Éclectisme

(Redirigé depuis Éclectique)

L’éclectisme (du grec eklegein : choisir) est une attitude philosophique consistant à choisir dans plusieurs philosophies les éléments qui paraissent intéressants pour constituer un système complet.

Histoire

On nomma d'abord éclectiques les philosophes d'Alexandrie qui, pour se composer un système, avaient choisi dans chacune des sectes de philosophes grecs ce qui leur paraissait le plus sage. Potamon et Ammonius Saccas furent les premiers. Cette secte, qui s'attacha surtout à la conciliation de Platon et d'Aristote, donna bientôt naissance au nouveau platonisme, avec lequel on la confond ordinairement, et dont Plotin est le principal représentant.

Dans l'article « Éclectisme » de l'Encyclopédie, Diderot se livre à une défense de la méthode éclectique en philosophie. Il l'oppose aussi bien au dogmatisme, c'est-à-dire au sectarisme philosophique, qu'au syncrétisme qui s'efforce de juxtaposer des systèmes contradictoires.

C'est le nom d'éclectisme qu'adopta l'école de Victor Cousin en France dans le domaine de l'histoire de la philosophie. Il s'agit de « faire sortir de l'étude des systèmes... un système qui soit à l'épreuve de la critique ». Chaque école de philosophie se trouve ainsi soit condamnée soit justifiée. Néanmoins, seule la méthode historique est éclectique. Victor Cousin présente sa philosophie comme un spiritualisme, parce qu'elle prend parti dans l'histoire pour les philosophies de la raison. Il distingue l'éclectisme du « syncrétisme aveugle » de l'école d'Alexandrie, lequel consisterait seulement à rapprocher des systèmes contraires[1].

L'éclectique selon Diderot

« L'éclectique est un philosophe qui foulant aux pieds le préjugé, la tradition, l'ancienneté, le consentement universel, l'autorité, en un mot tout ce qui subjugue la foule des esprits, ose penser de lui-même, remonter aux principes généraux les plus clairs, les examiner, les discuter, n'admettre rien que sur le témoignage de son expérience et de sa raison; et de toutes les philosophies qu'il a analysées sans égard et sans partialité, s'en faire une particulière et domestique qui lui appartienne. »

— Denis Diderot, L’Encyclopédie, 1re  éd., t. 5, (lire sur Wikisource), p. 270-293.

Référence

  1. Victor Cousin, Du Vrai, du Beau, du Bien, Paris, 1853, p. 1-17, « Discours prononcé à l'ouverture du cours, le 4 décembre 1817 ».

Source partielle

Voir aussi

Bibliographie

  • Denis Diderot, « Éclectisme », dans Diderot et d'Alembert, Encyclopédie, t. V, Paris, Le Breton, Durand, Briasson, Michel-Antoine David, , 1re éd. (lire en ligne), p. 270 sqq.
  • Victor Cousin, Du vrai, du beau, du bien, Paris, Didier, , 494 p. (notice BnF no FRBNF30282134, lire en ligne)
  • Jacques Billard, L'Éclectisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 3224), , 1re éd., 127 p. (ISBN 2-13-048126-4 et 978-2-13-048126-3, OCLC 37708130, notice BnF no FRBNF36176687)
  • Jean-Pierre Épron, Comprendre l'éclectisme, Paris, Norma, coll. « Essais », , 357 p. (ISBN 2-909283-29-1 et 978-2-909283-29-6, OCLC 40631803, notice BnF no FRBNF36165745)
  • Denis Maricourt, Figures de l'éclectisme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, coll. « Les dix-huitièmes siècles » (no 77), , 292 p. (ISBN 2-7453-0868-8 et 978-2-7453-0868-9, OCLC 469565163, notice BnF no FRBNF39096166)
    Texte remanié de thèse de doctorat en littérature française : Paris 4 (2000).
  • Luc Fraisse, L'Eclectisme philosophique de Marcel Proust, chap. II "Le processus éclectique", p. 175-240., Paris, PUPS, coll. « "Lettres françaises" », , 1332 p.

Articles connexes