx?c=uy&v=94&l=fr
  21. cours du Peso uruguayen
  22. Monnaie de l'Uruguay

Voir aussi

Liens externes