École des hautes études d'ingénieur

École des hautes études d'ingénieur
Logo Hautes Etudes d'Ingénieur.svg
Histoire et statut
Fondation
Type
École d'ingénieurs ()
Forme juridique
Nom officiel
École des hautes études d'ingénieur Yncréa Hauts-de-France
Régime linguistique
Président
Philippe Cosseron
Directeur
Thierry Occre
Administrateur
Philippe Cosseron
Localisation
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
1 690 (-)
Enseignants
61 permanents
Budget
20 351 000 euro ()
Divers
Devise
Ingénieurs pour le monde
Membre de
Site web

L'École des hautes études d'ingénieur (HEI) est l'une des 205 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[1].

Elle a été créée en 1885 par le colonel Henri Arnould et située à Lille, dans le quartier Vauban. Les ingénieurs issus de cette école ont le titre d'« Ingénieur diplômé de l'école des hautes études d'ingénieur du groupe Yncréa ».

Rattachée à l'Université catholique de Lille, elle est membre de la Conférence des grandes écoles et fait partie de la Fédération des établissements d'enseignement supérieur d'intérêt collectif (FESIC) ainsi que du réseau IngéFrance[2].

L'école est implantée depuis 1885 au 13, rue de Toul (site principal), au 31 ter, rue Colbert (qui accueille depuis 2009 les classes préparatoires intégrées), ainsi qu'au 65, rue Roland (qui accueille l'institut de recherche et de technologie). En 2012, HEI ouvre un nouveau campus à Châteauroux dans la région Centre-Val de Loire.

Historique

  • 1885 : Fondation de l'école[3] (« HEI » signifiait alors Hautes études industrielles)
  • 1935 : Première habilitation par la Commission des titres d'ingénieur.
  • 1968 : Reconnaissance de l'école par l'État.
  • 2003 : 8000e diplômé. L'école change de nom pour devenir l'école des Hautes études d'Ingénieur[4]
  • 2005 : Fusion avec l'ESTIT (ex ITR).
  • 2009 : Installation des classes préparatoires intégrées dans un nouveau bâtiment : l'espace Irène-Devos (situé au 31 ter rue Colbert à Lille, dans le quartier Wazemmes)[5].
  • 2012 : Lancement d'une formation par la voie de l'apprentissage afin de former des ingénieurs généralistes dotés d'une expertise en bâtiment et travaux publics.
  • 2012 : Ouverture d'un nouveau campus à Châteauroux. HEI Campus Centre forme des ingénieurs en apprentissage dans le domaine Mécatronique[6].
  • 2012 : Rapprochement entre les écoles HEI, ISA et ISEN Lille afin de créer le « Groupe HEI ISA ISEN » pour favoriser les relations avec les entreprises[7].
  • 2011-2015 : Importants travaux sur le site historique du 13 rue de Toul[8].
  • 2016 : Le « Groupe HEI ISA ISEN » est renommé « Yncréa Hauts-de-France ». Le groupe ouvre une école généraliste à Rabat au Maroc.

Enseignement et recherche

Cycle préparatoire implanté

La formation commence par un cycle préparatoire implanté de 2 ans ouvert après le bac. La formation suit les programmes des classes préparatoires MP, PSI et PC de l'Éducation nationale en partenariat avec le lycée privé Saint-Pierre à Lille.

Dès le début de la scolarité, l'étudiant est intégré à la vie étudiante de l'école. Depuis 2009, environ 80 % des enseignements du cycle préparatoire sont réalisés au 31 ter rue Colbert.

Cycle ingénieur

Au niveau du bac, l'école recrute sur le concours Puissance alpha.

Le cycle ingénieur accueille environ 85% des élèves avec le statut d'étudiant et 15% avec le statut d'apprenti[9] :

Intitulé du diplôme d'ingénieur Type de formation Accréditation Label
Ingénieur diplômé de l'Ecole des hautes études d'ingénieur Yncréa Hauts-de-France Formation initiale sous statut d'étudiant Maximale EUR-ACE
Formation initiale sous statut d'apprenti

L'école propose un grand nombre de spécialités, dans des domaines comme les systèmes électriques, la robotique ou le BTP.

Les 3 écoles d'ingénieur de Yncréa Hauts de France sont localisées sur le campus de l’Université catholique de Lille. HEI occupe 23.300 m2 à Lille et 5800 m2 à Chateauroux. Selon la CTI, « Les deux campus proposent des locaux réhabilités, des équipements neufs et des laboratoires d’essais et de technologies de pointe »[10].

Liens externes

Notes et références